fbpx

Le mois de mars s’est annoncé, et avec lui, une certaine idée de la renaissance et du renouveau. Les jours peu à peu se rallongent, les oiseaux nous offrent leurs gazouillis matinaux et, timidement, la nature fleurit à nouveau.

Les carnavals : ces rituels de passage ancestraux

C’est aussi le temps des carnavals.  Aux quatre  coins  du monde,  ils  réapparaissent  comme chaque année, turbulents, tapageurs et colorés. Du nord au Sud, d’Orient en Occident, les rythmes endiablés des percussions locales accompagnent les rires et les chants des carnavaliers. Des troupes entières, vêtues d’habits qu’elles ne porteraient pas en temps ordinaire (et ne reporteront sûrement plus jamais) envahissent petites et grandes villes et sèment le chaos. Dans un grand nombre de cas, tout ceci se termine par le jugement, le plus souvent à charge, d’un mannequin de paille, sorti et exhibé pour l’occasion. La sentence, quant à elle, perpétuelle et identique, ne se fait pas attendre ; et le pantin de s’enflammer sous les cris et les huements de la populace...

Pourtant, derrière leur côté bon enfant et parfois désuet, ces charivaris populaires nous adressent un message essentiel, bien caché sous des siècles d’oubli et de lobotomisation industrielle et commerciale. Grâce à Carnaval,  chacun  a  l’opportunité  de  se  glisser  dans  la  peau  d’un.e  autre ; renverser les codes établis, pour un jour ou une semaine, ouvrir un espace-temps où la normalité semble exploser... avant de reprendre sa place dans le rang.

À l’époque des fêtes athéniennes  (entre  le  Ier  et  le  IVe  siècle  ap.  JC),  l’année  débutait au moment de l’équinoxe de printemps. De manière très logique, l’Être Humain calait son rythme  sur celui de la nature ; avec la renaissance de celle-ci, il allait pouvoir revivre (notamment grâce  aux récoltes et aux semences). Ainsi, la période entre le  solstice  d’hiver  et  l’équinoxe  de  printemps se présentait comme une bulle intermédiaire entre hiver et printemps, entre Mort et Vie, entre néant et renouveau. En brûlant le pantin, nous brûlons le passé et laissons la place à demain et sa page blanche. Loin d’être anodins donc, ces carnavals sont de véritables célébrations,  héritières de rituels ancestraux, présents dans chaque recoin du monde. C’est la renaissance et le cycle incessant de la nature que nous célébrons. C’est un cri de joie qui affirme que  tout  est cyclique, tout passe et rien ne dure. Chaque nouvelle  étape  apporte  une  nouvelle  marche  à  notre évolution. Chaque porte dans cette roue du temps, nous rapproche  un  peu  plus  de  la  nature, et par là-même de notre propre nature  cyclique  ; comme un miroir, pour nous rappeler  que, contrairement à l’idée répandue, nous ne vivons pas dans la nature, nous sommes la nature ; nous fonctionnons comme elle, sur les mêmes rouages...

Printemps, Été, Automne, Hiver
Aube, Jour, Crépuscule, Nuit
Naissance, Âge adulte, Âge sage, Mort
Et tout recommence....

Nous passons ainsi de portes en portes, d’étapes en  étapes,  soit  bercé.e.s  par  les  cadences régulières du temps, soit emporté.e.s par les grands moments de nos vies. Le fait est que notre vie entière est rythmée par une multitude de passages, de moments plus ou moins éphémères, qui nous font pénétrer dans un nouveau « Moi », nouvelle posture, nouvelles opportunités. Passages de vie ou passages du quotidien, ils sont là près de nous, nous accompagnent et ponctuent nos existences ; ils rythment ainsi nos pas, à la manière d’une musique de grands magasins : parfois, nous fredonnons avec elle, et parfois nous n’y prêtons aucune attention.

 

La suite de l'article ainsi que l'écoute audio sont réservées aux abonnés

Découvrez la formule d'abonnement qui vous convient
(au trimestre ou à l'année, en digital et/ou en papier)

 

Myriam de Lesaka

Myriam de Lesaka

C’est après plusieurs années dans une vie qui me convenait de moins en moins que j'ai pris le temps de découvrir les routes que j'avais laissées de côté. Ces routes m'ont montré la méditation, la féminité sacrée, la sororité, ma mediumnité, et tant d'autres trésors ! Je me suis découverte Femme sensible, guérisseuse... J'ai découvert que le Féminin était une force bienveillante, qui m'habitait à moi aussi, et dont je pouvais me servir pour accompagner celles et ceux qui le souhaiteraient. Reliée enfin à ce Féminin sacré, j'ai arrêté de lutter. Guidée par mes prises de conscience et mes intuitions, que j'écoutais sans limite, je me suis connectée à mon canal intuitif, ma médiumnité… Autodidacte, je me suis mise à pratiquer les oracles, le pendule, l'écriture intuitive, la numérologie ; d'abord pour moi, et très vite pour les autres.

Mon cheminement est sans fin.  Ma curiosité reste intacte, tant d'un point de vue de guérison personnelle que pour l'accompagnement des personnes qui viennent à moi.  Je lis, je rencontre, je me forme et je prends soin de mes blessures.

Je suis une Femme et une thérapeute multiple, avec une boîte à outil multiple ; car la vie est multiple. M'enfermer dans une seule et unique catégorie, "spécialité" reviendrait à me scléroser et, par là même, scléroser mes accompagnements. Je fais donc de la guidance intuitive et médiumnique. Mais aussi de l'accompagnement du et au Féminin et Féminin Sacré, soins énergétiques du Féminin en tant que Moon Mother, de l'accompagnement à la méditation, de la numérologie, des ateliers bien-être et développement personnel...et je suis auteure.

En perpétuel apprentissage à l'école de la vie, pour mieux être présente à moi et aux autres.

Voir tous les articles
ante. suscipit velit, Aenean leo nunc mattis ut