fbpx

Enfant, ma professeure de piano s'asseyait à mes côtés. Souvent elle ne jouait pas, mais ses mains étaient devant elle, survolant avec grâce et légèreté les touches, présence suffisante et encourageante, pour que mes mains agissent. Je n’ai pas mémoire d’avoir joué à quatre mains, mais j'ai conscience d'avoir partagé à quatre mains, partage si signifiant aujourd'hui.

Je ne me vois plus agir seul. Le monde a changé, parfois tragiquement, en moi émerge une envie extraordinaire de ne plus faire seul, de vivre ensemble.

Convaincu que les seules voies sont dans une mise en commun, qu’elles peuvent être une des belles parties de nos histoires, personnelles et collectives.

Je ne vendrai plus mes images sans partager le fruit de ce revenu, je suis un privilégié de faire le métier que j'aime avec passion. Redistribuer, c'est si essentiel pour que je ne me prive de tout.

Crédit photo : Igor Ochmiansky

 

La suite de l'article ainsi que l'écoute audio sont réservées aux abonnés

Recevoir ce numéro de Présences magazine pour 1 €

 

Vous êtes déjà abonné ? Identifiez-vous pour pouvoir lire l'article dans son intégralité :

Igor Ochmiansky

Igor Ochmiansky

Redonner à l'humain la priorité, révéler le meilleur, ouvrir la fenêtre de l'imaginaire, pour que le sensible ne soit pas que du beau, offrir les images du coeur.

C'est autant d'envies qui font de mon travail, une passion, longtemps enfermé dans la pratique voici que l'envie de l'esthétique ouvre sur d'autres façons de travailler et de voir dans le regard des autres.

Voir tous les articles
ut sem, leo Praesent felis mi, diam risus