fbpx
Vous aimez cet article ? Partagez-le autour de vous !

Aurélia Ryckebush
Manger comme un bébé ou le principe de l’alimentation intuitive
Aurélia RyckebushManger comme un bébé ou le principe de l’alimentation intuitive
Free Download Abonnez-vous pour pouvoir télécharger le podcast

Peut-être avez-vous déjà entendu parler d’alimentation intuitive ? Peut-être est-ce le mot “intuitif” qui vous intrigue ? Ou peut-être est-ce le fait de “manger comme un bébé” ?

Quand j’ai réalisé mes études de diététicienne, ce terme “alimentation intuitive” n’existait pas. À l’époque on prônait l’équilibre alimentaire – du moins celui du moment car il change tous les ans !

J’ai appris à faire des rations alimentaires, à faire des régimes sur mesure, à calculer avec des formules mathématiques les besoins théoriques du corps.

Et puis j’ai commencé à travailler. Et j’ai vite compris que tout ce que j’avais appris à l’école, je me devais d’en sortir le plus vite possible.

Non pas que ce que j’ai appris était ridicule, ou dénué de sens. Mais parce que si je continuais dans cette voie, j’allais très vite m’enfermer dans une boite rigide où la présence qui y règne me fait croire que si j’en sors je suis en danger de mort. Voire pire ! Prendre du poids…

Le contrôle de l’alimentation par les chiffres est-il viable ?

Je fais de l’humour noir parce que c’est réellement ce que j’ai rencontré quand j’ai commencé à accompagner les femmes. D’abord j’ai voulu les aider à perdre du poids. Car finalement il n’y avait que cela qui comptait pour elle. Et c’est bien normal, on nous fait croire que la prise de poids est forcément synonyme de mauvaise santé. Cet indicateur devient le seul et unique indicateur observé pour mettre les gens dans des cases. Et malheur à vous si vous sortez du rang !

De par mon histoire personnelle et professionnelle, je me suis vite rendu compte que mes formules mathématiques ne valaient pas un clou ! Parce qu’il y a une quantité aussi importante de facteurs modifiant ces chiffres, que d’êtres humains sur cette Terre.

Et puis j’en ai eu marre que l’on catégorise les gens dans des fourchettes d’IMC, qu’on leur dise quoi faire ou ne pas faire. Car le point commun à toutes ces femmes qui venaient me voir c’est qu’elles étaient complètement perdues. Noyées sous la quantité astronomique de règles diététiques déversées sur Internet, et dans les médias.

Est-ce que ces règles les ont aidé ? Non

Est-ce qu’elles ont perdu du poids grâce à elles ? Oui, au début….

Est-ce qu’elles étaient HEUREUSES ? Certainement pas !

Ces règles soi-disant “bonnes pour la santé” avaient fini par les détruire mentalement, émotionnellement, énergétiquement ET physiquement.

Car le deuxième point commun à toutes ces femmes était qu’elles avaient TOUTES des troubles du comportement alimentaire : compulsions, grignotage, hypercontrôle, obsession, boulimie…

C’est pourquoi j’ai continué à me former dans le comportement alimentaire, la pleine conscience et j’ai mis de côté la nutrition. Cela fait toujours partie de ma vie, mais cela n’est plus en haut du piédestal.

Comprendre son comportement alimentaire pour adapter son alimentation à Soi

Naturellement j’ai commencé à m’intéresser à la personne que j’avais en face de moi, je veux dire réellement. Pas juste en l’écoutant parler, mais en adaptant mon discours et mes conseils à elle, sa vie, ses rythmes, son métabolisme, ses envies…

Et non l’inverse.

Et quel changement ! Finies les compulsions, finie la guerre mentale avec la nourriture, fini le poids qui s’accumule (car oui c’est un effet secondaire quand on adapte son alimentaire à Soi !)

Ces femmes ont fini par se connecter à qui elles sont, à leur Corps, longtemps oublié au profit de la Tête et de ses chiffres censés lui montrer le droit chemin.

Elles arrivent dorénavant à reprendre les rênes de leur vie et rétablir l’équilibre entre leur Tête, leur Corps et leur Cœur.

Elles sont plus à l’écoute de leurs signaux corporels de faim et de satiété et ainsi elles peuvent à chaque instant adapter leur prise alimentaire à leur besoin du moment : car seul le Corps sait ce dont il a besoin en terme de besoins physiologiques (énergétique et nutritionnel).

Comme dans n’importe quel domaine vous avez la théorie et la pratique. Et pour une raison que j’ignore dans le domaine alimentaire on a préféré mettre tous les jetons sur la théorie et complètement oublier la pratique.

Pourtant c’est quelque chose d’innée, fort heureusement d’ailleurs.

Il n’y a qu’à voir comment mangent les bébés !

L’alimentation intuitive ou comment “manger comme un bébé” !

Avez-vous déjà vu un bébé se forcer à finir son biberon ?

Avez-vous déjà vu un bébé ne pas réclamer à manger ?

Déjà nourrisson, c’est votre enfant qui détermine quand il a faim et qui s’arrête de manger. Par la suite c’est nous, notre société, notre éducation qui poussent à “respecter des horaires”, “finir le biberon car le médecin a dit que …”

La vérité c’est que personne ne sait mieux que lui s’il a besoin de 200ml de lait ou de 180 ml, ce jeudi-là, à 12h. Lui seul sait au plus profond de lui combien, à la calorie près, son corps a besoin pour vivre. Et il le sait parce qu’il écoute son corps, et pas ce que disent les autres. Son corps lui parle à travers des sensations et il ne fait qu’y répondre.

N’espérez pas faire grossir un enfant plus que ce qui est prévu génétiquement pour lui. N’espérez pas faire perdre du poids à un enfant en bas-âge soi-disant parce qu’il dépasse la courbe.

Même s’il mange plus qu’il ne devrait à midi, alors sa faim se régulera et il mangera moins le soir. C’est le fameux “je compense” qui existe bel et bien naturellement et qui est tout à fait normal !

Mais il est normal et sain quand il est fait en réflexion avec son corps. Il devient mauvais pour la santé quand il est contrôlé par le mental car on mange alors pour son poids et plus pour ses besoins… Ce qui nous enferme dans une spirale infernale.

Tout cela je l’ai vécu grâce à mon fils. J’ai pu observer tout son comportement alimentaire au fur et à mesure que j’approfondissais de mon côté mon approche thérapeutique en ce sens.

Et à chaque fois j’ai été émerveillée par sa capacité naturelle à dire non quand il n’avait plus faim, à manger d’abord sa compote avant ses pâtes parce que, juste, il en avait envie. À demander d’en avoir un peu plus parce qu’il avait très faim. À manger parfois à des horaires non conventionnels parce qu’il avait faim (sans que cela l’empêche de manger le repas du soir s’il avait encore faim à ce moment-là !). À manger la moitié d’un gâteau au chocolat parce qu’il voulait aussi manger de la pomme.

À chaque instant, il a mangé la quantité juste de chaque aliment à sa portée. Et aucun aliment n’est interdit, ni tabous. Aucun aliment ne fait grossir. Ils ont chacun une utilité énergétique, nutritionnelle et/ou émotionnelle. Et cette dernière est tout aussi valable que les autres.

À chaque instant il était conscient de ses choix, et à chaque instant il était heureux de manger.

Et c’est pourquoi j’aimerai pouvoir insuffler cette façon naturelle de manger, que nous avons perdue au fil des années par les diktats de la minceur, la société, les croyances, l’école, la cantine, l’éducation, les médecins…etc.

Car je sais que cette façon intuitive de manger car à l’écoute de nous-même, d’où le nom d’alimentation intuitive, est d’une simplicité quand on y pense, car on sait déjà le faire.

Et c’est souvent dans la simplicité des choses que réside le bonheur.

Aurélia Ryckebusch

Vous aimez cet article ? Partagez-le autour de vous !
Aurélia Ryckebusch

Aurélia Ryckebusch

Je m’appelle Aurélia, je suis Thérapeute Holistique, spécialisée en approche comportementale et reconnexion personnelle.

J’aide les femmes à trouver la racine de leur mal-être pour les en libérer en profondeur afin de reprendre les rênes de leur vie. Je vous accompagne avec plusieurs approches : comportementale, alimentaire, corporelle, émotionnelle, énergétique, pour vous aider à être dans un Amour de Soi inconditionnel et être alignée avec votre Âme !

J’ai souffert du regard des autres étant plus jeune, j’ai eu à affronter différents traumatismes dans mon enfance. C’est en arrêtant de faire comme si tout allait bien, en retirant mes œillères que j’ai commencé à aller mieux. J’a travaillé sur moi et je le fais encore car c’est là le chemin d’une vie. J’ai utilisé plusieurs outils et pratiques pour libérer mes émotions cristallisées, ces événements du passé qui me pourrissaient la vie et dont je n’avais même plus conscience.

C'est en retirant cette carapace j’ai pu découvrir qui j’étais vraiment. Ce parcours que j’ai réalisé, je vous le souhaite de tout mon Cœur. Je souhaite vous aider à libérer cette carapace qui vous paralyse pour que vous retrouviez votre pleine puissance et votre pouvoir féminin.

“C’est en résolvant nos conflits intérieurs que nos conflits extérieurs (alimentaires, sociaux, professionnels, familiaux…etc) se résoudront.”

Voir tous les articles

Ajouter un commentaire

consequat. ipsum risus. lectus Curabitur Praesent