fbpx

Qui d’entre nous n’éprouve pas d’admiration pour une femme comme Mère Teresa ? Je pourrais aussi citer l’abbé Pierre, Sœur Emmanuelle, le Père Damien et bien d’autres encore.  Ce genre de personne altruiste, entièrement au service des autres, des plus pauvres, des plus démunis, sacrifiant leur propre existence.

Nous n’éprouvons pas que de l’admiration. Parfois, nous ne nous sentons pas à la hauteur, nous nous sentons coupable de ne pas être aussi engagé.e qu’eux, de ne pas contribuer plus à l’amélioration du monde.

Dans cet article, nous allons explorer les challenges que nous rencontrons dans notre tentative de donner un sens profond à notre vie à travers notre contribution au monde. Comment être utile sans tomber dans les excès de la mission que nous avons choisie ?  Comment profiter de notre quotidien tout en étant satisfait.e de notre engagement ?

En tant que conseillère en fleurs de Bach, c’est bien entendu cette solution que je vais vous proposer. Mais quelles fleurs pour quels problèmes liés à notre mission ?  C’est ce que vous découvrirez dans la suite de cet article.

Avant de commencer, un petit rappel pour ceux et celles qui entendent parler des fleurs de Bach pour la première fois. Il s’agit d’élixirs floraux sous forme de gouttes mises au point par un médecin anglais au siècle dernier. La propriété de ces fleurs est d’agir sur nos excès émotionnels. 38 fleurs couvrent toute la palette des émotions humaines et permettent de rééquilibrer les émotions.

Elles guérissent en profondeur les blessures que nous avons accumulées depuis notre naissance. De cette façon, nous n’agissons plus à partir d’elles mais à partir de notre conscience.  (Vous pouvez retrouver tous les anciens articles consacrés à cette méthode dans la boutique).

La plupart des « missions de vie », de la plus petite à la plus ambitieuse, passe par apporter une plus-value aux autres par l’intermédiaire d’un service.

Car rendre service est un geste inné.  Au départ sans doute un geste de survie : c’est grâce au soutien mutuel que l’humain a pu survivre dans la nature hostile depuis la préhistoire.  Mais c’est tout autant un geste d’empathie, pour ne pas dire un geste d’amour.

Les expériences de Michael Tomasello et Felix Warneken de l'institut Planck (Leipzig, Allemagne) sont célèbres, pour avoir mis en évidence le caractère spontané de l'empathie chez les jeunes enfants entre 10 et 14 mois.

Un adulte entre dans une pièce les bras chargés de livres.  Tellement chargés qu’il est incapable d’ouvrir l’armoire où il doit les ranger.  On voit alors ces petits enfants observer et essayer de comprendre le besoin de l’adulte (qui ne dit rien). Ensuite, ils se mettent en mouvement en ramassant les livres tombés ou en ouvrant la porte de l’armoire. C’est touchant de voir à quel point ils s’investissent dans cette tâche même au prix de gros efforts physiques étant donné qu’ils marchent à peine.

Au fur et à mesure de nos expériences personnelles, soit nous hyperdéveloppons cette capacité d’empathie, soit nous l’enfermons bien profondément.

Quelles sont les raisons pour lesquelles nous hyperdéveloppons cette capacité ? Elles sont variées et souvent très personnelles.

Si nous avons vécu avec un parent qui ne peut assumer complètement son rôle, par exemple parce qu’il est dépressif, handicapé, alcoolique, nous devons faire en sorte que ce parent puisse continuer à assurer nos besoins primaires d’enfant : manger, boire, avoir chaud…   Nous avons utilisé cette empathie naturelle pour assurer notre survie. Aider devient une question de vie ou de mort.  En tout cas, c’est ce que nous enracinons comme croyance à un niveau inconscient.  Nous ne questionnons en général pas nos croyances tant qu’elles ne sont pas mises à l’épreuve.  Aider devient alors une seconde nature.

Cela peut aussi se traduire par la peur pour nos proches, nous nous mettons à leur service de peur qu’il leur arrive quelque chose.  Je pense ici à toutes les mamans qui s’en font tellement pour leurs enfants qu’elles finissent par en être esclave.

 

La suite de l'article ainsi que l'écoute audio sont réservées aux abonnés

Découvrez la formule d'abonnement qui vous convient
(au trimestre ou à l'année, en digital et/ou en papier)

 

Marie-Noël Damas

Marie-Noël Damas

Marie-Noël Damas est une épouse comblée, maman de 4 grands enfants et grand-mère de 6 petits-enfants.

Née un soir de Noël, elle a choisi la mission de porter l’espoir et la joie dans le quotidien d’un maximum de personnes. Intriguée par le fonctionnement de l’être humain, elle s’intéresse à l’amélioration de la santé globale.

C’est tout naturellement qu’elle adopte les thérapies naturelles énergétiques comme l’EFT et les Fleurs de Bach dont elle se fait le porte-parole à travers des conférences et des formations disponibles sur Internet.

Marie-Noël est aussi psychothérapeute, auteur de livres de développement personnel, formatrice, et conférencière :
Livre : "Soignez votre corps, guérir vos émotions : message des fleurs de Bach"
Formations : Formation basique aux Fleurs de Bach, "Débarrassez-vous du stress"

Voir tous les articles
venenatis consectetur Nullam commodo Lorem Curabitur ipsum Sed diam