fbpx

Le passé, ce mal aimé

par | 6 Juin 2019 | Psychologie | 0 commentaires

[Retrouvez cet article au format PDF sur la boutique de Présences Magazine]

 

Retrouvez une lecture audio de l'auteur en fin d'article

 

L’avenir nous projette sans fin vers l’inconnu, le présent nous ramène à nous, à notre corps. Le passé, lui, est enfermé dans un rôle de souvenirs traumatisants. Faisons fi du passé ! Vraiment ? Et si nous osions un voyage bénéfique vers le temps arrière, pour arrêter de nous perdre.

Ce magazine se conjugue au présent et nous sommes bien tous d’accord pour regarder vers Demain, pour un meilleur Futur. Nous pensons à notre Avenir. Nous créons le monde qui sera le nôtre dans quelques années pour les générations à venir. L’anticipation est au rendez-vous de chacun de nos instants ; que faire encore ? Que dire, que vouloir, que désirer, que changer pour que demain soit mieux qu’aujourd’hui ? Le monde court vers des lendemains peut-être moins paisibles, mais en tout cas emplis de découvertes, de nouveautés, de miracles technologiques et scientifiques en devenir. Ce moteur qui fonctionne à toute vitesse au nom du progrès, questionne notre relation au temps. C’est pourquoi nous essayons de ralentir, de le retenir pour le vivre davantage, plus pleinement. La pleine conscience, l’instant présent, l’ici-et-maintenant : voici quelques pistes de vocabulaire pour nous ramener à qui nous sommes, là - tout juste là - alors que vous me lisez.

Le présent, un cadeau vers l’essentiel

Le présent, moi je le nomme la Grâce. J’aime ce mot sensuel et poétique qui m’invite aux images des trois grâces mythologiques ; ces trois femmes en mouvement qui se ressentent plutôt qu’elles ne se causent. Et si c’était nos trois temps qui se rejoignent ? Une valse entre le passé, portant gracieusement  son vêtement de velours au tombé impeccable,  le présent illuminé de clarté, ourlé de curiosité et le futur, à la grâce un peu distante mais déterminée. Rêvons, chers lecteur et lectrice, car ce moment présent est aussi un temps de vision. Mais déjà, sans le vouloir, je vous emmène bien loin de cet instantané de vous-même ! Me vient une petite révolte existentialiste : le présent, je ne le souhaite pas matériel. À ce moment précis, je n’ai pas envie de comptabiliser, de prendre note, de rendre compte de mes pensées qui déjà m’échappent. Je veux juste être là avec mon corps, mes sens (et j’ai faim !). Si un envol d’idées se fait à mon insu, c’est tout de suite pour après, pour ce que j’ai à préparer, à ne pas oublier. Le présent résiste à l’enfermement du temps. Il se veut toujours autre que ce qu’il est et je me prends à son jeu « je ». Seul le « je » recentre, rappelle à soi. Essayez donc de parler d’une situation que vous ne comprenez pas, en la formulant comme si elle émanait de vous, en Je et au présent.  « Je conduis cette voiture et soudain… ». Bon exercice d’empathie ! Se mettre à la place de l’autre, c’est vivre dans son présent, son réel avec de vrais sentiments, de vraies relations. Quand deux présents se rencontrent, de quoi parlent-ils ? Sûrement d’amour. Je le crois. C’est dans ces hors-temps amoureux que l’on est vraiment un cadeau pour soi et pour l’autre.  

Et si le passé était notre trésor ?

Pour lire cet article dans son intégralité, vous pouvez vous le procurer au format PDF dans notre boutique !

id quis tristique dolor. Nullam neque.

Et si vous vous abonniez pour aller vers une vie plus consciente ?