fbpx

Combien de personnes trouvent complètement inutile de revisiter certaines zones de leur vie en croyant que cela passera tout seul. En faites-vous partie ? Se mettre en chemin n’est pas toujours une question de choix. À force de faire comme s’il n’y avait pas de signes annonciateurs de la crise, vous prenez le risque que la porte s’ouvre violemment. En vous prenant la réalité en pleine face, vous ne pourrez faire autrement que regarder ce qu’elle dévoile.

Des signes, j’en ai eu. Des tas. Mais à ce moment-là, je les voyais disparaître tout autant qu’apparaître. Et tant que ce mouvement s’effectuait, je n’avais aucune raison de m’inquiéter. N’est-ce pas ? Il y avait des jours, voire des semaines et quelques mois où tout allait bien, du moins, à peu près bien. Parce que, à force de composer, nous devenons des experts dans ce domaine. De plus, nous croyons que nous contrôlons la situation alors qu’il n’en est rien et que, sans le savoir nous nous berçons de douces illusions et ne faisons que renforcer ce qui est déjà là.

Oui, des signes, j’en ai eu pendant des mois et même des années. Je voyais et je sentais bien ces petits trucs bizarres qui ne vont pas. Mais comme ils ne duraient pas, je repartais de plus belle dans une illusion de vie supportable.

Ces petites successions de tracas, de dysfonctionnements, de crises, ont fini par user petit à petit un système interne que je ne connaissais pas.

Quand mon corps s’est écroulé, je n’ai pas compris ce qui m’arrivait alors que j’aurais dû savoir que là, il ne pouvait pas tenir plus longtemps.

Avez-vous déjà ces petits signes dans votre vie ?

Connaissez-vous ces hauts et ces bas qui viennent régulièrement vous titiller ?

Vivez-vous ces moments où parfois vous êtes tellement en bas que vous savez que ça ne peut plus continuer et d’autres où ça remonte au point de vous faire croire que vous vous êtes trompé-e ?

 

La suite de l'article ainsi que l'écoute audio sont réservées aux abonnés

Recevoir ce numéro de Présences magazine pour 1 €

 

Vous êtes déjà abonné ? Identifiez-vous pour pouvoir lire l'article dans son intégralité :

Patricia Voisin

Patricia Voisin

Je suis une femme qui a vécu plusieurs vies et qui continue un chemin entrepris à l’âge de 33 ans, lorsque la vie m’a montré qu’il était temps pour moi de changer de voie.
Enfant hypersensible, connectée à la nature et à l’invisible, j’ai oublié ma propre nature pour ne déranger personne.

Mon corps m’a secoué à mon adolescence au travers d’une pleurésie et d’abcès aux poumons. C’est un magnétiseur qui m’en a sortie. Un signe déjà là auquel je n’ai pas fait attention.

J’ai pris une voie classique, celle du mariage et de la maternité. Tout ce beau monde bien ficelé a volé en éclats à mes 33 ans. A force de sentir que je mourrais à petits feux, mon corps a à nouveau explosé dans un véritable cataclysme où j’ai vécu une « nuit noire de l’âme », un effondrement physiologique et émotionnel intense. Je n’avais pas d’autre choix que de retrouver ce chemin vers moi, celui que j’avais abandonné depuis longtemps.

De là se sont succédés une psychothérapie de plus d’un an, des rencontres merveilleuses avec des personnes passionnées par leur art et une période de transmission et de formation en acupuncture, accompagnement à la personne, massage, shiatsu et méditation.

Tout un cocktail qui m’a donné une grille de lecture vaste pour aider l’autre à avancer dans sa vie autant sur le plan personnel que professionnel.

La médiumnité que j’avais laissée de côté est aussi venue se réinstaller, tout doucement, et aujourd’hui, je suis une femme qui utilise ses multiples facettes en fonction de ce qui se présente dans ma vie et des personnes que je croise et viennent vers moi pour que j'éclaire leur route.

Je ne me donne pas de titres. Ils m’enferment. Je m’autorise à respirer à mon rythme, avec humilité et simplicité. Et mon corps est un formidable partenaire. C'est ensemble que nous avançons dans cette vie, sur ce chemin de réconciliation et d’apaisement, pour moi, pour les autres et pour tout ce qui m’environne.

Voir tous les articles
dolor id ut dapibus eleifend ut efficitur. Sed odio