fbpx

(Je tiens à préciser que cet article n’a aucun caractère religieux)

« Venez à moi, vous qui êtes fatigués et affligés et je vous soulagerai »

En ces temps de crise, qui n’aurait pas besoin de s’en remettre à ce qui pourrait le soulager ? Ce message apaisant est celui attribué traditionnellement au « cœur sacré ».

Les cœurs sacrés

La notion des cœurs sacrés semble avoir presque disparu au fil des siècles. Il y a bien la Basilique du Sacré Cœur à Paris ou le Cristo Rei à Lisbonne qui lui sont consacré. Ce symbole n’est pourtant plus très palpable de nos jours.
Il existe le cœur sacré de Jésus et le cœur sacré de Marie. Ce sont des cœurs rouges. Celui de Jésus est souvent représenté avec une couronne d’épines ainsi que des flammes jaunes qui montent vers une croix. Celui de Marie est représenté généralement avec une couronne de roses, un glaive qui le transperce ainsi que des flammes qui jaillissent. Chaque cœur est entouré de rayons d’or qui illuminent le tout.

Le symbole est officiellement celui de l’Amour inconditionnel, l’Amour pur. Sur beaucoup de représentations, Jésus montre avec deux de ses doigts le cœur sacré au milieu de sa poitrine comme s’il voulait nous montrer que c’est là que tout se passe, que c’est l’endroit sacré en nous.

Les doubles cœurs sacrés

Il y a des représentations dans de nombreuses églises du cœur de Jésus et de celui de Marie. Cependant, il est beaucoup plus rare d’en trouver une des deux cœurs sacrés ensemble. Les doubles cœurs sacrés sont alors en fusion, ils ne sont plus blessés. Leurs couronnes se rejoignent et les flammes ne font qu’un feu ardent qui monte vers une croix. La croix peut être le symbole de celle sur laquelle Jésus a été crucifié. À la regarder de plus près, on y voit un point marqué à l’intersection de l’horizontale et de la verticale. En la transposant sur un corps humain, le croisement désigne très précisément l’endroit où se trouve le thymus, à l’intersection des bras et du torse.

Cette photo ci-dessus, prise dans la cathédrale de Laon, représente exactement ce qui se passe quand deux cœurs sacrés s’ouvrent et fusionnent ensemble. Les flammes deviennent plus ardentes et élèvent à une spiritualité d’Amour. Les flammes peuvent aussi représenter le feu de la Kundalini, cette énergie tapie dans le sacrum et qui remonte le long de la colonne vertébrale pour nettoyer les sept centres énergétiques et ouvrir la connexion au divin au niveau du chakra coronal. La Bible nous relate que sept démons auraient été chassés du corps de Marie-Madeleine. La Kundalini est représentée par un ou deux serpents. Une montée de Kundalini est très impressionnante et parfois effrayante car le corps perd tout contrôle. C’est intéressant de constater que le symbole du caducée ou du bâton d’Hermès soit devenu le symbole des pharmacies et cabinets médicaux. Y aurait-il un lien entre la Kundalini et l’activation du cœur sacré et la guérison du corps et de l’esprit ?

 

La suite de l'article ainsi que l'écoute audio sont réservées aux abonnés

Découvrez la formule d'abonnement qui vous convient (en audio, en digital et/ou en papier)

OU

Achetez le magazine au numéro (format papier ou digital)

Vous êtes déjà abonné ? Identifiez-vous pour pouvoir lire l'article dans son intégralité :

Isabelle Colineau

Isabelle Colineau est née en 1971 dans un petit village d’Anjou. Après des études de commerce international à Paris, elle s’installe à Bonn, en Allemagne. Elle est mère de deux adolescentes.

Elle travaille pendant quatorze ans aux Nations Unies jusqu’au jour où un coup du destin bouscule radicalement le cours de sa vie. Après une longue traversée du désert, elle découvre son don de guérison. Depuis 2010, elle le met à la disposition de personnes désireuses de se libérer de leurs maux et de leurs mémoires corporelles.

Elle est l’auteure de « De la lame de fond au fond de l’âme », son premier ouvrage où elle relate avec une authenticité remarquable ses émouvantes expériences et découvertes. Elle est portée par la motivation de faire connaître à un grand public que les maux du corps sont le reflet des maux de l’âme.

Voir tous les articles