fbpx

Le principe d’évasion ? Et si j’en profitais à la rentrée pour m’échapper du tumulte des voitures, des nouvelles directives… Est-ce que s’évader est un principe de réalité ou de détournement et d’illusion ? Ma question semble utopique alors que la plupart d’entre nous sommes partis en vacances, explorer un autre monde, un autre continent, ou simplement partis dans les alentours.

L’élan est de penser autrement. Avec la rentrée s’annoncent les nouvelles obligations. Et si nous nous demandions plutôt ce que la vie a prévu pour nous au lieu de nous orienter uniquement vers les tribulations et la nouvelle course à l’inscription et des paperasses infinies à compléter, rédiger, signer ?

À la rentrée s’annoncent aussi les nouvelles activités, nouvelles envies et découvertes que nous aimerions pour nos loisirs et nos temps de respiration. Nous allons surement renouveler celles de l’année dernière pour approfondir. Tout cela n’est qu’un avant goût de la vie, où nous évoluons entre terrain de jeu professionnel, personnel et nos loisirs, terrain de guerre avec des échanges délicats au travail ou en couple…

S’honorer, un mouvement princier

Et si je participais à ma réconciliation plutôt qu’à tous ces conflits incessants ? En m’honorant, je participe à l’harmonie de la vie. Je laisse les limites du monde dans d’autres hémisphères. Ma vie, la mienne, m’attend, inlassablement. Elle me demande d’écouter profondément et de laisser tomber les autres injonctions auxquelles j’essaye de correspondre depuis tant d’années et de cycles.

Et si je partais en voyage lointain, non loin du monde, mais loin de mes adversités, de mes tensions et que j’essayais de transcender en me dépassant un peu plus et m’offrant de sortir de ma coquille pour voir ce que vivre libre signifie véritablement ? Entamer un nouveau chemin, telle pourrait être ma direction cette année, celle du déploiement de mon âme pour être en réalité conscience envers mon être.

Dans ce mirage de la vie qui semble être parsemée d’embuches, où je trébuche maladroitement, il existe une lumière. « Laissez entrer la lumière » est un chant répété longtemps lors du concert de Pakoune et Michel Garnier à la Sainte Baume, le 3 juillet 2021, lors de la découverte du nouvel oratorio du mystère de la colombe (création musicale de Michel Garnier). Et surtout laissons-la jaillir !

Combien d’entre nous restons recroquevillés alors qu’il existe une réalité préparée pour nous et nos embrasements.

 

La suite de l'article ainsi que l'écoute audio sont réservées aux abonnés

Découvrez la formule d'abonnement qui vous convient (en audio, en digital et/ou en papier)

OU

Achetez le magazine au numéro (format papier ou digital)

Vous êtes déjà abonné ? Identifiez-vous pour pouvoir lire l'article dans son intégralité :

Carole Aliya

Auteur de plusieurs ouvrages sur le couple sacré, les âmes-sœurs, l’union du féminin & du masculin, les transformations intérieures, les libérations, le féminin sacré & Marie Madeleine et aussi des livres de méditations pour ensemencer la guérison, nous élever, entrer dans la dimension alchimique des mots.
Créatrice des essences de vie Myriam, élixirs floraux, de cristaux et essences d’arbres, liés au féminin sacré & à Marie Madeleine
Rédactrice d’un blog sur la guérison, le couple, les inspirations du moment...
Rencontres-dédicaces avec l’écrivain, voir l’agenda sur le site

Voir tous les articles