fbpx

Chaque enfant vient au monde avec une âme pure. Elle est lumineuse et pleine d’amour inconditionnel. Qu’est-ce qu’il y a de plus touchant que d’observer un nouveau-né dans les premières heures de sa vie ? Même si beaucoup d’enfants sont attendus et désirés, beaucoup font aussi souvent face à du rejet (par exemple, quand l’un des parents n’en voulait pas), de la déception (quand il était rêvé en tant que garçon et qu’il naît fille), de la tristesse (quand la maman fait une dépression post-partum), de l’abandon (quand les parents ne sont pas capables de l’assumer)… Il n’est pas nécessaire de mettre des mots pour que l’enfant perçoive le message. Il le lit dans les yeux et les expressions de son entourage proche et comprend immédiatement qu’il n’est pas « assez bien » puisqu’il ne rend pas heureux ses parents. Comme il est complètement dépendant d’eux, il va très vite apprendre à s’adapter à leurs attentes simplement pour survivre. Tant que le petit enfant ne sait pas s’exprimer avec des mots, il va inscrire inconsciemment ses blessures d’âme dans son corps afin de pouvoir s’en occuper plus tard.

Les 5 blessures de l’âme

Lise Bourbeau, entre autres, a fait un travail remarquable en étudiant les cinq blessures de l’âme qui empêchent d’être authentique. Elles sont : le rejet, l’abandon, la trahison, l’humiliation et l’injustice. Ces blessures sont inévitables et universelles. Certains ont les cinq, beaucoup en ont deux ou trois prédominantes. Cependant, la blessure-mère principale est la blessure du non-amour. L’enfant comprend qu’il n’est pas aimé dans son essence parfaite et qu’il doit changer pour se faire aimer. Cette blessure purulente des premiers moments de vie va influencer toute sa vie, parfois de façon dramatique.

La vie est pourtant bien faite. Tout ce qui n’est pas digéré et réglé revient inlassablement dans notre vie, sous des visages différents, pour enfin être regardé en face et être définitivement intégré. Certains s’étonnent de se retrouver régulièrement dans des situations redondantes, par exemple, d’être avec un partenaire qui va les tromper plusieurs fois. Cet évènement va être très douloureux et va souvent provoquer une rupture brutale. Après beaucoup de chagrin, la personne trompée se met parfois à réfléchir à ce qui peut bien lui attirer ce genre de situations répétitives. Et bien souvent, elle ne trouve pas car sa mémoire intellectuelle ne se souvient pas forcément d’une situation où le thème de la trahison et de l’abandon brutal est resté une plaie ouverte et purulente qui ne demande qu’à être enfin soignée.

La mémoire du corps

Tout le monde s’accorde pour croire que notre mémoire se souvient de certains évènements de notre vie et que certains sont aussi passés à la trappe. Très peu de personnes savent que leur corps a une mémoire aussi. La mémoire du corps est même souvent plus active que la mémoire mentale. La mémoire physique va se faire ressentir par des sensations de malaise, de stress, de panique, des envies de vomir soudainement. Souvent, nous n’y portons pas d’attention et surtout, nous ne voyons pas de lien direct avec les difficultés de notre vie quotidienne. Pourtant, le corps sait…  bien mieux que notre super ordinateur central qui essaie de gérer toutes les informations reçues pêle-mêle. Nous sommes tellement entraînés à n’écouter que ce que nous dit notre cerveau que nous ne prêtons plus attention à toutes ces sensations qui nous donnent pourtant de précieuses informations.

 

La suite de l'article ainsi que l'écoute audio sont réservées aux abonnés

Recevoir ce numéro de Présences magazine pour 1 €

 

Vous êtes déjà abonné ? Identifiez-vous pour pouvoir lire l'article dans son intégralité :

Isabelle Colineau

Isabelle Colineau

Isabelle Colineau est née en 1971 dans un petit village d’Anjou. Après des études de commerce international à Paris, elle s’installe à Bonn, en Allemagne. Elle est mère de deux adolescentes.

Elle travaille pendant quatorze ans aux Nations Unies jusqu’au jour où un coup du destin bouscule radicalement le cours de sa vie. Après une longue traversée du désert, elle découvre son don de guérison. Depuis 2010, elle le met à la disposition de personnes désireuses de se libérer de leurs maux et de leurs mémoires corporelles.

Elle est l’auteure de « De la lame de fond au fond de l’âme », son premier ouvrage où elle relate avec une authenticité remarquable ses émouvantes expériences et découvertes. Elle est portée par la motivation de faire connaître à un grand public que les maux du corps sont le reflet des maux de l’âme.

Voir tous les articles
id ut adipiscing nunc id, diam commodo Sed