fbpx
Vous aimez cet article ? Partagez-le autour de vous !
  • 1
    Partage

Patricia Voisin-Aujoux
Quitter son job
Patricia Voisin-AujouxQuitter son job
Free Download Abonnez-vous pour pouvoir télécharger le podcast

Et voilà, vous avez cette sensation d’en avoir fait le tour, que vous soyez à votre compte ou pas.

Peut-être que votre chef recommence à sérieusement vous énerver, sans compter votre collègue de bureau qui est toujours en train de geindre en parlant de ses enfants ou de son conjoint. Est-ce une fois de trop ? Allez savoir ! Mais cette fois, vous avez vraiment envie de quitter ce job qui ne vous fait plus rêver. Sauf que… la peur reprend le dessus et un tas de questions vous assaillent à nouveau.

Partir est un projet, posez-vous certaines questions

Oui, vous avez un toit au-dessus de la tête. Oui, vous avez de la chance d’avoir un salaire, d’autres n’en ont pas. Oui, il y a toujours pire que vous (mais il y a mieux aussi !). Alors que faire ?

1 – Ne vous laissez pas envahir par l’émotionnel, il n’a jamais été un bon conseiller. Prenez le temps de vous poser dans un endroit tranquille ou allez courir pour vider le trop-plein. Tout dépend de votre personnalité. Respectez-la.

2 – Réfléchissez à tout ce que vous endurez et qui vous transforme en cocotte-minute. Sans compter toutes les soirées que vous passez à répéter la même chose à table et à empoisonner votre intérieur au propre comme au figuré.

3 – Est-ce que vous vous voyez encore dans 3 ans au même poste, au même endroit avec les mêmes personnes et les mêmes attitudes. Imaginez-vous encore dans ce que vous vivez actuellement. Est-ce supportable ou pas ?

Pas de précipitation, agissez en douceur

Pendant un bon bout de temps, j’étais plutôt impulsive. Je fonçais tête baissée dans tout ce qui me semblait sympa. Et je récoltais des bosses et des bleus à force de me cogner contre les murs. Mais çà, c’était avant :-). Maintenant je me donne un temps de réflexion pour ne pas faire n’importe quoi.

Profitez de l’été et de vos vacances. Prenez-vous aussi ce temps de réflexion et développez votre rêve pour orienter votre boussole. Et si vous n’avez pas tous les tenants ou tous les aboutissants parce que vous êtes parasité(e) par la peur, faites-vous aider.

Ne vous laissez pas polluer

Vous allez rencontrer des tas de personnes qui vont venir vous perturber dans votre désir de changement. L’extérieur vient souvent tester nos motivations, nos doutes et nos angoisses pour savoir si l’on est vraiment décidé( e) ou pas. Faites la part des choses et ne vous laissez pas parasiter. Une tierce personne peut vous aider à prendre du recul mais évitez les gens qui vous connaissent trop bien. Ils sont loin d’être neutres et garderont une certaine influence.

Un pas à la fois

Lorsque nous sommes dans une envie de changement, nous avons tendance à vouloir bouleverser la planète entière. Sauf que ceux et celles qui sont autour de vous n’ont pas choisi votre démarche. Alors, allez-y doucement. Prenez le temps de discuter, de dire ce dont vous avez besoin (de temps, d’espace…) et adoptez la méthode des petits pas pour ne pas faire tout exploser. Priorisez vos objectifs et agissez dessus chaque semaine.
Et si vous avez tendance à vouloir tout conserver sans vous défaire de quoi que ce soit, je vous annonce déjà que c’est impossible. Il n’y a pas de vrai changement sans se départir de quelque chose voire de plusieurs.

Inspirez-vous

Regardez toutes ces personnes qui ont osé franchir des caps importants dans leur vie. N’avez-vous pas envie de vous en inspirer ?

Lisez des livres, achetez des magazines, rencontrez des professionnels du secteur qui vous attire, participez à des conférences, à des réseaux, offrez-vous des formations qui vont vous donner un coup de pouce, parcourez des blogs. C’est comme çà que vous allez commencer à orienter votre nouvel axe, en rentrant dans du concret !

Du plaisir

Et comment ne pas terminer cet article en vous parlant du plaisir. Vous savez, la petite soirée au restau, le bon film au ciné, la dégustation gourmande d’une brioche, l’écoute d’un CD, le cours de salsa du jeudi soir, le café avec un pote ou la partie de rires avec les copines.

Faites-vous plaisir pour détendre votre corps et votre mental afin qu’ils puissent reprendre de l’énergie. Et ce temps de vacances est idéal pour cela.

Et maintenant ? Êtes-vous prêt(e) à passer le cap ?


Vous aimez cet article ? Partagez-le autour de vous !
  • 1
    Partage
  •  
    1
    Partage
  •  
  •  
  • 1
  •  
  •  
Patricia Voisin

Patricia Voisin

Je suis une femme qui a vécu plusieurs vies et qui continue un chemin entrepris à l’âge de 33 ans, lorsque la vie m’a montré qu’il était temps pour moi de changer de voie.
Enfant hypersensible, connectée à la nature et à l’invisible, j’ai oublié ma propre nature pour ne déranger personne.

Mon corps m’a secoué à mon adolescence au travers d’une pleurésie et d’abcès aux poumons. C’est un magnétiseur qui m’en a sortie. Un signe déjà là auquel je n’ai pas fait attention.

J’ai pris une voie classique, celle du mariage et de la maternité. Tout ce beau monde bien ficelé a volé en éclats à mes 33 ans. A force de sentir que je mourrais à petits feux, mon corps a à nouveau explosé dans un véritable cataclysme où j’ai vécu une « nuit noire de l’âme », un effondrement physiologique et émotionnel intense. Je n’avais pas d’autre choix que de retrouver ce chemin vers moi, celui que j’avais abandonné depuis longtemps.

De là se sont succédés une psychothérapie de plus d’un an, des rencontres merveilleuses avec des personnes passionnées par leur art et une période de transmission et de formation en acupuncture, accompagnement à la personne, massage, shiatsu et méditation.

Tout un cocktail qui m’a donné une grille de lecture vaste pour aider l’autre à avancer dans sa vie autant sur le plan personnel que professionnel.

La médiumnité que j’avais laissée de côté est aussi venue se réinstaller, tout doucement, et aujourd’hui, je suis une femme qui utilise ses multiples facettes en fonction de ce qui se présente dans ma vie et des personnes que je croise et viennent vers moi pour que j'éclaire leur route.

Je ne me donne pas de titres. Ils m’enferment. Je m’autorise à respirer à mon rythme, avec humilité et simplicité. Et mon corps est un formidable partenaire. C'est ensemble que nous avançons dans cette vie, sur ce chemin de réconciliation et d’apaisement, pour moi, pour les autres et pour tout ce qui m’environne.

Voir tous les articles

Ajouter un commentaire

pulvinar sit porta. luctus nec fringilla eleifend Praesent justo quis,