fbpx

Le général en moi, comment je fais ?

par | 3 Sep 2019 | Psychologie | 0 commentaires

[Retrouvez cet article au format PDF sur la boutique de Présences Magazine]

 Retrouvez une lecture audio de l'auteur en fin d'article 

Ces personnages intérieurs qui nous gouvernent et nous sabotent

 

Avez-vous déjà remarqué comme il y a des personnages à l'intérieur de vous qui vous « gouvernent », à votre insu, et avec lesquels vous vous identifiez sans le savoir ?

Si vous vous sentez stressé, agressif, souvent en colère, impatient ou même irrité et agacé par les autres, c’est peut-être qu’il existe un « général » qui exerce une certaine pression en vous. Patricia que j’accompagne en thérapies, décrit dans son poème intitulé « le Général » :

 À l'intérieur j'ai trouvé
Un général puissant
Caché dans mon ombre
Toujours fidèle à sa mission.

Je ne fais pas confiance, je ne permets pas, je ne donne pas
Le « non » est sa parole
Il détient tout et contrôle tout, même
Ce que je ne savais même pas que je pensais !

Quel général vous habite ?

Ce « général » que l’on peut aussi nommer « le persécuteur » ou encore « le tyran » qui vit dans votre mental, est celui qui demande beaucoup, se dispute pour vous défendre, est souvent agressif envers les autres et surtout envers vous-même;  Il va vous harceler de paroles comme « fais pas ci, fais pas ça », « tu dois … », « il faut …», c’est celui qui vous fait croire que vous devez être « parfait » pour vous faire accepter, et en retour en exige beaucoup des autres aussi.

Il fait aussi souffrir autrui pour canaliser ses propres peurs et douleurs. Quand on endosse le rôle du persécuteur on tente de s’imposer ouvertement : « je dois leur dire comment il faut être et agir car je le sais mieux et j’ai raison ».

Ce personnage intérieur en cache bien d’autres : s’il aboie comme le chien, c’est pour vous défendre, car il se sent souvent menacé par l’extérieur, il a peur.  Peur de décevoir, peur de ne pas être vu, peur d’être critiqué ou peur d’être rejeté. Chacun va avoir ses propres peurs et ses propres défenses pour se protéger.

Et il a peur car il a été éduqué dans un environnement où il n’a pas reçu l’amour dont il avait besoin pour développer sa confiance en lui-même.

Et ainsi peut-il aussi vous proférer, à l’intérieur de vous aussi consciemment ou inconsciemment, des propos comme : « tu ne le mérites pas ... », « tu n’es pas assez », « tu n’es pas assez intelligent.e », « tu ne vaux rien » etc.

Le général a été convoqué
En temps de désespoir
Quand dans la souffrance
J'ai préféré la captivité

Par exemple, dans une famille rationnelle où l’intellect était mis en avant pour se faire valoir, le général va souvent défendre à tout prix d’avoir raison. Car à l’intérieur de lui-même il a forgé des pensées comme « il faut avoir raison pour être le meilleur », et « il faut être le meilleur pour avoir une chance d’être aimé »… !

Ou encore, peut-être que, en vous, c’est la croyance opposée qui s’active quand une alarme se déclenche en vous, qui est « si j’ai tord ça va mal se passer pour moi », dans le sens selon votre expérience de, « je vais me faire humilier, ridiculiser, ou rembarrer ». Les enfants souffrent beaucoup de la « honte d’être ce qu’ils sont » et peuvent développer ce comportement de « j’ai raison » pour survivre et « paraître fort ».

Garde le général une porte
Celle qui ouvre le cachot de la douleur
Un lieu de pure peur
Mais quel est ce monde dans lequel je suis arrivée ?

Peut-être ne vous en souvenez-vous pas tellement de ces marques d’enfance où l’un de vos parents était un peu agressif (par un simple regard ou ton de voix). Car justement, le général est là pour vous empêcher de reprendre contact.

Peut-être même que vous dites « c’est normal, c’était comme ça à l’époque », « c’est Papa, c ‘est Maman, c’est comme ça », pour avoir enfoui tout ça sous le tapis.

Par amour pour eux, l’enfant et ensuite l’adulte s’anesthésient, se cachent souvent dans le déni de leurs vraies douleurs et surtout de leurs vrais besoins.

La vérité, c’est que vous avez « masqué » les douleurs de votre enfant intérieur pour vous adapter et survivre à ce manque (d’amour, de reconnaissance etc.) dont vous aviez réellement besoin et qui maintenant vous empêchent de vous aimer comme vous êtes vraiment.

Lorsque vous commencez à démêler tout ça, vous pouvez vous en effrayer de premier abord en commençant à comprendre l'héritage de votre passé. Ce qu’il faut comprendre c’est que ce persécuteur avec la figure d’un général ou d’un juge, n’est pas « mauvais », même si souvent il vous sabote, c’est un « gardien » !

Votre mental l'a créé pour vous protéger, dans un moment de désespoir, pour vous empêcher de ressentir à nouveau la douleur. Sauf que, à l'âge adulte, ce général devient un imposteur en vous, pour vous, et pour les autres, mais vous continuez à y croire! C’est un masque qui colle à la peau et vous ne savez pas comment être différent. Peut-être même que vous vous dites à vous-même, et aux autres, « je suis comme ça », on m’appelle même le « gros chien méchant » (ce sont les paroles d’un de mes clients Paulo).

Il faut donc commencer par arrêter de le « croire », et de croire que vous êtes comme ça !

Mon premier conseil est de ne pas « lutter contre » mais de commencer à le regarder comme un « gardien » de votre enfant intérieur, que vous avez forgé vous-même dans votre personnalité. Discuter avec ce personnage, essayer de comprendre quel est son rôle et son vrai besoin.

Écartelée à l’intérieur
J'ai oublié les jours
Changer de ville, de nom et de domicile
En cherchant à déchiffrer l'énigme. 

Fuir ce sentiment
Changer de masque
Mais au fond une voix qui crie toujours
Ce n'est pas ma maison !

 

La suite est réservée aux abonnés

  • Accédez à tout le magazine en illimité.
  • Soutenez un magazine indépendant d'auteurs et sans publicité.
  • Téléchargez le fichier PDF du numéro en cours.

Pourquoi s'abonner au magazine ? Découvrez-le en cliquant ici !

 

Vous pouvez aussi acheter cet article à l'unité (0.99 €) sur la boutique

Vous découvrez Présences Magazine ? 

Vous voudrez peut-être tester GRATUITEMENT notre magazine pendant 7 jours  :

cliquez ici pour vous inscrire à cet essai gratuit

Vous êtes déjà abonné ? Identifiez-vous pour pouvoir lire l'article dans son intégralité :

Les spiritualités à la mode de chez nous

7 jours pour tester intégralement le magazine