fbpx
Vous aimez cet article ? Partagez-le autour de vous !

Diane GagnéL'absence de révélation

Bien que je ne me sois pas levée un matin en prenant la décision consciente de cheminer en spiritualité, que je n’étais pas dans une quête, une volonté de « m’éveiller » et que les choses se soient produites de façon spontanée, avec le recul, je dois constater que toute ma vie fût une sorte de quête. Une quête qui devint une sorte d’obsession après que la première expérience de réalité absolue survint et que cette énergie s’éveilla dans mon corps. Je réalisai alors à quel point j’avais besoin de comprendre qui j’étais et ce que je faisais ici, dans cette réalité.

Comme la majorité des chercheurs de vérité, j’attendais de grandes révélations, j’espérais comprendre les grands mystères de l’Univers. Mise en contact avec des aspects transcendants en moi, je me sentais comme Harry Potter qui débarque sur le Chemin de Traverse. Je découvrais de nouvelles dimensions à la vie et espérais pouvoir recevoir des réponses claires et précises...

Quelle illusion !

Ceci dit, je ne peux pas dire que je ne reçus aucune réponse. Les deux premières années furent, en quelque sorte, un feu roulant de révélations et d’initiations en tous genres. Mais encore là, le passage du temps et le recul par rapport à ces expériences me font réaliser à quel point tout ceci n’était encore qu’illusions. Ceci ne veut pas dire que ce passage n’avait pas sa nécessité. À l’image de l’ensemble de ma vie et ces presque 15 années de nuit noire de l’âme, chaque seconde, chaque moment et chaque évènement ont eu leur pleine et complète raison d’être. En fait, je vois tout ceci un peu comme le fait de naviguer sur une grande rivière ou un fleuve, en croyant que c’est l’océan. Bien sûr, on peut naître sur le bord de la mer et accéder à cette réalité immédiatement, sans en passer par les méandres des marais, des ruisseaux, des rivières, des lacs et des fleuves. Mais je crois que ce serait un peu dommage et surtout manquer un bout très important du voyage !

Il est important de comprendre les mécanismes de la Conscience. La « nôtre » comme celle de l’ensemble de l’espèce humaine. Important de comprendre également qu’il y existe des zones, qui comme une rivière remplie de rapides, peuvent nous tenir captifs, nous ralentir dans notre progression et nous amener à ramer contre nous-mêmes. Les structures de la psyché sont complexes et cette part de nous qui vit dans cette croyance d’être un être séparé, devant survivre dans un milieu où il cherchera toujours à se défendre, se protéger ou se démarquer, est avide d’informations et de ce besoin de « comprendre ». J’ai eu cette chance d’être bien guidée sur mon chemin et de me faire expliquer que l’intellect est toujours la dernière « couche » qui lâche prise. Parce qu’une bonne partie du fonctionnement humain repose sur ce besoin de structurer et de comprendre. C’est un état qui s’est développé de façon tout à fait naturelle, avec la naissance de la Conscience de Soi. Alors, il n’y a rien à redire quant à cette façon de fonctionner. Elle a aussi tout son sens de la perspective évolutive de l’âme et dans notre rapport à l’autre. Mais il est peut-être utile de comprendre que l’âme, c’est aussi une « mémoire ». De nature unitaire, elle est rattachée à la Conscience de l’espèce humaine et de ces concepts orientaux du karma et des vies antérieures. Bien que j’aie certaines réserves quant à la façon dont sont souvent expliqués ces concepts, je résumerais simplement ma petite compréhension des choses en disant que tout au long de son cheminement, le chercheur de vérité sera de plus en plus mis en contact avec tous les aspects de la Conscience de l’espèce. Les aspects psychologiques, symboliques et phénoménologiques d’une Conscience de Soi relativement récente, si l’on situe l’évolution humaine en rapport avec l’évolution de l’ensemble de l’Univers tel que nous le comprenons. Donc, à l’ensemble de tout le karma et toutes les vies antérieures. Il ne faut donc rien y voir de « personnel » et il n’y a pas lieu non plus, de s’approprier aucune expérience ni aucun phénomène.

De la compréhension des simples aspects psychologiques courants et connus de la psyché humaine, de sa petite névrose et ses blessures, l’individu qui en passe par un processus d’éveil spirituel pourra ensuite en venir à des expériences qui l’exposeront à des aspects occultes, imaginaires, symboliques, sacrés ainsi que divers autres phénomènes de plus en plus subtils, énergétiques ou même éthériques. Le but étant de faire cheminer l’âme à travers une sorte de rappel du passé. Le sien ou celui de l’ensemble du collectif, au final c’est bonnet blanc et blanc bonnet. Tout ceci peut être fascinant et très attractif pour le petit moi, le personnage encore avide d’expériences et de sensations fortes. D’où le fait que l’aspect expérientiel du processus peut devenir une sorte de piège dont il peut être difficile de s’extraire. Mais tout autant qu’on comprend un jour s’être fabriqué une belle grosse illusion de la réalité matérielle, une réalité remplie de perceptions issues de notre névrose et nos blessures, on devrait également réaliser sur ce chemin, que l’humanité tout entière a fait de même ! Que ce faisant, tout son passé repose sur une immense illusion que certains appelleront en spiritualité « l’astral ». D’autre y référeront en termes de « conscience cosmique » et autres termes du genre. Peu importe les termes utilisés, nous sommes toujours dans le collectif, l’ordre des choses, tel que l’humain l’a établi et compris au fil de son histoire. Tel qu’il cherche encore à le comprendre.

Mais si l’ordre des choses était au-delà de notre capacité à le comprendre ?

Par ce besoin constant de comprendre, l’humain a élaboré toutes sortes de théories, parfois vraies, parfois fausses. Mais jamais totalement l’une ou l’autre. Il y a une part de vérité en toutes choses ainsi qu’une part de fausseté. C’est la loi du Tao, cette magnifique illustration du yin et du yang, qui veut qu’au cœur de la lumière se trouve toujours une part d’ombre. Qu’au cœur de l’ombre se trouve aussi une part de lumière. C’est l’expérience contrastée de la Conscience. Une façon de faire qui est nécessaire à ce que la création ne soit pas qu’une belle grosse page blanche, mais plutôt une multitude de formes toutes plus variées les unes que les autres. De la plus grossière à la plus subtile. Mais toujours notre compréhension relève d’une capacité limitée à comprendre une réalité qui sera toujours foncièrement insaisissable. Que vous soyez en contact avec des fées, des races extraterrestres, des anges ou des maîtres spirituels « ascensionnés » ou décédés, vous êtes toujours en relation avec l’imaginaire, le symbolique et le passé de l’humanité. C’est encore une illusion, elle est simplement plus subtile que celle que vous vous étiez forgée de la réalité, et surtout plus pernicieuse. Pernicieuse parce qu’elle continue de nourrir des parts de nous qui sont aussi plus subtiles à voir et comprendre.

Ce qui, un jour, nous ramènera inévitablement à la case départ. Nous aurons fait le tour de notre jardin, exploré d’autres dimensions de l’existence, qui nous ramèneront toujours de plus en plus près de nous et nous ferons voir que tout part toujours de Soi, pour y retourner et y disparaître. Qu’il n’y a pas de révélation, autre celle de nous révéler dans notre aspect infini et éternel. Qu’en fait, c’est l’absence totale de révélation qui est la seule révélation. Que tout se révèle toujours dans l’instant, pour ensuite nous échapper de nouveau ! Qu’en chacun de nous, il existe une réalité qui se sait et se connaît de façon illimitée. Que cette dimension de nous ne fait que nous transmettre une compréhension limitée, dans l’instant, qui retournera immédiatement de l’espace ouvert et infini duquel elle provient. Rien ne se fixe parce que tout est toujours accessible. Si ce n’est pas le cas, c’est que le mental, l’intellect, tente de se réapproprier le truc, pour continuer de nourrir un personnage ou se trouver une spécificité. Lorsque cela est vu, vous comprenez que la seule réalité, c’est cette dimension illimitée et éternelle qui est le fondement intrinsèque de ce que vous êtes. Généralement, cela mettra fin à cette notion de l’expérience. Que l’on parle de l’expérience spirituelle ou même simplement cette idée de « vivre des expériences ». Mais il arrive aussi que la notion de la séparation puisse persister. Que la réalisation puisse être récupérée par le personnage, qui continue de chercher un sens ou un but particulier à sa découverte. Les conditionnements humains sont puissants et la simple perspective d’être, sans spécificité quelconque, est souvent quelque chose qui rendra inconfortable un ego habitué à « agir ».

Pourtant... Lorsque nous vivons, conscient d’être la Source même de notre expérience, il ne peut plus y avoir d’expériences ! L’objet et le sujet se fondent en une seule réalité et nous ne pouvons que pleinement embrasser celle-ci. Toute la réalité, telle qu’elle est. La plénitude qui vient avec cet état, permet rapidement de voir que c’est du silence et de la paix, au cœur même de l’être, que prend naissance le mouvement de la vie. À chaque seconde, à chaque inspire et chaque expire. Tout jaillit du centre, pour que nous soyons révélés à nous-mêmes. Continuellement. Dans la plus grande des simplicités, dans ce regard humble que nous portons sur cet espace vide que nous sommes, qui s’ouvre et s’offre à la vie. Tout n’est que contemplation, émerveillement et élans d’expressions créateurs qui sont nourris par un fantastique carburant qu’on appelle « l’amour ».

Pas l’amour charnel, ni l’amour filial ou encore l’amitié. Rien qui ne relève de l’affectif. Non, une intelligence systémique, une énergie de vie, une puissance qui nous amène toujours plus loin dans nos élans créateurs et cette volonté intrinsèque de se partager et se communiquer à l’autre. C’est de ce mouvement, qui part du centre, que le retour à l’action se fait, se nourrissant généralement de lui-même. Sans intention ou volonté particulière que celle qui naît dans l’instant. Ce mouvement est tellement puissant, que lorsqu’il prend place, il oblitère tout et change complètement votre regard sur ce que vous voyiez auparavant comme « autre ». Et comme cette forme d’amour ne relève pas de l’affectif, il vous permet de voir chez « l’autre », le meilleur derrière le pire. Vous verrez que même derrière la pire des souffrances et des cruautés, brille encore cette pointe de lumière qui accepte de s’exprimer dans un registre qui est aux antipodes de sa Nature Véritable. Parce que c’est le jeu du Tao, que c’est nécessaire à l’équilibre et que cette façon de s’exprimer permettra à d’autres de s’indigner, de réclamer justice ou réparation. De faire jaillir le meilleur d’eux-mêmes, quoi...

Dans ce jeu contrasté, qui se vit ici et non sur d’autres plans dimensionnels, ni avec d’autres entités, nous avons besoin les uns des autres. De ce que nous percevons erronément « autre », pour nous révéler à nous-mêmes. Et c’est pourquoi je persisterai toujours dans la nécessité d’avoir une spiritualité incarnée et tournée vers les gestes et/ou les rapports que nous avons avec les autres. Que je reviens souvent sur cet aspect à travers mes textes. Parce que je vois beaucoup de choses passer en spiritualité moderne, qui nous éloignent de cet aspect. Qui nous gardent dans un aspect parfois festif, parfois très déconnecté du réel. Quoique que tout ceci soit normal dans un processus qui s’échelonne la plupart du temps sur plusieurs décennies, je crois qu’il peut aussi être utile de voir qu’en bout de ligne, vous ne pouvez vous trouver ailleurs qu’en vous, ni vous exclure de vous-même ! Pas de grande révélation à aller chercher dans un ailleurs qui existe seulement dans nos propres zones d’inconscience.

Il n’y a qu’une réalité. Éternellement présente au cœur de toutes les formes. Éternellement présente dans un monde changeant et en mouvance. Éternellement présente dans un cycle qui est toujours le même. Mais bien que ce cycle soit toujours le même, il s’exprimera toujours sous différentes teintes et différentes couleurs. Parce que c’est au cœur de cette différence que prend place l’évolution.

« Par l’évolution des actes, celui qui dépouille est dépouillé à son tour. »

- Bouddha -

Crédit photo : Bessi sur Pixabay


Vous aimez cet article ? Partagez-le autour de vous !

Diane Gagné

25 ans dans le domaine judiciaire ainsi qu’une quête personnelle jalonnée de hauts et de bas, c’est le parcours de Diane avant que sa vie bascule complètement. Une nuit noire de l’âme amorcée en 2015, l’entraîna jusqu’à une tentative de suicide. Cet évènement, entraîna un éveil de Kundalini spontané, qui la conduisit dans un retournement de conscience complet et plusieurs années d’arrêt. Un arrêt nécessaire afin d’intégrer cette expérience. De cette pause naquit une réalité complètement nouvelle. Il n’y a plus de regard porté sur quoi ou qui que ce soit, qui serait vu ou perçu comme séparé de Soi. Nous sommes la présence éternelle qui habite le coeur de la vie. Incarnant maintenant ce principe de vie jusqu’au plus profond de son être, le silence, la paix, la joie et l’amour sont depuis les états prédominants intérieurs à partir desquels Diane s’exprime et entre en relation avec l’ensemble du vivant. Tout est complet dans l’instant, puisque la vie est ce qu’elle est: Une création éternelle où seules les formes changent et évoluent. Il n’y a donc rien à retrancher ou à ajouter dans nos vies.

Bien que la voie de Diane soit la non-dualité, l’importance d’incarner complètement la réalisation spirituelle et de se déployer pleinement dans le jeu de la création demeure pour elle, le véritable sens de ce cheminement. Nous sommes ici pour aimer, pour partager et nous entraider les uns, les autres sur ce chemin qu’est la vie. Il n’y a donc pas seulement lieu de réaliser notre Véritable Nature, mais bien de se relier intimement à la Source d’énergie vitale consciente qui nous habite, afin de pouvoir manifester notre plein potentiel. À partir de l’expérience traversée et forte de cette compréhension, Diane offre, en tout simplicité, le partage et la transmission de ce qui l’habite, sans aucune prétention quant à quoique ce soit. Simplement pour vous permettre de vous relier à ce que vous êtes et faire émerger ce qui sommeille au plus profond de vous comme vérité. Enseignante de yoga certifiée, elle peut également vous offrir certains outils psychocorporels afin de dénouer les tensions et résistances intérieures.

Voir tous les articles

Ajouter un commentaire