fbpx

Une soirée à jamais gravée dans ma mémoire

Dans le cadre de mon activité de dédicaces, il m'arrive de faire de singulières rencontres et celle-ci en fut une ! Cette jeune femme qui m'acheta un de mes livres (www.terrevada.com) devint rapidement une amie et nous échangeâmes longuement les jours suivants... Spiritualité et perfectionnement de soi étaient alors nos sujets de prédilection. Au tard d'une nuit, celui du nirvana prit l'ascendant sur les autres et elle s'emporta jusqu'à la limite de la colère !

«Il n'y a rien à atteindre» me criait-elle dessus ! Il faut dire que j'avais encore à l'esprit ce fourvoiement de la nécessité d'un but ou autre résultat à tout ce que j'entreprenais. Car au final, je me convainquais encore qu'on ne fait jamais rien pour rien ! L'ensemble de nos actions semble ainsi toujours conditionnée au résultat...

Et ne pensez pas que cela soit vrai uniquement en terme de gain, qu'il soit financier, matériel ou de capacités car nous appliquons cette vision à l'ensemble de nos actes y compris avec nos amis, notre conjoint, nos enfants et nous-même. Rien ne semble pouvoir échapper à la culture du rendement... Et sans trop de surprise, l'atteinte du fameux nirvana n'y coupait point. Il faut qu'il soit palpable, que nous y gagnions quelque chose et qu'un but soit achevé !

«Il n'y a rien à atteindre» avait-elle donc hurlé. Sa colère avait salutairement ouvert en moi une réflexion qui serait probablement restée muette si elle avait su garder son calme et tenté de me l'expliquer sereinement.

La colère au service de la sagesse ?

Parfois, et vraiment très rarement, la colère
semble pouvoir servir la sagesse.

Regardez donc l'exemple de Jésus et les marchands du temple où celui-ci retourna leurs tables dans un inattendu comportement d'emballement ! Fallait-il que cette dite colère soit saine et ne demeure surtout qu'un moyen subtil afin d'éveiller les acteurs concernés. Il l'aurait sciemment utilisé pour obliger les marchands à prendre conscience de leur total fourvoiement à faire de l'argent au sein même du temple sacré de Jérusalem. Bien au-delà, certainement y divulguait-il un enseignement caché comme lorsqu'il utilisait les paraboles afin de faire réfléchir en profondeur ses interlocuteurs. Il faut bien avouer aussi que parfois la force de la répétition de nos actes au quotidien, a le pouvoir de finir par nous offrir pour banals des comportement déviants voire inacceptables.

 

Pour lire cet article dans son intégralité, vous pouvez
acheter le numéro de Présences Magazine concerné dans notre boutique !

 

Yan Serre

Yan Serre

Ancré au nord Finistère, de Brignogan plages, Yan nourrit une passion pour la littérature et la nature depuis son plus jeune âge (il écrit depuis l’âge de 12 ans). Les mondes de la philosophie et de la spiritualité l’attirent très rapidement et c’est ainsi qu’il se met à lire Descartes puis Platon dès la classe de 3ème. D’un tempérament solitaire et aventurier, son enfance est portée par deux grands rêves : parcourir le globe par les mers et découvrir l’Himalaya. Il suit des études de philosophie puis exerce pendant cinq années au sein de l’Éducation nationale. Il a pourtant peu à peu envie d’indépendance et d’introspection. C’est alors qu’il se met en quête de tout ce qui pourrait l’aider à mieux vivre et à libérer son esprit de son quotidien matérialiste. Il découvre le yoga et le bouddhisme vers ses trente ans. Il multiplie les départs, d’abord en Europe puis dans le reste du monde. A l’hiver 2012, il entame un voyage initiatique en direction du sommet de l’Everest en solitaire, sans guide, sans porteur et sans moyen de communication. Cette expérience le transforme, humainement et spirituellement parlant. De retour, il est poussé par une incroyable envie de changer de vie et de se consacrer à la recherche du Soi. Il quitte son emploi pour créer sa propre société Terrévada afin de venir en aide aux artisans rencontrés au Népal. Il se lance dans sa passion d’écriture en publiant un premier livre qu’il auto-édite par choix, comme un pas de plus dans sa démarche d’indépendance mais toujours guidé par l’envie de partage. Il s’agit de “Népalsolo”, un premier livre qui sera par la suite suivi d’un deuxième tome nommé sur “La révélation de soi”. En 2016, il choisit de quitter son logement et de vendre une très grande partie de ses affaires personnelles pour acheter un camping-car, un lieu grâce auquel il peut poursuivre sa quête d’une vie plus indépendante et nomade. Il y approfondit son désir de partir à la rencontre des autres en leur faisant découvrir ses livres et les révélations découvertes lors de ses voyages.

Voir tous les articles
id, fringilla leo libero risus ultricies sed felis non ut