fbpx

Pression de performance

par | 3 Sep 2019 | Amour et sexualité | 0 commentaires

[Retrouvez cet article au format PDF sur la boutique de Présences Magazine]

Le premier pas est de discerner les schémas qui nous enferment

En faisant l’amour, nous ne sommes pas toujours conscients que nous sommes sous pression, que nous cherchons à obéir à certaines injonctions ou que des petites voix intérieures nous diffusent conseils, mises en garde, comparaisons, reproches, etc.

On est soumis à une pression de performance sans s’en rendre compte, cela nous colle à la peau. En nommant différentes modalités d’expression de cette pression, j’aimerais vous aider à prendre de la distance vis-à-vis de ces mécanismes. Le premier pas est de prendre conscience des schémas qui nous enferment, une fois qu’ils sont mis en lumière, s’en dégager est relativement facile, parfois il peut suffire d’en rire.

Pression de performance chez l’homme

La pression de performance ne s’exprime pas de la même façon chez l’homme et chez la femme. Souvent on considère que c’est surtout l’homme qui subit une forte pression de performance dans la sexualité, mais, comme nous allons le voir, même si elle est plus subtile chez la femme, elle est également présente.

Dans la sexualité conventionnelle, l’homme doit avoir une érection. Or, l’érection n’est pas contrôlable, parfois l’homme voudrait avoir une érection et elle ne vient pas, d’autres fois il préférerait ne pas avoir d’érection dans une situation donnée et elle est là.

Dans la perspective de la sexualité consciente, peu à peu les amants accordent de moins en moins d’importance à la présence de l’érection. Ils découvrent que les expériences sexuelles les plus profondes résultent d’un échange d’énergie entre les organes génitaux. Le pénis agit comme une force émettrice et le vagin comme une force de réception. Plutôt que de rechercher la friction entre les organes génitaux pour faire monter l’excitation, ils goutent à la douceur d’une relation de connexion entre le pénis et le vagin. La pénétration peut se pratiquer avec ou sans érection, car, qu’il soit en érection ou non, le pénis reste un organe dynamique qui canalise l’énergie*.

Dans l’approche conventionnelle, si l’érection ne se manifeste pas quand l’homme la juge nécessaire, il va recourir à la stimulation, faire monter l’excitation pour obtenir cette érection. La femme souvent l’aide, par des caresses avec les mains ou la bouche, sans être bien consciente qu’un haut niveau d’excitation de son partenaire n’est peut-être pas la meilleure chose pour la suite du rapport.

Pour un homme, ne pas avoir d’érection ou sentir qu’il est en train de la perdre peut le placer dans une grande insécurité face à lui-même et face à la femme. Certaines femmes pensent que si leur partenaire n’a pas d’érection, c’est qu’elles ne sont pas désirables ou qu’elles ne sont pas aimées. Le dire à son partenaire ne fait souvent que renforcer le malaise.

Cet impératif de l’érection pèse lourdement sur les épaules de l’homme et souvent le recours à la petite pilule bleue (Viagra ou Cialis) est un moyen d’alléger cette pression et de sortir de l’insécurité que l’homme peut éprouver quand l’érection n’est pas toujours au rendez-vous ou qu’elle se maintient difficilement sur la durée.

Le deuxième impératif pour l’homme : ne pas éjaculer trop vite pour pouvoir donner du plaisir à sa partenaire et si possible lui permettre d’atteindre l’orgasme. Or là aussi, pour beaucoup d’hommes l’éjaculation n’est pas sous leur contrôle. Très souvent, elle se produit avant que l’homme ne la souhaite vraiment. Et plus le niveau d’excitation est élevé, plus le risque d’éjaculer trop vite est grand. Si, pour répondre au premier impératif, l’érection, on a recours à une forte stimulation, au moment de la pénétration, il se peut donc que le niveau d’excitation compromette le deuxième impératif !

Troisième impératif : donner du plaisir à sa partenaire. Pour beaucoup d’hommes, le plaisir éprouvé par leur partenaire est tout aussi important que leur propre plaisir, peut-être plus encore. L’homme est très identifié à sa performance sexuelle. L’idée qu’il se fait de ses performances sexuelles joue un grand rôle dans son estime de lui-même. L’homme qui se sait un bon amant et celui qui doute de sa capacité à être un bon amant n’auront pas la même confiance en eux et dans la vie.

Ainsi, dans la sexualité conventionnelle, l’acte sexuel est assez balisé : avoir une érection pour pouvoir passer à la pénétration, maintenir un certain niveau d’excitation pour ne pas risquer de perdre son érection, pas trop d’excitation non plus pour durer assez longtemps et donner du plaisir à sa partenaire, l’amener à l’orgasme et si possible, le fin du fin, atteindre l’orgasme ensemble. Ça peut paraître caricatural, mais si vous regardez bien… est-ce que vous ne vous reconnaissez pas sur certains points ?

Dans la sexualité conventionnelle, nous avons un but à atteindre, l’orgasme, et nous « faisons » ce qu’il faut pour cela, nous accomplissons une performance.

L’invitation du Slow Sexe est de passer d’une attitude basée sur le « Faire » à une attitude détendue, dans l’« Être », être dans l’intimité, avec l’autre, en étant qui je suis, comme je suis, en contact avec ma réalité, dans l’acceptation de moi-même, dans l’ouverture à moi-même, à mon corps, à ses réactions.

 

La suite est réservée aux abonnés

  • Accédez à tout le magazine en illimité.
  • Soutenez un magazine indépendant d'auteurs et sans publicité.
  • Téléchargez le fichier PDF du numéro en cours.

Pourquoi s'abonner au magazine ? Découvrez-le en cliquant ici !

 

Vous pouvez aussi acheter cet article à l'unité (0.99 €) sur la boutique

Vous découvrez Présences Magazine ? 

Vous voudrez peut-être tester GRATUITEMENT notre magazine pendant 7 jours  :

cliquez ici pour vous inscrire à cet essai gratuit

Vous êtes déjà abonné ? Identifiez-vous pour pouvoir lire l'article dans son intégralité :

Les spiritualités à la mode de chez nous

7 jours pour tester intégralement le magazine