fbpx

Ce jour-là, je partais le cœur léger, car depuis maintenant quelques années la peur ne fait plus partie de mon voyage.
Mais cette envie d’aller découvrir les plus belles âmes est toujours mon sujet, je voulais voir, toucher embrasser la cause, la force et la passion de celles et ceux qui font de ce monde une belle lumière.
Je partais pour quelques semaines, n’envisageant pas une minute de rester des mois loin de mon île et ainsi me sentir en danger loin de mon château fort.


Par moment j'ai laissé la nostalgie envahir mon espace, j'ai troqué mon soleil et sa douceur par une pluie. Ah oui, la pluie. Je me rappelle de celle de mon île, je me rappelle :
Un jour de pluie, un jour un peu gris, un jour rare sur une île grecque, tout d’un coup des gouttes sur l'eau, il pleut sur la mer, l'eau devient grise, elle devient rare, le bleu n'est plus à l'extérieur il est à l'intérieur, je me cache, j'esquive, je baisse la tête, je courbe l'échine, pas envie de cette eau froide glissant le long de ma nuque, et pourtant... il pleure sur le sol, il grisaille dans mon cœur, au milieu des gouttes des mots je laisse mes petits papiers pleins de mots couler dans l'eau, les mots d'amour se mélangent aux beaux mots de plaisir, aux lettres tendres aux délicieux portraits, aux succulentes recettes, l’encre coule sur le papier, elle coule comme le sang, dans cette couleur prune et noire qui ruisselle. Mes sentiments partent pour l'univers, je vis cette aventure de rencontrer la pluie avec ses bruits, enfin le monde de l'eau.
La caresse arrive plus tard, lorsque quelques gouttes ont glissé sur ma main, lentement ma peau se tend, se fait la coupe, reçoit, elle s'imprègne, je me sens mouillé, je reste en silence à entendre les gouttes sur l'eau, un son métallique de l'eau dans la mer.
Je vois les petites rigoles se former sur le sol. Il fait tiède quand il pleut, il fait doux, je me rappelle....
Mais je suis ici alors je me dois d'être en vie, à la vie, aux vivants et de continuer comme une mission de produire mes films parlant d'amour, de spiritualité, de vie, d'envie.


Et mes expériences sont uniques, fantastiques, je découvre des étoiles, qui « font ». Elles agissent, ne se contentent pas d’en parler, alors que ce soit pour l'environnement avec la lumineuse Eleni Atsikbasis avec sa fondation pour le monde marin en Grèce, healing lesvos (healinglesvos.org), Ghada Hatem avec la Maison des femmes à Paris (maisondesfemmes.net), Joanna Goodale qui fait vibrer le monde avec son immense talent de pianiste, Valérie Demars avec ses parfums qui sont la grâce olfactive pour chacun d'entre nous une signature divine de nous en quelques sorte, Marie-Aude Bourson qui s'engage en publiant tous les mois les témoignages d'auteurs pour un partage de la spiritualité,  je ne vais pas vous citer la liste de mes rencontres. Toutes ont été extraordinaires, toutes ont été sublimes, elles ont mis en évidence la nécessité absolue de l'action bienveillante, amoureuse et solidaire. Elles sont le socle du seul avenir possible.
Ces femmes hors du commun donnent, agissent et sont dans l'action concrète et immédiate.
Elles « font », elles offrent au monde ses lettres de noblesse : celles du cœur. Quelle grâce de voir la réalité agissante, de pouvoir être relié à l'instant.

 

La suite de l'article ainsi que l'écoute audio sont réservées aux abonnés

Découvrez la formule d'abonnement qui vous convient (en audio, en digital et/ou en papier)

OU

Achetez le magazine au numéro (format papier ou digital)

Vous êtes déjà abonné ? Identifiez-vous pour pouvoir lire l'article dans son intégralité :

Igor Ochmiansky

Redonner à l'humain la priorité, révéler le meilleur, ouvrir la fenêtre de l'imaginaire, pour que le sensible ne soit pas que du beau, offrir les images du coeur.

C'est autant d'envies qui font de mon travail, une passion, longtemps enfermé dans la pratique voici que l'envie de l'esthétique ouvre sur d'autres façons de travailler et de voir dans le regard des autres.

Voir tous les articles