fbpx

« Les gens ne se souviendront pas de ce que vous leur avez dit ou de ce que vous leur avez fait, mais ils se souviendront toujours de ce qu’ils ont ressenti en votre présence ». Maya Angelou.

Cette phrase résonne en moi depuis bien longtemps. Si je la considère avec attention et « en conscience », elle m’habite même depuis toujours. Avant que je ne la connaisse. Du plus loin que je remonte, j’ai toujours perçu et ressenti les gens, avant de les écouter ou de considérer leurs actes. Très jeune, j’ai développé cette capacité à « flairer ». J’étais sensible à ce qui émanait d’eux. Je n’en avais pas conscience, mais je peux dire aujourd’hui que je me fiais à mon intuition. Je voyais (ou pas) le rayonnement d’une personne. Je pressentais son humanité. Son bonheur de vivre. Ou sa peine. Sa frustration. Sa colère. Sa souffrance… Je pouvais pressentir ses abîmes, ses tourmentes, ses injonctions paradoxales. Je me servais de cet instinct « animal » pour décider à qui je pouvais parler ou simplement, qui je pouvais écouter sans craindre de « trahison » ou de faux semblant.

J’ai développé un immense besoin de lien sincère, d’authenticité, de « mêmes longueurs d’ondes ». Je cherchais la possible complicité. La possible réciprocité. Est-ce une belle personne ? Que se cache-t-il derrière son visage ou sa manière d’être à soi et à l’autre ? Y a-t-il une faille ? Qu’est-ce que cette faille me raconte de cette personne, et peut-être de moi-même ? Est-ce l’égo qui parle ou l’essence même de son être dans toute sa vulnérabilité, fragilité, candeur, force, puissance ? Qu’est-ce que sa parole ne dit pas ? Y a-t-il d’autres mots derrière les mots ?

Mon parcours de vie m’a amenée à m’intéresser au « dire », au verbe, au « parlé ». Mais aussi et surtout à l’au-delà des mots. À la manière dont ces mots sont dits : avec quel corps ? quelle âme ? quel climat ? quelle implication ? quel sens ? quelle vérité ?

La puissance du « plus grand que nous »

Que nous dit Maya Angelou dans cette phrase si chère à mon cœur en introduction de cet article ?

Je fais ici une hypothèse : les mots et les actes sont importants, certes. Mais l’humain est au cœur des mots. Les mots sont au cœur de l’humain.

 

La suite de l'article ainsi que l'écoute audio sont réservées aux abonnés

Découvrez la formule d'abonnement qui vous convient (en audio, en digital et/ou en papier)

OU

Achetez le magazine au numéro (format papier ou digital)

Vous êtes déjà abonné ? Identifiez-vous pour pouvoir lire l'article dans son intégralité :

Marie Verguet

Coach et formatrice en efficacité, présence et conscience relationnelle - Communication verbale et prise de parole en public
Auteure du programme "Prise de parole présente" sur l'application "Petit Bambou" (2,7 millions d'utilisateur à ce jour !).

Voir tous les articles