fbpx

Avez-vous remarqué ? Il est des moments dans notre vie où nous pouvons avoir le sentiment d’être touchés par l’extase, un sentiment de bonheur absolu, où l’on peut se sentir invulnérable, intouchable tant nous ressentons l’amour en nous.

Cela peut arriver lorsque l’on tombe amoureux, lorsqu’un enfant vient à naître et entre dans notre existence, lorsqu’on nous tend la main alors que l’on se trouve dans une situation qui nous semble désespérée, lorsqu’on nous fait un câlin.

Chaque fois que nous nous autorisons à être dans le cœur, nous pouvons alors nous apercevoir qu’il n’y a pas de problème et que tout est fluide et lumineux, nous sommes sur notre nuage volant au-dessus d’éventuels soucis, rien de négatif ne peut véritablement nous atteindre…

Seulement voilà, tout n’est pas aussi rose et ces moments d’extase où l’amour coulerait à flot sont loin de faire légion. Et dans notre vie de tous les jours, on peut s’apercevoir combien parfois cela peut être compliqué, dans notre relation avec notre conjoint, au travail, avec la famille, avec soi-même, avec les autres en général, et nous sommes en permanence confrontés à des situations qui nous secouent, qui nous déstabilisent, qui sont à l’opposé de ce que l’on souhaiterait et qui nous laissent perplexes…

À cet instant, dans une de ces situations, il serait intéressant de nous arrêter et d’observer avec sincérité, en nous posant la question de savoir si l’on est en capacité de mesurer à quelle distance on se trouve de l’amour.
Alors bien évidemment je ne suis pas ici en train de dire qu’il faut tout accepter sans broncher, ce n’est pas du tout mon propos. Accepter ne veut d’ailleurs pas dire valider, mais en conscientisant le bien que je ressens lorsque je suis proche de l’amour, je suis alors en mesure d’apprécier à quelle distance je peux en être séparé lorsque j’ai l’impression que tout part en « cacahuète », que tout va mal et que je me sens au fond du trou…
Vous en conviendrez certainement, on ne peut pas vraiment dire que des pays qui sont en guerre s’aiment profondément, c’est plutôt l’inverse.

La question est : à quoi cela peut bien servir de pouvoir savoir à quelle distance on se trouve de l’amour ?

 

La suite de l'article ainsi que l'écoute audio sont réservées aux abonnés

Découvrez la formule d'abonnement qui vous convient (au trimestre ou à l'année, en digital et/ou en papier)

OU

Achetez le magazine au numéro (format papier ou digital)

Vous êtes déjà abonné ? Identifiez-vous pour pouvoir lire l'article dans son intégralité :

Stéphane Vaillant

Je crois de mémoire m’être longtemps cherché, sans savoir vraiment où était ma place, sans savoir vraiment ce que je faisais là, j’étais là sans vraiment être là, et puis un jour, naturellement, tranquillement, des choses se sont ouvertes, j'ai développé des qualités d'observation et d'écoute et parallèlement mon magnétisme ce qui m’a petit à petit amené dans cette pratique qui est la mienne aujourd’hui.

J’aime à dire que les personnes qui choisissent de devenir thérapeute, sont des personnes qui ont beaucoup de blessures et que c’est avant tout pour se soigner elles-mêmes qu’elles exercent ce métier.

Mais en opérant un travail sur elles, elles sont alors à même de pouvoir aider les personnes qui ne vont pas bien, car elles parlent à cet instant d’expérience, un peu comme si elles pouvaient les éclairer sur les obstacles du chemin parce qu’étant déjà passées par là.

C’est un peu l’idée générale de mon parcours.

Ainsi aujourd’hui, j’essaie d’aider en essayant d’apporter le maximum de clés de compréhension, pour que la personne qui consulte puisse avancer de nouveau, alors qu’elle pouvait se sentir bloquée sur son parcours sans savoir pourquoi.

Voir tous les articles