fbpx

Tout est abondance dans la nature. Un pied de tomates donne des dizaines de tomates bien mûres et juteuses l’été. Un seul mûrier donne des centaines de mûres dans les arbustes de campagne que peu de personnes prendront la peine d’aller cueillir pour les déguster. Des chênes centenaires produisent des milliers de glands, juste parce que c’est leur essence d’être grands et généreux.

Et si c’était aussi notre essence d’être grand et généreux ? De donner en recevant toujours autant si ce n’est pas plus ? D’être dans la foi absolue que la Vie est abondance par excellence ? Et si c’était notre essence d’être fluide dans notre corps et de vivre en accord avec les règles fondamentales de la Vie, ne serait-il pas normal que la Vie veuille nous faire participer à la loi de l’abondance ?

Cependant, beaucoup d’entre nous avons été élevés avec la peur du manque, la peur de se retrouver dans la misère ou à la rue comme des ancêtres probablement auparavant. La croyance de devoir travailler dur pour gagner sa vie est encore bien ancrée dans la société actuelle même si les jeunes d’aujourd’hui ne se voient plus travailler aussi dur que leurs parents.

La vraie abondance est pourtant celle du cœur, celle qui fait aimer autant un premier enfant, qu’un deuxième ou un cinquième. L’amour n’est pas un gâteau qui doit être partagé en plusieurs parts égales. Les gâteaux se multiplient au fur et à mesure que la famille s’agrandit. L’Amour ne se tarit jamais, c’est une source inépuisable. L’Amour est l’énergie primaire de notre être, que nous ayons été désirés ou pas. Seulement, les épreuves de la vie ont tendance à nous serrer le cœur ou pire à le fermer définitivement. Pourtant, le cœur étant un muscle, plus il va être brisé, plus il a le potentiel d’être gros et puissant.

La décision déterminante dans la vie consiste à se reconnecter à l’intelligence de son Cœur et à lui redonner tout le pouvoir qu’avait récupéré le mental pour tout mieux contrôler afin de moins souffrir. Cela consiste à une reprogrammation complète de notre disque dur, en abandonnant tous les programmes de peur et de réactions qui s’enclenchent automatiquement. Cela passe aussi par l’acceptation que les traumatismes du passé faisaient partie du « plan » pour nous faire grandir et exacerber nos blessures pour les guérir en profondeur. Cela signifie enfin être en paix avec soi-même et avec la Vie, qui malgré les épreuves qu’elle nous impose parfois, veut le meilleur pour nous.

 

La suite de l'article ainsi que l'écoute audio sont réservées aux abonnés

Découvrez la formule d'abonnement qui vous convient (au trimestre ou à l'année, en digital et/ou en papier)

OU

Achetez le magazine au numéro (format papier ou digital)

Vous êtes déjà abonné ? Identifiez-vous pour pouvoir lire l'article dans son intégralité :

Isabelle Colineau

Isabelle Colineau est née en 1971 dans un petit village d’Anjou. Après des études de commerce international à Paris, elle s’installe à Bonn, en Allemagne. Elle est mère de deux adolescentes.

Elle travaille pendant quatorze ans aux Nations Unies jusqu’au jour où un coup du destin bouscule radicalement le cours de sa vie. Après une longue traversée du désert, elle découvre son don de guérison. Depuis 2010, elle le met à la disposition de personnes désireuses de se libérer de leurs maux et de leurs mémoires corporelles.

Elle est l’auteure de « De la lame de fond au fond de l’âme », son premier ouvrage où elle relate avec une authenticité remarquable ses émouvantes expériences et découvertes. Elle est portée par la motivation de faire connaître à un grand public que les maux du corps sont le reflet des maux de l’âme.

Voir tous les articles