fbpx

Le voyage est doux quand nous sommes accompagnés du ciel, et plein d’épines quand nous nous contentons de nos mirages, de ce que nos yeux voient, de ce que nos oreilles entendent, quand nous nous affirmons dans ce que nous voulons, sans regarder au-delà. La vie, dans son étonnante immensité, a prévu des merveilles pour nous, mais nous nous confrontons à ce qui semble être bien désordonné et oppressé. Les limites deviennent notre champ d’expérimentation au lieu d’être vécues comme un défi pour nous dépasser, pour nous éloigner de nos carcans et pour retrouver notre vitalité.

Un exemple parmi tant d’autres est celui d’une femme, privée de sa vue. Suite à un divorce, elle était persuadée de ne pas avoir droit au vrai amour, ni être à la hauteur : dénigrement intérieur inconscient. Elle refusa l’amour de sa vie et s’en éloigna : l’évidence et l’absurde. Nos sens et nos croyances peuvent saboter un amour profond et sincère : folie de l’amour et folie de l’enfermement. Aujourd’hui, elle ne peut plus voir ceux qu’elle aime et en même temps, c’est grâce au fait qu’elle soit aveugle qu’elle retrouva son bien-aimé rejeté autrefois et qu’elle recouvra la vue des profondeurs. Nous pouvons nous retrouver surpris par un enfermement resté latent, telle cette femme qui refusa un amour réciproque, merveilleux et doux.

Que la vie est délicieusement précise lorsqu’il s’agit de nous ramener à la réalité ! Les retrouvailles eurent lieu lorsque ses représentations erronées, les attirances attractives et surtout l’attachement aux formes, furent levées. Dans chaque relation, la magie s’installe quand nous laissons émerger l’âme au cœur de l’amour. Quelle douceur ! Réelle évidemment !

Les croyances évanouies par le temps, la vue du cœur, celle de la réalité, lui fut redonnée, tel un brasier agissant. Souvent l’amour est un regard à élargir. Cela signifie que, dans cette bonté, nous sommes le cœur ouvert et les yeux également. L’un sans l’autre peut occasionner des peines et des fuites. Voir, reconnaître nos sabotages, faire la lumière sur les schémas parentaux et les nôtres, même si nous croyons être dans une belle perspective, alors que nous sommes influencés par des dimensions opaques, reste primordial. Avançons en étant face au vivant, pour grandir dans notre verticalité. D’ailleurs, chaque maladie est là pour nous libérer de nos enfermements et nous aider à retourner vers nous.

 

La suite de l'article ainsi que l'écoute audio sont réservées aux abonnés

Recevoir ce numéro de Présences magazine pour 1 €

 

Vous êtes déjà abonné ? Identifiez-vous pour pouvoir lire l'article dans son intégralité :

Carole Aliya

Carole Aliya

Auteur de plusieurs ouvrages sur le couple sacré, les âmes-sœurs, l’union du féminin & du masculin, les transformations intérieures, les libérations, le féminin sacré & Marie Madeleine et aussi des livres de méditations pour ensemencer la guérison, nous élever, entrer dans la dimension alchimique des mots.
Créatrice des essences de vie Myriam, élixirs floraux, de cristaux et essences d’arbres, liés au féminin sacré & à Marie Madeleine
Rédactrice d’un blog sur la guérison, le couple, les inspirations du moment...
Rencontres-dédicaces avec l’écrivain, voir l’agenda sur le site

Voir tous les articles
elementum commodo ipsum leo. porta. quis, massa vel,