fbpx

L’énergie sexuelle profonde des femmes

par | 7 Mai 2019 | Amour et sexualité | 0 commentaires

Avec cette série d’articles, j’aimerais introduire un vent de liberté dans nos représentations de la sexualité, de l’amour et du couple. Déboussoler vos certitudes, vous inviter à penser le sexe différemment, pour qu’un vécu nouveau se révèle. Je n’ai aucune idée duquel, nous sommes tous différents, mais je sais que ce qu’il est possible de vivre dans l’acte sexuel est beaucoup plus vaste, plus sensible, émouvant, nourrissant que ce que nous connaissons déjà. Aujourd’hui, je voudrais me pencher du côté des femmes.

Visiter le langage est toujours éclairant. Un « bon coup » (formule qui ravale le partenaire à un « consommable »), ça peut être un homme ou une femme, mais pour les femmes il n’y a pas d’expression équivalente au qualificatif de « bon amant ». Certains emploient d’une certaine manière, soi-disant gentiment amusée, le mot « salope ». Un terme révélateur d’une vision machiste, dégradante pour les femmes qui aiment faire l’amour et sont censées « s’y connaître »… surtout en jouissance masculine. Cette « salope » saurait en effet ce dont les hommes sont supposés raffoler, et s’adonnerait avec entrain à ces pratiques considérées comme plus ou moins osées. À l’autre extrême, chez les personnes en quête de nouveaux repères, nous trouvons « l’initiatrice » qui est nimbée dans notre imaginaire de ce que pourrait être la « sexualité sacrée ». Ici la sexualité et la femme sont valorisées mais il faut avouer que cette sexualité sacrée est plus souvent rêvée que vécue. Au milieu, entre la « salope » et « l’initiatrice », c’est le grand vide !

Ce vide de mots reflète un vide d’expériences.

J’aimerais vous inviter à habiter ce vide, à venir y danser, y dessiner, y poser vos couleurs.

J’aimerais partager ce que c’est pour moi, femme, d’habiter ce vide, comme quelques notes de musique en guise d’inspiration.

C’est connaître un peu les chemins qui me permettent d’accéder à mon énergie sexuelle profonde de femme, qui est une force d’absorption, de réceptivité et d’accueil… Des notions qui de prime abord semblent peu attrayantes et, disons-le, parfois assimilées à de la soumission. Car nous sommes encore souvent imprégnés d’une conception phallique de la sexualité. Une vision qui n’envisage l’énergie, la puissance, que sous une forme hyper dynamique, conquérante. Certes, cette force existe pour les deux sexes, et nous libérer un peu de la domination masculine a d’abord consisté à la reconnaître en nous, femmes. Mais cette libido phallique est limitée et souvent contraignante, pour les hommes comme pour les femmes. Aujourd’hui, il nous appartient de vivre tranquillement notre énergie, ou libido, féminine, dans toute sa richesse.

Pour lire cet article dans son intégralité, vous pouvez vous le procurer au format PDF dans notre boutique !

Les spiritualités à la mode de chez nous

7 jours pour tester intégralement le magazine