fbpx
Vous aimez cet article ? Partagez-le autour de vous !

Carole Aliya
Le chemin initiatique du couple
Carole AliyaLe chemin initiatique du couple
{{heart_svg}}LikeLikedFree Download Abonnez-vous pour pouvoir télécharger le podcast
1

Le couple et la dimension du sacré

Rencontrer l’autre, lui ouvrir des portes, se découvrir dans une nouveauté, être interpelé, avancer pas à pas, puis s’investir dans une relation, aller jusqu’où la vie souhaite nous amener, dans les différences, au-delà de nos carcans, vers l’ouverture, celle d’une belle envolée. Nous cheminons vers notre couple et mettons tous nos espoirs dans la dimension du sacré pour nous offrir notre joyau.

Hélas, des résistances peuvent s’annoncer en plein élan. C’est le moment de nommer nos peurs, de les voir circuler. Ce sont nos virus qui se manifestent à la conscience et qui pourraient nous faire réaliser un pas en arrière. Ils étaient bien cachés, profondément d’ailleurs, tant que rien n’était activé à la surface, tant que nous étions dans un monde que nous maîtrisions, que nous allions dans des lieux que nous connaissions. Nous étions peut-être recroquevillés sur nos plaies, pensant que tout était léger et que nous avancions. En fait, nous avions perdu notre goût de l’aventure. Nous pouvions être murés dans nos obligations, notre territoire, nos habitudes et la tonne de travail et de paperasse qui compose notre quotidien. Le déni nous mettait en danger, mais nous ne le voyions pas. Nous étions en survie, dans une forme d’auto-pédalage, sans vraiment de feu divin. La fuite pouvait être notre stratégie en nous noyant dans des relations qui ne nous correspondaient pas. Pour nous rassurer, nous avions peut-être choisi le tourisme spirituel, une entente sans trop de conviction entre nous et notre âme, pour voyager léger, sans nous impliquer véritablement.

La découverte du réel

Est-ce que l’autre vient révéler la femme ou l’homme qui est en nous ou nous amène vers des égarements, découvrant au fur et à mesure des mois et des années une lassitude ? Il se peut qu’il nous maintienne dans l’enfance de l’âge avec une relation immature, basée sur des séquelles invisibles ou qu’il vienne tout simplement confirmer nos représentations et nous y enfermer. Quand elles sont complètement ancrées, elles nous motivent hélas à aller vers une direction limitée, celle de l’ego et du superficiel, renforçant nos croyances au lieu de les épurer.

Vient-il nous élever, nous offrir de grandir dans le firmament ou nous faire vivre des empêchements ?

Tout cela est essentiel : voir derrière le masque, soulever le voile qui cache le réel, et être aligné avec ce qui est, pour nous éloigner de ce qui n’est pas. Une belle promesse peut s’avérer être une histoire désastreuse.

Est-ce sa lumière intérieure qui nous pousse, ses dimensions opaques qui nous interpellent et nous donnent envie de lui offrir un peu de notre lumière, quitte à s’y perdre ? Lumière, lumière ? Où es-tu ?

Où en sommes-nous ?

Heureusement, tout ceci révèle que notre système de protection est en train de faiblir et laisse passer un nouvel espace. Notre cœur s’imagine un nouvel horizon, ce qui lui demande d’aller plus loin que les blessures du passé pour s’en libérer généreusement et vivre sans chaîne.

Les voiles sont dehors, mais nous ne savons pas encore comment naviguer dans la plénitude. Nous avons peur qu’une tempête se lève, celle de la trahison ou celle du rejet, et nous ne savons pas si nous avons vraiment envie d’avancer, de découvrir le réel, surtout si des mirages disparaissent. Nous nous sentions tellement plus confortable dans nos illusions et nos fuites inconscientes. Mais déjà, le vent souffle sur nos voiles. Il nous pousse de l’avant. Allons-nous aller à contre-courant ? Ou nous laisser porter par l’évidence, pour en recevoir tous les secrets divins et magiques que nous ne pouvions deviner en restant à distance ?

Évidemment, comme à son accoutumée, la vie est venue nous chatouiller dans un espace inconnu et incongru. Tout cela peut nous énerver… Nous pouvons percevoir les fêtes de Noël, celles de la Saint Valentin, et autres festivités comme des appels à consommer, à dépenser, par une société et son marketing qui pousse toujours plus vers la matérialité, jusqu’à étouffement et écœurement. Nous avons oublié de plonger dans la voie lactée et de voir la sublime réalité qui était cachée. Tout comme avec l’être de l’essentiel où la différence entre les représentations imaginées et ce qui est devant nous si près peut nous éloigner au lieu de découvrir la magnifique réalité émanant des profondeurs.

Nous pouvons être voilés par les panneaux publicitaires alléchants et les rêves fantasmés d’une promesse d’une vie nouvelle qui ne se manifeste peut-être pas. Avons-nous conscience du chemin quand nous restons ancrés dans notre passé, accaparés par nos croyances, attirés par la recherche d’un visage doux alors qu’il n’est que rigidité et dureté à l’intérieur ?

Nous tentons de nous approcher du réel, mais entre les paillettes que certaines croyances mettent sur nos yeux et les dimensions opaques qui restent à épurer, il peut nous arriver parfois de prendre des directions opposées au vivant. Quand allons-nous tout déposer pour entrer dans la réalité si bienfaitrice, si généreuse, si douce, si tendre et arrêter de nous auto-saboter ? La souffrance vient de la latitude entre la réalité et l’illusion. La réalité n’est pas dure, ni douloureuse. C’était notre éloignement avec elle qui le provoquait. À partir de notre alignement, elle est jouissance et merveille.

Mouvement de transcendance

Réouvrir des portes avec la Vie demande parfois d’épurer certaines visions, de faire du tri dans notre bibliothèque, de remettre en question une direction prise, de lâcher plusieurs souhaits parfois limitants pour voir l’immensité se dévoiler, et surtout de basculer dans le sacré comme nous plongeons dans une gourmandise qui se déguste par petites touches de douceur. Le délice est enfin retrouvé et le vrai goût du vivant suggéré est expérimenté, nous faisant entendre que tous les témoignages de sage les plus extraordinaires et simples à la fois sont concrets et réalisables.

Là, au cœur de notre feu, nous pourrions voir jaillir la révélation si merveilleuse, entraîné par notre propre élan de vie. Rien n’est forcé. Nous déployons nos ailes, et tout ce qui était obsolète repart dans le néant. Nous nous laissons porter alors par le vent qui souffle désormais si bruyamment, telle une musique dynamique dans notre cœur, à tel point que nous sentons déjà arriver les retrouvailles au bout d’un tournant.

L’approche de notre port se fait ressentir quand nous voyons les mouettes dans le ciel, ces oiseaux annonciateurs de la terre. Elle se dévoile au fur et à mesure que nous acceptons de voir. Elle est nouvelle et tout est à découvrir. Et grâce à notre parcours sur les eaux si douces et si transparentes, nous sommes prêts à plonger dans l’inconnu, dans la différence, au-delà de nos représentations du passé, de nos convictions et à nous laisser choyer, tel un enfant qui donne son cœur tendrement, sans arrière pensée, sans restriction et qui reçoit tous les cadeaux, liés à sa pureté.

Les passages

Nous avons débroussaillé les obstacles, nous unifiant au fur et à mesure de nos passages et accomplissements.

Nous avons passé les initiations qui nous préparaient à accueillir pleinement et à se sentir pleinement reconnaissant pour la réunion avec notre autre, l’être qui sera à nos côtés pour évoluer à deux tendrement et joyeusement. Nous nous sommes dépassés. Les limites ayant été franchies, l’immensité devient notre champ d’exploration. Un nouveau visage, émanant enfin des profondeurs, apparaît, nous détournant de l’ancien et de l’ego et son attraction extérieure et nous déroutant chaleureusement. Nous entrons dans un nouveau plan où l’âme a toute sa place.

Alignés avec la réalité, nous avons retrouvé la vérité. Les mirages se sont estompés et l’être si précieux pour nous s’est manifesté.

Crédit photo : ParalelVision sur Pixabay


Vous aimez cet article ? Partagez-le autour de vous !
Carole Aliya

Carole Aliya

Auteur de plusieurs ouvrages sur le couple sacré, les âmes-sœurs, l’union du féminin & du masculin, les transformations intérieures, les libérations, le féminin sacré & Marie Madeleine et aussi des livres de méditations pour ensemencer la guérison, nous élever, entrer dans la dimension alchimique des mots.
Créatrice des essences de vie Myriam, élixirs floraux, de cristaux et essences d’arbres, liés au féminin sacré & à Marie Madeleine
Rédactrice d’un blog sur la guérison, le couple, les inspirations du moment...
Rencontres-dédicaces avec l’écrivain, voir l’agenda sur le site

Voir tous les articles

Ajouter un commentaire

mattis Aliquam Praesent tempus consectetur Curabitur et, quis, quis libero. justo