fbpx

Pas de travail spirituel sans effort !

par | 2 Jan 2020 | Spiritualité | 0 commentaires

Retrouvez le podcast en fin d'article 

Une fois n'est pas coutume et commençons notre article mensuel par une citation. Elle est tirée d'un des livres de Arnaud Desjardins nommé «Les chemins de la sagesse». La voici : «Des hommes libres n’ont aucune raison de lutter et de souffrir pour gagner une libération qu’ils ont déjà. Le chemin de la sagesse, le yoga, la religion s’adressent donc à des humains qui ne pensent pas du tout qu’ils sont libres. Une libération ne peut concerner que des humains répondant à l’une des conditions suivantes : asservis, soumis, dépendants, esclaves, prisonniers. Par conséquent si l’on n’est pas absolument convaincu de sa servitude, de sa soumission, de sa dépendance, de son esclavage et de sa prison, on n’a rien à faire dans la spiritualité, le yoga ou le zen. Il ne s’agirait que de malentendu, contradiction, inconséquence, amateurisme»  S'il est bien une notion que nous n'aimons pas trop considérer, c'est bien celle-ci : L'effort. Car oui, comme au creux de toute discipline, il faut y mettre du sien. S'investir pleinement et sans condition à ce que l'on croit et ce que l'on veut faire. La spiritualité ne peut en rien échapper à cette nécessité de l'effort profond et sincère du marcheur en chemin. Il paraît absolument évident à tout un chacun que si l'on souhaite maigrir il faille entamer un régime. Que pour devenir sportif, il faut s’entraîner et ainsi de suite à l'infini. Dans un monde de causalité, de l'action/réaction, toute demande appelle à un effort sincère de celui qui s'engage et pourtant on a le sentiment que dès qu'il s'agit de spiritualité, il faudrait que tout tombe du ciel.... Au sens propre comme au figuré...  Tout justement du ciel !

«Dans un monde de causalité chacun se trouve à l'endroit précis où il doit se trouver en conséquence de ses choix et actes...»

Entrer en contact avec le monde de l'invisible rime trop souvent avec celui du magique et du «ça va tomber tout cuit». On peut ainsi se mettre en attente d'un sauveur providentiel ou d'êtres de Lumière qui finiraient par venir faire le boulot à notre place. Ils viendraient punir les méchants et récompenser les gentils dont on est, forcément, quand on est devenu «spirituel» !

 

 

La suite est réservée aux abonnés

Recevoir ce numéro de Présences magazine pour 1 €

 

 

Vous êtes déjà abonné ? Identifiez-vous pour pouvoir lire l'article dans son intégralité :

leo Donec et, tristique id, dolor eget consectetur risus