fbpx

Pardonne-moi mon corps, pour toutes ces années où je t’ai fui, renié, trahi.
Pour toutes les fois où je t’ai critiqué, je t’ai reproché d’être à l’origine de mes malheurs et de mes tourments.
Je ne te laissais aucun droit de réponse.
Tu étais condamné sans aucun procès, sans témoins, ni avocats.

Je te reprochais de ne pas rentrer dans mes critères, je te reprochais de ne pas être à la hauteur, ou de me faire du mal lorsque je voulais que tout aille bien.
Tu n’avais pas le droit de dire ta fatigue, ni ton besoin de tendresse, de nourriture affective.
Tu étais pour moi, la matière qui m’empêchait de m’envoler, qui m’empêchait d’atteindre mes mirages dans mes idéaux éthérés.

Toi mon corps qui me ramenait à la Terre, celle où j’avais choisi de m’incarner.
Qui me rappelait à ma condition d’humaine.
À ma fragilité d’être dans un corps de chair qui ressent les coups de la vie, les coups du sort et de trahison aussi bien à la surface que dans mes profondeurs.
Je te maudissais lorsque tu me faisais faillir dans ma timidité, dans ma sensibilité, dans ces émotions qui me submergeaient.

Pourquoi tu ne pouvais pas être telle une machine qui écoute au doigt et à l’œil ?
Un peu de mécanique, de l’entretien et on n’en parle plus !
Non, toi mon corps qui me disais, me criais parfois tout le désarroi d’une vie sans vie.
Qui me faisais mal lorsque je m’oubliais, qui me ramenais face contre terre lorsque j’étais perdu dans la lune. Tu me montrais tout le sens du vivant par les sens.
Mais j’en avais peur de cette puissance de vie, je préférais les concepts et les théories.

Mon corps, que j’ai si longtemps rejeté, renié, toléré parfois, car je n’avais pas le choix.
Qui me faisait peur, car je ne comprenais pas ton langage de bien-être et de mal être.
Toi, ce corps qui m’a fais vivre des peurs, des désirs à n’en plus finir.
Qui ne voulais pas se museler, se dresser, se manipuler à ma simple volonté.
Ce corps qui après tout dirigeait ma vie, car sans toi, je ne pouvais plus vivre tel que je le voulais à 100 à l’heure.

Puis, un jour, en un instant, tout a basculé.
Cet accident de voiture, où je t’ai vu recouvert de bleu long comme mon bras sur toute ta surface.
Je t’ai vu dans le miroir, jour après jour, guérir, renaître sous mes yeux, reprendre les couleurs d’antan. Tous ces gestes anodins où je te sentais meurtris sous ces hématomes,
Je me suis mise à t’aimer, je me suis mise à découvrir la force que tu possèdes.

Je t’ai découvert mon corps. Toi si précieux !
J’avoue au début j’ai eu pitié du toi, triste de ce que tu venais de subir.
Puis, j’ai vu que tu étais vivant, jour après jour, tu renaissais.
Je me suis mise à te trouver extraordinaire, puissant et si beau.
Toujours dans ce miroir, je t’ai découvert et je t’ai trouvé fascinant.
J’ai découvert ton impulsion de Vie et que tu avais ta volonté propre.

C’est à ce moment que la magie a opéré entre nous.
Plus je t’observais, plus je te parlais, plus je t’aimais, plus tu te régénérais à une vitesse folle !
Je me suis mise à dialoguer avec toi, de plus en plus, tu me répondais.
J’ai découvert que tu n’étais pas cette matière inerte qui souhaitait me tourmenter.
Tu étais vivant et tu attendais patiemment notre rencontre consciente.
Notre histoire commençait et c’est la plus incroyable des histoires de ma vie.

J’ai découvert comme tu es le siège de mes délices, le temple de mes saveurs, le support de mon âme.
Sans toi, je n’existerais pas sur cette Terre, je n’aurais pas de limites, pas de références.
Je ne sentirais pas la chaleur du soleil, la douceur d’une caresse, le frisson de l’excitation, le désir et l’extase dans l’étreinte de mon bien aimé.
Le bien-être et le réconfort d’être pris dans les bras, la sensation d’aimer et d’être aimé.

Mon corps c’est toi qui me permets de me sentir vivante. Tu me ramènes dans le moment présent, tu me fais quitter la tête.
Grâce à toi, je peux me mouvoir, vivre toutes les palettes d’émotions de la plus belle à la plus sombre.
Tu m’as permis de porter la Vie, d’être mère. Toi mon corps nous avons ensemble façonné un autre corps, apporté la Vie sur Terre.

Nous continuons à nous connaitre, à nous apprivoiser, à nous comprendre.
Il m’arrive encore de ne pas comprendre ton langage, tes signaux, ton monde.
Mais, je sais aujourd’hui que tu ne parles jamais pour ne rien dire.
Que ton but est la préservation de la Vie et de mon bien-être.
Lorsque je t’écoute tu me permets de vivre toutes les libérations et les transformations dont j’ai le plus besoin.

Tu es la sagesse de la Terre, mon bien le plus précieux, notre collaboration m’ouvre sur toutes les merveilles de la matière.
J’ai quitté un monde préfabriqué de mon mental où je me croyais au-dessus tout.
Pour toucher à ras les pâquerettes la beauté d’être dans un corps de chair.
Fusionner le céleste et le terrestre, l’ombre et la lumière, l’amour et le non-amour.
Et découvrir qu’il ne reste que de l’amour, un réservoir illimité d’amour de toi à moi et de moi à toi qui peut se vivre avec les autres.

Pardonne-moi mon corps j’étais si ignorante. Nous sommes si ignorants, nous ne voyons pas la merveille d’être dans un corps.
Nous nous en rendons compte le plus souvent lorsque c’est trop tard.
Lorsque nous sommes enfants, nous le savons, on te découvre avec joie et émerveillement !
Puis on se perd, on commence à croire que tu es insignifiant, que l’on doit te manipuler, te former, te calquer sur des idéaux selon une tendance du moment.

Je t’aime mon corps.
Tu es la Source de toute cette expérience que l’on nomme la Vie sur cette planète.
Sans toi, je ne connaîtrais pas la beauté tout autour de moi, le foisonnement de la vie qui se découvre avec mes cinq sens, les autres corps et les êtres qui m’accompagnent dans cette aventure.
Vivement que l’on te célèbre toutes et tous afin de faire grandir encore et encore le Vivant dans chaque corps !

Crédit photo : Stock Adobe

Jessie Birra

Jessie Birra

Canal, thérapeute intuitive et auteure.

Accompagne les personnes à se libérer de blocages conscients et inconscients afin de vivre en grand. C’est lors de sa première grossesse qu’elle découvre qu’elle canalise des messages et des enseignements, qu’elle peut voyager en projection de conscience. Un nouvel univers et un nouveau monde fait d’énergie, de vies parallèles, d’enseignements s’ouvre.

Pourtant, à côté de ses belles ouvertures, elle a traversé des moments de doutes, de défis et d’épreuves qui lui ont permis d’intégrer et de vivre une conscience non duelle. Un livre est né et est paru aux éditions Ariane « Mon Dialogue avec la Source ». Elle y partage un dialogue hors du commun qu’elle a vécu avec la Source. Aujourd’hui, elle accompagne d’autres personnes sur leurs chemins de vie. Elle les aide à se libérer et à retrouver leurs vraies natures ainsi qu’une nouvelle vie.

Jessie est aussi Co-auteure du recueil « Rencontre avec ma femme sauvage » aux éditions Plumes sauvages.

Jessie propose aussi un accompagnement en ligne : « Libère ta Femme Sauvage & Sacrée » :
https://clespirituelles.learnybox.com/accueil-1-1/?aff=ssfehn&cpg=4oqnzmra

Voir tous les articles
sed eleifend luctus massa mattis pulvinar