Se nourrir selon les cycles de la nature

par | 5 Avr 2019 | Bien-être et santé | 0 commentaires

« La nature est la manifestation visible de Dieu » nous rappelle Amma[1].

Et en effet, vivre en accord avec la nature est à mon sens une des grandes clés pour notre évolution spirituelle.
Nous vivons dans une société où « contrôle » semble être le mot clé à adopter pour apparaître performants, productifs et fiables. À l’opposé,  la nature, avec ses cycles jamais identiques et son invitation à suivre le flux, nous enseigne à lâcher le contrôle et faire confiance.

Depuis quelques années, mon travail de recherche personnelle d’abord et professionnelle ensuite, s’est porté sur l’importance fondamentale d’honorer les cycles.
Le cycle du soleil, qui se reflète sur la Terre avec les quatre saisons. Le cycle lunaire avec son influence si puissante sur notre métabolisme et sur nos émotions. Et pour nous les femmes, évidemment notre cycle menstruel, miroir intime des rythmes solaires et lunaires.

Selon la sensibilité personnelle, ces influences seront plus ou moins ressenties, comprises et célébrées.
Dans nos pays occidentaux et à notre époque, nombreux sont ceux qui ne savent pas dans quelle phase lunaire nous nous trouvons et qui ne connaissent pas l’impact que ces phases ont sur notre corps.
Il en est de même pour le cycle menstruel, qui est souvent ignoré quand tout va bien ou mis à taire par des méthodes chimiques quand il devient encombrant.  Peu de femmes connaissent son influence sur notre métabolisme, les émotions et la psyché.
Il existe un cycle qui néanmoins est plus difficile d’ignorer : celui des saisons.

Vivre selon les saisons

Bien sûr, nous sommes loin du temps où le travail et l’organisation familiale et sociale étaient rythmées par les saisons. Ces époques où l’on travaillait dur le printemps et l’été, quand la nature se réveillait et qu’elle produisait en abondance, alors que l’automne et l’hiver, après avoir récolté, transformé et stocké les produits, hommes et femmes se retiraient à l’intérieur des maisons, réparaient les outils et attendaient le réveil printanier.
Cette époque où l’on dormait beaucoup l’hiver et moins l’été, selon les heures de lumière du soleil et où on mangeait en grande partie les produits de saison, les moyens de conservation étant bien moins performants qu’à notre époque.

Aujourd’hui nous pouvons en effet travailler le même nombre d’heures toute l’année – et même paradoxalement nous prenons des vacances l’été quand nous sommes plus en forme et travaillons dur l’hiver alors que notre corps a le plus besoin de repos pour faire face au froid et au manque de lumière. Nous pouvons manger des tomates et des fraises en hiver grâce à des moyens de production, transport et conservation qui rendent cela possible.
Nous pouvons nous habiller avec des habits légers lors des saisons froides grâce au chauffage.
Mais nous ne pouvons pas encore changer complètement l’influence que les saisons ont sur nous.
En hiver, pour le moment il fait encore froid et il pleut !

Malgré toutes les tentatives de dominer la nature pour qu’elle soit de moins en moins une contrainte, nos corps sont encore influencés par les rythmes de la Terre.
Ne vous sentez-vous pas beaucoup plus en forme l’été ou le printemps dès que les rayons de soleil pointent leur nez ?
N’avez-vous pas envie de vous blottir dans une couverture bien au chaud chez vous, sans rien faire, juste vous reposer et prendre soin de vous alors que la saison froide s’annonce ?

Vivre ces rythmes non linéaires de la nature nous aide à mieux accepter les nôtres au lieu de vouloir être ou paraître en forme et performant de la même façon tout au long de l’année.

Si vous êtes une femme qui a son cycle, cela a un écho encore plus profond : vous vivez les quatre saisons chaque mois par le biais de votre cycle menstruel, qui est quant à lui très en lien avec le cycle lunaire. Accueillir les saisons de la terre en vous favorisera l’émergence d’une nouvelle conscience de votre cycle également : vous vous autoriserez davantage à vous accorder du repos pendant vos règles, l’hiver du cycle, à mettre vos rêves en matière pendant la phase pré-ovulatoire, qui représente le printemps, à rayonner votre beauté et sensualité pendant l’ovulation, notre été, et à recentrer vos priorités sur vous-même en affirmant vos besoins pendant la phase prémenstruelle, l’automne du cycle.

Quels impacts cela a sur notre chemin d’éveil ?

Pour lire cet article dans son intégralité, vous pouvez vous le procurer au format PDF dans notre boutique !

Testez-nous pendant 7 jours, c'est GRATUIT !