fbpx

Paroles d’Akasha – Novembre 2019

par | 7 Nov 2019 | Spiritualité | 0 commentaires

Paroles d’Akasha - Novembre 2019 2

Retrouvez une lecture audio de l’auteur en fin d’article 

Quels messages souhaitez-vous faire passer aux lecteurs de Présences Magazine pour ce mois de novembre 2019 ?

Ce message est destiné à tous et toutes et nous sommes très reconnaissants d’avoir l’opportunité de transmettre à travers un support de conscience et d’expérience des messages de transformation, de libération et d’éveil.

Car pour ce mois de novembre c’est de cela qu’il s’agit plus particulièrement.

Il s’agit de se libérer de vos vieilles croyances bâties sur des fondations que vous n’avez pas forcément choisies.

Toute votre vie vous êtes soumis à la volonté et aux désirs d’autrui. Tout d’abord ce sont vos parents qui, avec, la plupart du temps, toute la bienveillance possible, choisissent  ce qui est bon pour vous et ce qui ne l’est pas. Vous commencez à vous construire sur les idées de vos parents qui sont très souvent les idées de vos grands parents, de vos arrières grands-parents, etc., etc. Même lorsqu’il s’agit  de ne pas reproduire “le modèle familial”, l’éducation se fait en opposition à celle reçue et non en création. En réalité, rares, très rares, sont les éducations faites en “création” en se basant sur la personnalité de l’enfant, de cet être en devenir.

Alors nos premiers fondements sont majoritairement le résultat de reproduction ou d’opposition à un modèle préexistant.

Puis vient le temps de l’école et de la mise en relation à l’autre. À d’autres éducateurs, à d’autres enfants, à d’autres parents… Un temps on vous êtes  littéralement “confrontés” à des modes d’éducation différents. Parfois tentant, parfois rebutant et, dans la plupart des cas différents car, et c’est bien normal, il n’existe pas “un” modèle d’éducation mais une multitude de modèles basés sur l’environnement familial et sociétal. Pour autant, vous commencez à vous développer avec une notion de ce qui est bien et de ce qui ne l’est pas. Une notion basée sur une vérité sans absolu. Même ce fameux “merci” si cher à votre société occidental n’existe pas partout et il est des parties du monde ou dire merci est tout simplement une aberration… Dans ces traditions, il est tellement dans la norme d’aider son prochain que ce que vous appelez une marque de politesse n’a aucune raison d’être.

Pendant ce temps de l’enfance, vous posez littéralement les bases de ce que vous êtes et surtout de ce que vous allez vous permettre de faire ou de ne pas faire. Un constat qui donne le vertige tant il est lourd de conséquences.

Puis vient le temps de l’adolescence, ce temps ô combien révélateur, constructif et destructeur. À ce moment-là, ce n’est plus vraiment le modèle éducatif de la famille et de l’entourage qui construit l’être mais celui de la société de consommation. À ce moment, où que ce soit et dès lors que cette société de consommation existe, l’individu perd ce qu’il est pour commencer à “souhaiter” appartenir ou correspondre à une image. Il y a tout d’abord les bases de votre “éducation” (et, même si cela est votre mot de compréhension, sachez qu’il est pour nous difficile à prononcer tant il est réducteur pour l’être dans sa globalité) maintenue tant bien que mal par vos parents dans cette période trouble qu’est l’adolescence, auxquelles viennent se superposer les normes de la société de consommation. Et voilà que vous perdez totalement de vue ce que vous êtes au plus profond de vous. Cette fois-ci ce ne sont plus vos parents qui posent des bases en reproduction ou en opposition, c’est vous. Et une fois de plus, rares sont ceux qui se construisent en création.

Puis vous choisissez (toujours par opposition ou par reproduction) de faire des études ou d’aller travailler et, petit à petit vous entrez dans un autre modèle, celui de la société de “production” à laquelle vous appartenez pour un temps ou pour longtemps, parfois toute une vie. De plus en plus nombreux sont ceux qui décident de se “reconvertir” (là aussi le terme est quelque peu déroutant de notre point de vue) afin d’être plus en osmose, plus en accord avec ce qu’ils sont. Pour d’autres c’est ce que votre société nomme “l’instabilité”… changer de travail sans cesse, se lasser vite et essayer autre chose encore et encore. Cette instabilité est recherche. Recherche de soi, recherche de cohérence entre l’intérieur et l’extérieur. Entre ce que l’on pense et ce que l’on fait.

Vient ensuite ou dans le même temps, le moment de bâtir sa propre famille. Et il s’agit là de faire la part des choses, de fusionner, de trouver l’équilibre entre deux modèles d’éducation différents. La question rhétorique se pose de savoir si vous êtes prêt à abandonner certaines de vos “règles”, certaines de vos “croyances” ou seulement à les infléchir afin d’accueillir l’autre dans sa spécificité ? Vous pensez certainement que “votre” modèle est “le” modèle… Et tout de même, “ça”, jamais pour vos enfants ! Et vous voilà, une fois de plus en train de reproduire ou de vous opposer… plus rarement de composer même si cela est une obligation si vous souhaitez que cette cellule familiale ait une chance de survivre. Mais nous avouons aisément faire des “concessions”. Rares sont les fois où vous “épousez” vraiment la façon de faire de l’autre. Vous passez à côté de l’enrichissement mutuel sous prétexte d’une “éducation” qui vous a été imposée.

Alors vous continuez, parfois jusqu’à ce que mort s’en suive, à reproduire et à vous opposer… Si cela résonne en vous, ne serait-ce qu’un soupçon, alors le temps est venu de vous réveiller, de vous éveiller !

Voilà notre conseil pour le mois de novembre, avec la conscience que, si vous décidez d’entamer ce chemin, les mois, les années qui suivront seront des temps de découverte, de changement, de déconvenue, de transformation et de libération. Est-ce que vous allez y perdre des plumes ? Évidemment, mais quel oiseau ne perd pas de plumes pour accueillir un nouveau plumage ? Le phénix ne renaît-il pas de ses cendres ?

En ce mois de novembre nous vous invitons à entamer un chemin de découverte de votre soi le plus élevé par la déconstruction de votre image.

Il est temps de laisser choir vos vieilles peaux. Il est temps de laisser tomber tout ce qui ne vous appartient pas. Toutes ces facettes de vous qui ont été construites par simple mimétisme sans conscience ou volonté profonde. Que vous a-t-on dit lorsque vous étiez petit et qui a conditionné vos choix passés et présents ?  Remontez dans vos souvenirs et allez trouver toutes ces injonctions qui se sont imposées à vous. Nous savons que certaines phrases résonnent toujours dans votre tête aujourd’hui, plus bruyante encore qu’à l’époque où elles ont été prononcées. Vous a-t-on dit : “Tu ne pourras jamais faire ceci ou cela car tu es comme ceci ou comme cela”,  “Ceci ou cela ne se fait pas quand on est quelqu’un comme ceci ou comme cela”, “Si tu ne fais pas ceci ou cela, tu finiras comme ceci ou comme cela” ? …

Il est venu le temps de revisiter vos fondements à la lumière de ce que vous êtes aujourd’hui ? Revisiter vos fondements à la lumière de vos rêves d’enfants. Revisiter vos fondements à la lumière de vos connaissances et de votre sagesse actuelle et accepter de vous libérer de tout ce qui ne vous appartient pas.

Quelle image de vous avez-vous bâtie ? A qui ressemblez-vous aujourd’hui (physiquement, émotionnellement, professionnellement, personnellement…sur tous les plans de votre existence) ? Êtes-vous vraiment celui ou celle qui correspond à cette image ou vous trouvez-vous trop lisse, trop sage, trop poli, trop éteint, trop… mort ?

Installez-vous dans le silence de votre souffle et de votre être et partez à la rencontre de vous-même. Utilisez vos méditations pour ce faire et  observez-vous. Observez vos actions, vos paroles, vos croyances… Observez ce que vous êtes et ce que vous faites et demandez-vous à qui cela appartient-il ? Est-ce que cela appartient à votre famille, à votre milieu social et professionnel, à vos amis… ?  Puis, en conscience, choisissez si cela vous convient ou si cela vous a été imposé (par vous-même ou par autrui) par reproduction ou par opposition.

Si vous souhaitez aller à la source et remonter à votre nature première, nous vous invitons à visiter votre vie domaine par domaine, en commençant par votre propre image physique. Comment vous voyez-vous aujourd’hui ? Ce complexe en particulier, qui le possède autour de vous ? A-t-il son origine dans une phrase prononcée, dans le comportement d’une personne en particulier, dans une fausse croyance…? Ayez conscience que vous avez littéralement “engrammé” toutes ces reproductions et toutes ces oppositions jusque dans votre chair et ce, pour le meilleur comme pour le pire.

Il est temps pour vous de devenir créateur de votre vie et de ne plus être l’esclave de votre image. Vous n’êtes pas votre image, vous n’êtes pas ce que l’on attend ou ce que l’on espère de vous ! Brisez vos chaines et allez à la rencontre de vous-même par un travail conscient et fastidieux de revisite de vos fondements. Et prenez des notes suite à vos méditations. Beaucoup de choses vont vous être révélées lors de ce travail. Vous pouvez choisir de commencer les fouilles archéologiques de ce que vous êtes aujourd’hui afin de vous libérer de ce qui ne vous appartient pas mais également afin de retrouver les trésors cachés de votre être. Ces trésors sont enfouis sous une multitude de couches que vous avez revêtues au fur et à mesure des différentes étapes de votre vie et de votre développement. Au fond, rares sont celles qui sont réellement les vôtres. Il est temps de vous alléger de vos manteaux de poussières afin de laisser rayonner votre lumière.

À chaque couche que vous laisserez tomber sur le sol, votre nature divine se révélera un peu plus. Couche après couche, peau après peau, libération après libération, vous entrerez en contact avec votre nature spirituelle. Au-delà de l’image, au-delà des frontières de la matière demeure un diamant brut. Une pierre des plus pures et des plus authentiques. Un espace dans lequel seul l’amour, la joie et l’unité coexistent. 

Ayez le courage, la patience et la persévérance de vous libérer  en revisitant ce qui vous constitue aujourd’hui. Domaine après domaine, modèles après modèles, croyances après croyances… Et à chaque révélation qui vous sera faite, prenez-en note. Pour plus de facilité, vous pouvez choisir de prendre une feuille par domaine. Votre image physique. Votre image professionnelle. Votre image familiale. Votre image sociale. Votre image affective. Votre image émotionnelle…. Et dès que vous en avez l’occasion, revisitez. Dès que vous vivez quelque chose d’intense, revisitez. Dès que vous souhaitez accomplir un travail de développement personnel, spirituel, d’éveil, revisitez. Revisitez votre vie. Revisitez-vous. Puis, rédigez votre déclaration d’intention. Choisissez de libérer ce qui ne sert pas la plus belle version de vous-même et posez, en conscience cette fois ci, vos nouveaux fondements.

Dans l’Amour et la Lumière d’Akasha,

Marie pour les Maîtres et Seigneurs de l’Akash

Paroles d'Akasha - Novembre 2019

by Marie Prudhomme | Présences Magazine No 8 - Novembre 2019

venenatis, ante. lectus neque. eleifend id, adipiscing Lorem quis elit.