fbpx

Retrouvez le podcast en fin d'article 

Une fois n'est pas coutume et commençons notre article mensuel par une citation. Elle est tirée d'un des livres de Arnaud Desjardins nommé «Les chemins de la sagesse». La voici : «Des hommes libres n’ont aucune raison de lutter et de souffrir pour gagner une libération qu’ils ont déjà. Le chemin de la sagesse, le yoga, la religion s’adressent donc à des humains qui ne pensent pas du tout qu’ils sont libres. Une libération ne peut concerner que des humains répondant à l’une des conditions suivantes : asservis, soumis, dépendants, esclaves, prisonniers. Par conséquent si l’on n’est pas absolument convaincu de sa servitude, de sa soumission, de sa dépendance, de son esclavage et de sa prison, on n’a rien à faire dans la spiritualité, le yoga ou le zen. Il ne s’agirait que de malentendu, contradiction, inconséquence, amateurisme»  S'il est bien une notion que nous n'aimons pas trop considérer, c'est bien celle-ci : L'effort. Car oui, comme au creux de toute discipline, il faut y mettre du sien. S'investir pleinement et sans condition à ce que l'on croit et ce que l'on veut faire. La spiritualité ne peut en rien échapper à cette nécessité de l'effort profond et sincère du marcheur en chemin. Il paraît absolument évident à tout un chacun que si l'on souhaite maigrir il faille entamer un régime. Que pour devenir sportif, il faut s’entraîner et ainsi de suite à l'infini. Dans un monde de causalité, de l'action/réaction, toute demande appelle à un effort sincère de celui qui s'engage et pourtant on a le sentiment que dès qu'il s'agit de spiritualité, il faudrait que tout tombe du ciel.... Au sens propre comme au figuré...  Tout justement du ciel !

«Dans un monde de causalité chacun se trouve à l'endroit précis où il doit se trouver en conséquence de ses choix et actes...»

 

Pour lire cet article dans son intégralité, vous pouvez
acheter le numéro de Présences Magazine concerné dans notre boutique !

 

Yan Serre

Yan Serre

Ancré au nord Finistère, de Brignogan plages, Yan nourrit une passion pour la littérature et la nature depuis son plus jeune âge (il écrit depuis l’âge de 12 ans). Les mondes de la philosophie et de la spiritualité l’attirent très rapidement et c’est ainsi qu’il se met à lire Descartes puis Platon dès la classe de 3ème. D’un tempérament solitaire et aventurier, son enfance est portée par deux grands rêves : parcourir le globe par les mers et découvrir l’Himalaya. Il suit des études de philosophie puis exerce pendant cinq années au sein de l’Éducation nationale. Il a pourtant peu à peu envie d’indépendance et d’introspection. C’est alors qu’il se met en quête de tout ce qui pourrait l’aider à mieux vivre et à libérer son esprit de son quotidien matérialiste. Il découvre le yoga et le bouddhisme vers ses trente ans. Il multiplie les départs, d’abord en Europe puis dans le reste du monde. A l’hiver 2012, il entame un voyage initiatique en direction du sommet de l’Everest en solitaire, sans guide, sans porteur et sans moyen de communication. Cette expérience le transforme, humainement et spirituellement parlant. De retour, il est poussé par une incroyable envie de changer de vie et de se consacrer à la recherche du Soi. Il quitte son emploi pour créer sa propre société Terrévada afin de venir en aide aux artisans rencontrés au Népal. Il se lance dans sa passion d’écriture en publiant un premier livre qu’il auto-édite par choix, comme un pas de plus dans sa démarche d’indépendance mais toujours guidé par l’envie de partage. Il s’agit de “Népalsolo”, un premier livre qui sera par la suite suivi d’un deuxième tome nommé sur “La révélation de soi”. En 2016, il choisit de quitter son logement et de vendre une très grande partie de ses affaires personnelles pour acheter un camping-car, un lieu grâce auquel il peut poursuivre sa quête d’une vie plus indépendante et nomade. Il y approfondit son désir de partir à la rencontre des autres en leur faisant découvrir ses livres et les révélations découvertes lors de ses voyages.

Voir tous les articles
luctus ipsum Sed in tristique ut justo