fbpx
Yan Serre
Se libérer de ses chaînes
Yan SerreSe libérer de ses chaînes
{{heart_svg}}LikeLikedFree Download Abonnez-vous pour pouvoir télécharger le podcast
0

Ce mois-ci, j’aimerais vous entretenir d’un palier charnière de mon existence. Suite à celui de mon périple d’un mois en solitude dans le Haut Himalaya (Hiver 2012), j’avais, à mon retour, décidé de consacrer ma vie à tenter d’aider des biens plus démunis que moi. C’est ainsi que je me lançais dans la création de mon entreprise équitable nommée Terrévada. De la sorte, j’importais des produits manufacturés d’artisans népalais. De la broderie pour être tout à fait précis !

Après une année de mise en place, je décidais de quitter mon emploi salarié fin 2013 et d’aller vivre tout au bout de l’Europe en Finistère nord. C’était le premier saut dans l’inconnu qui me semblait déjà immense et qui n’était pourtant pas grand-chose au vue des événements à venir…

Je me convainquais alors d’avoir «tout lâché pour mon rêve».

Financièrement, l’aventure ne prenait pas la voie royale et loin s’en fallait ! Fort de mes économies amassées durant mes quinze dernières années de salariat, je demeurais néanmoins confiant. Parallèlement, je me plongeais dans la fin de la rédaction de ce fameux périple esseulé en direction de l’Everest.

Accomplir son rêve

J’accomplissais là, vraiment, mon rêve : celui de devenir écrivain.

Je passe donc sur les deux années qui allaient se présenter à moi, enchaînant pertes financières sur pertes financières…

Ayant confié la correction et la relecture de mon livre à ma mère, conquise, elle m’offrait non seulement la possibilité de le publier à compte d’auteur (L’ego cache toujours une montagne de pureté. Népalsolo. www.terrevada.com) mais aussi de repartir une seconde fois au Népal.

Un nouveau mois en solitaire (décembre 2016), sans guide et sans porteur, me tendait donc les bras et allait puissamment approfondir mes découvertes intérieures et spirituelles. Je rédigeais ainsi mon second livre sitôt rentré (La révélation de soi. Népalsolo Tome2).

De fil en aiguille, j’étais déjà rendu début 2017 et, seul dans ma chambre, allongé sur mon lit, je réfléchis à la suite…

Le temps du bilan s’impose alors car la plus grande partie de mes économies a été si bien engloutie que depuis quelques semaines je vis sans chauffage. Le taux d’humidité est tel que je dors en t-shirt à manches longues et en chaussettes ! Les quelques entrées d’argent glanées sur les marchés à la vente des produits artisanaux de mes amis népalais couvrent tout juste mes factures incompressibles ! L’heure du choix radical a sonné et je décide d’arrêter l’importation des broderies depuis le Népal.

Les contraintes financières sont trop lourdes et il vaut mieux stopper avant que de ne plus rien avoir du tout ! Dois-je retrouver un travail salarié au plus vite ou aller, cette fois-ci, jusqu’au bout de mon rêve véritable ? Voilà donc le questionnement central ! Y a-t-il vraiment plus important pour moi que l’écriture ?!

La tergiversation est éphémère tant il tinte clairement à mes tympans que j’ai, en fait, toujours été écrivain !

L’enseignement principal de mes périples était donc qu’il faut réaliser ses rêves

«Alors réalise !» me crie ma petite voix intérieure !!!

Le grand saut

Ni une ni deux, j’envoie mon préavis à mon propriétaire, résilie mes abonnements divers et variés mais surtout me lance dans l’acquisition d’un vieux camping-car âgé de plus de trente ans… Je ne garde quasiment rien de mon ancienne vie ! Y passe l’ensemble de mon électroménager, mes meubles et tout le superflu…

Très bientôt, je vivrai dans à peine dix mètres carrés avec mon husky ! Il faut donc apprendre à ne garder que l’essentiel…

Seul mon lit japonais est sauvé de la grande braderie et se retrouve stocké chez mon père….. Un jour peut-être retrouvera-t-il une place au milieu d’une chambre ?

Des certitudes absolues

De la sorte, en quelques semaines, mon existence bascule vers l’inconnu avec une poignée de certitudes :

Croire en soi coûte que coûte

Je me dis en ces instants que personne ne croira jamais mieux en moi que moi-même et qu’il est amplement temps de sortir de ma posture de victime qui n’a pas de chance et qui serait née sous une potentielle «mauvaise étoile»… Mes deux périples en solitaire m’ont montré tout mon potentiel physique, moral et spirituel. Qu’attends-je donc pour délivrer mon plein potentiel me dis-je ?! Je vais donc me lancer sur la route et sur mon propre chemin de vie en l’approfondissant et le nourrissant d’une spiritualité restée bien trop théorique.

Apprendre la simplicité, le minimalisme et la sobriété

J’ai pu voir, au travers de mes voyages, combien nous autres occidentaux vivons dans une bulle de confort et de facilité aux yeux des trois quart autres êtres humains de la planète!

Je demeure lucide sur le fait qu’il ne sert à rien de vivre dans la privation ou de se brimer pour ce qu’il se passe dans le reste du monde mais qu’un juste milieu fait de décence et de justice se propose maintenant à moi.

Aller jusqu’au bout de sa démarche

Je suis entré en spiritualité il y a de nombreuses années déjà et constate que le temps est venu d’aligner mes pensées, mes croyances, d’avec mes actes. J’ai le sentiment que continuer de traîner serait une forme de lâcheté. M’ont été présentées tant d’enseignements que de rester à les contempler avec distance serait une forme de couardise !

Accepter ce qui EST

Au moment du saut vers cet inconnu, je termine idéalement la lecture des œuvres de Arnaud Desjardins entreprise ces dernières semaines et de son fameux «Ce qui est EST». Je le sens : il est temps pour moi de l’expérimenter !

Au travers du fait que j’ai dépensé toutes mes économies dans une cause qui m’a semblé plus juste que jamais se montre un merveilleux exercice à cela ! Alors, plutôt que d’en tirer une forte amertume, un sentiment profond d’injustice, du dépit et tout un tas d’autres négativités… Je dois accepter la situation telle qu’elle est et non telle que je souhaiterais pourtant ardemment qu’elle soit! Accepter ce qui EST ne signifie pourtant nullement d’attendre les bras croisés à se lamenter. En conséquence, mon acceptation devra se faire au travers de l’action et avec le moins que possible de sentiments de perte ou de déception. Un vrai travail d’introspection se propose là !

Ouvrir son cœur

Voilà bien un point central ! Croire que l’on aime tout le monde sans aimer vraiment en capacité quelques-uns… Quelle magnifique posture que celle-là et déjà tellement bien mise en pratique par mes propres soins ! Constat fait, cette fois, c’est la bonne !

N’est-il pas enfin temps d’apprendre à m’aimer moi-même ?! Pas de façon EGO-Centrée où je ne pense qu’à moi et survie dans la peur du manque mais plutôt de façon AUTO-Centrée où je tente de me reconnecter à mon moi profond et à vivre dans l’Amour…

J’ai pleine conscience alors du chantier intérieur titanesque qui m’attend là !

Avoir la Foi

Au-delà de toute forme de religiosité, il va aussi me falloir expérimenter la foi inconditionnelle. Ce sera l’achèvement ultime de la première certitude «Croire en soi coûte que coûte» mais à la sauce Unicité. Cela ne se fera qu’en ayant fait tomber les barrières de la performance, du résultat, du but… Le voilà mon chemin !

Apprendre à être libre

Cette notion semble découler comme naturellement de l’addition des autres…

Moins d’avoir et plus d’être ne peut que découler sur une plus grande liberté… Je n’appartiens plus à mes désirs et aux objets que je possède ou souhaite posséder : Cela fait une différence fondamentale ! J’apprends ainsi à relire la vie de Jésus et de Bouddha sous une lumière nouvelle. Les maîtres ne convoitent rien ni personne et sont centrés dans leur être. Il joue parfaitement leur rôle de Créateur Incarné dans son plein potentiel. JUSTE ILS SONT!!!

Partir à la rencontre des Autres

Voilà bien un défi que celui-là ! Ultra timide, engoncé pour ne pas dire angoissé, je l’ai toujours été jusque-là à entrer en contact avec les Autres. Voilà que je me propulse seul à aller faire des journées de dédicaces de mes livres dans des supermarchés et des centres culturels ! L’apprentissage est aussi immense qu’il est radical car mes pertes financières m’obligent à me lancer dans l’immédiateté… J’organise même dès la première année une tournée hivernale dans les Alpes.

Proposer une voie

Je suis toujours convaincu aujourd’hui, et au moment même de cette rédaction d’avoir, en fait, non pas à «montrer une voie» mais d’avancer sur ma propre voie à la reconnexion de mon moi véritable et par conséquent au Soi, au grand Tout. Il n’est plus question d’avoir à démontrer quoi que ce soit et à qui que ce soit.

Comme le dit si bien Thich Tnhat Hanh : «Je suis arrivé. Je suis dans ma demeure. Ma destination est dans chaque pas». Je l’expérimente quotidiennement…

Chaque parole, chaque acte et surtout chaque pensée EST LE CHEMIN. Pas avant ni après…. Maintenant !

En chemin…

Nous sommes le 1 avril 2017 et je viens de rendre les clés de mon logement à son propriétaire. Mon vieux camping-car que j’ai nommé «Poney» ne stationne dans la rue que depuis quelques jours après que j’ai été le chercher en Moselle. Le peu que j’ai conservé est entreposé à l’intérieur et j’en fais tourner le démarreur.

Ça y est !

Me voilà devenu nomade pour une durée indéterminée avec les exemplaires de mes livres stockés dans mon coffre…

Je lance nos roues vers notre nouvelle existence avec Darwolf (mon fidèle compagnon husky) qui hume les parfums par la fenêtre grande ouverte…

Nous n’irons pas loin et finalement stationnés à quelques kilomètres de notre point de départ, nous allons nous promener en toute liberté dans les dunes.

Ce soir, ce sera le premier dîner puis la première nuitée dans notre nouvelle petite maison ambulante !

Je ne me sens pas vraiment à l’aise face à cet inconnu que j’ai pourtant délibérément choisi !!! J’ai bien à l’esprit tout ce que je viens de détailler et combien ce ne sont pas des vœux pieux. J’y aspire réellement et sans échappatoire…

Je vais réellement expérimenter la simplicité, la sobriété et l’humilité. En fait, les voies qui m’ont toujours semblé être le meilleur baromètre à sa montée en spiritualité.

Pour aller plus loin, vous pouvez découvrir mes livres sur www.terrevada.com

Crédit photo : Stock Adobe

Yan Serre

Yan Serre

Ancré au nord Finistère, de Brignogan plages, Yan nourrit une passion pour la littérature et la nature depuis son plus jeune âge (il écrit depuis l’âge de 12 ans). Les mondes de la philosophie et de la spiritualité l’attirent très rapidement et c’est ainsi qu’il se met à lire Descartes puis Platon dès la classe de 3ème. D’un tempérament solitaire et aventurier, son enfance est portée par deux grands rêves : parcourir le globe par les mers et découvrir l’Himalaya. Il suit des études de philosophie puis exerce pendant cinq années au sein de l’Éducation nationale. Il a pourtant peu à peu envie d’indépendance et d’introspection. C’est alors qu’il se met en quête de tout ce qui pourrait l’aider à mieux vivre et à libérer son esprit de son quotidien matérialiste. Il découvre le yoga et le bouddhisme vers ses trente ans. Il multiplie les départs, d’abord en Europe puis dans le reste du monde. A l’hiver 2012, il entame un voyage initiatique en direction du sommet de l’Everest en solitaire, sans guide, sans porteur et sans moyen de communication. Cette expérience le transforme, humainement et spirituellement parlant. De retour, il est poussé par une incroyable envie de changer de vie et de se consacrer à la recherche du Soi. Il quitte son emploi pour créer sa propre société Terrévada afin de venir en aide aux artisans rencontrés au Népal. Il se lance dans sa passion d’écriture en publiant un premier livre qu’il auto-édite par choix, comme un pas de plus dans sa démarche d’indépendance mais toujours guidé par l’envie de partage. Il s’agit de “Népalsolo”, un premier livre qui sera par la suite suivi d’un deuxième tome nommé sur “La révélation de soi”. En 2016, il choisit de quitter son logement et de vendre une très grande partie de ses affaires personnelles pour acheter un camping-car, un lieu grâce auquel il peut poursuivre sa quête d’une vie plus indépendante et nomade. Il y approfondit son désir de partir à la rencontre des autres en leur faisant découvrir ses livres et les révélations découvertes lors de ses voyages.

Voir tous les articles

Ajouter un commentaire

libero. accumsan leo. Curabitur adipiscing commodo porta. luctus ut dictum Aliquam Lorem