Pourquoi souffrons-nous dans l’amour ?

par | 7 Mai 2019 | Amour et sexualité, Spiritualité, Yoga | 0 commentaires

Comment nous vivons l’amour et les relations sous le prisme de l’énergisation des chakras

Il ne s’agit pas d’« aimer », mais d’être Amour ! 

Comprendre notre quête de l'amour à travers la philosophie des Textes Sacrés de l'Inde
et la psycho-énergétique de chakras

 

Dans la vision du Tantra Yoga, philosophie millénaire de l’Inde, ce que nous appelons amour, prend diverses nuances et expressions en fonction de notre niveau de conscience et est directement liée à la dynamisation des chakras.

Il en ressort principalement que, le véritable amour n'est pas quelque chose à « rechercher », et encore moins chez l’autre, mais un état d'être qui doit être retrouvé en nous-même. Quand on s’y reconnecte, l’amour simplement « jaillit » autant en soi que pour les autres d’une forme génuine et vraie, sans éclaboussures émotionnelles, sans attachement, dans le pur don de soi.

Mais si nous sommes déjà cet amour, cette conscience, pleine et absolue, pourquoi souffrons-nous autant dans les amours que nous vivons ?

Le véritable amour n'est pas un sentiment qui vient uniquement du cœur, il émane de l'être dans son ensemble et s’exprime de différentes manières en fonction de l’énergisation de chaque chakra. Nous naissons avec cet amour inconditionnel, mais dans le processus de notre incarnation dans la matière et en fonction de l’éducation que nous avons eue, cette conscience d’"Être Amour" est recouverte de blessures, de traumatismes, de conditionnements, de frustrations, d’illusions (Maya), qui viennent au cours de notre vie mettre un voile sur notre vraie nature et bloquent cette ouverture de l’amour. Rappelons que l'activation des chakras influence directement l'état de notre esprit, de nos émotions, de notre corps et notre façon de vivre la réalité, y compris l'amour. . .  (Voir l'article sur la psychologie des chakras dans Présences Magazine No 1)

Nous verrons ici comment chaque phase de notre vie, depuis la conception, influence nos niveaux d'énergie et par conséquent nos attitudes et nos expériences de vie.

L'amour "possessif" du chakra de la racine

En fonction de la façon dont on a reçu l'amour de ses parents dans la petite enfance, le premier chakra appelé - Muladhara - peut subir des blocages d'énergie, qui représentent les protections nécessaires pour éviter la douleur du rejet ou de l'abandon. Ces blocages énergétiques vont, plus tard, conditionner la manière dont l'adulte vivra l'amour, et dans ce cas précis, d’une manière plutôt possessive, en voulant "tenir" l'autre absolument, comme l'enfant le fait avec sa mère.

Effectivement, quand l’enfant est en bas âge, il se confond avec la mère et il ne se sent « exister » qu’à travers elle. L’enfant a besoin de la "mère", non seulement pour survivre matériellement et affectivement mais aussi existentiellement. Il en va de même dans l’amour possessif, où la personne considère l’autre comme un objet qu’elle doit « avoir » pour vivre son bonheur. C’est l’amour « tu es à moi ! ». En fait, dans ce type de relation, la personne a le sentiment qu’elle ne peut pas vivre «sans» l’autre et ainsi manifeste de la dépendance envers son partenaire, manifestant beaucoup de jalousie, du contrôle voire de la brutalité quand il se sent menacé de perdre l’autre.  Car le sentiment de « manque » et d’urgence que cette personne peut ressentir est « vrai » dans son intensité et dans sa présence, mais pas dans le contexte où il se manifeste, où il est « déplacé ». En effet, dans la réalité de la relation, le partenaire n’est pas en train de l’« abandonner», Il n’est pas sa mère, ni son père. La personne devient victime de ses « erreurs de perception », par autant de voiles qui se sont formés sur la véritable capacité d’aimer de cet être.L’enfant qu’il a été n’ayant pas eu la possibilité de vivre l’amour « plein » et « inconditionnel » de sa mère, continuera à le chercher chez ses partenaires, comme objet à posséder absolument pour survivre. Et cela crée en lui une pression émotionnelle si forte qu’elle en est comme « possédée » et aveuglée, ce qui peut la rendre agressive tant la douleur est insupportable. Ce que la personne ressent (« re-sent » = sentir une fois de plus !), appartient au passé et se trouve réactivé dans le présent.

Une personne avec le chakra Muladhara mal énergisé peut également être très inflexible et avoir du mal à exprimer ses sentiments. À ce niveau, la personne ne se sent pas en sécurité et souffre des peurs liées à la survie et à l’abandon non seulement du partenaire mais aussi de la famille ou des amis. Il est nécessaire dans ce cas, d’énergiser le chakra de la racine, le chakra Muladhara.

Une personne avec le 1er chakra bien énergisé présente une personnalité structurée avec « les pieds sur terre » et un détachement sain quant aux préoccupations d’ordre matériel. Elle se sent généralement sûre d’elle-même, ce qui lui permet d’exprimer ses sentiments naturellement, sans se sentir menacée et sans le besoin de menacer l’autre.

 

La suite est réservée aux abonnés

  • Accédez à tout le magazine en illimité.
  • Soutenez un magazine indépendant d'auteurs et sans publicité.
  • Téléchargez le fichier PDF du numéro en cours.

Choisissez la formule d'abonnement qui vous correspond !

 

Vous pouvez aussi acheter cet article à l'unité (0.99 €) sur la boutique

Vous découvrez Présences Magazine ? 

Vous voudrez peut-être tester notre magazine en recevant gratuitement 1 article par jour dans votre boite mail : cliquez ici pour vous inscrire à cette découverte gratuite

Vous êtes déjà abonné ? Identifiez-vous pour pouvoir lire l'article dans son intégralité :

Testez-nous pendant 7 jours, c'est GRATUIT !