fbpx

Voici un second article traitant du tantra.

En suite à celui du mois dernier concernant la puissance du regard, cette fois nous allons vous entretenir des capacités de connexions à distance.

Connectés !

Yan : Nous nous connaissions depuis plusieurs mois et échangions parfois même par téléphone. En terme de distance, nous ne pouvions pas faire mieux puisque nous ne nous étions alors encore jamais vus en chair et en os ! En fait, nous ne nous étions découverts qu'au travers de deux ou trois photos et de quelques discussions téléphoniques. Tu possédais néanmoins un léger avantage puisque tu avais lu mes deux premiers livres (https://terrevada.com/) qui furent notre principal ciment commun.

En ce tout début d'après-midi, me promenant sur le littoral finistérien accompagné de mon chien, je reçu une puissante intuition ! 

Je devais prendre contact avec toi dès mon retour à domicile. Il y avait même une information précise à mon ressenti : «Une personne mal attentionnée te tourne autour».

À peine avais-je déposé mes affaires que le téléphone retentissait et tu m’appelais !

C'est ainsi que se matérialisait puissamment notre première connexion à distance... Tout du moins celle que j'avais pu conscientiser car qui sait s'il n'y en eut point d'autres auparavant sans même que je m'en rende compte ?! 

Nous avons presque tous tendance à vivre tellement vite ! En fait, nos existences se font trop en mode «automatique» pour pouvoir entendre et voir tout ce qu'il nous est offert de signes et autres enseignements quotidiennement !

Néanmoins, ce fut précisément cette conversation-là qui forgea le début de nos échanges énergétiques distanciés et cette fois : en conscience !

Un des sujets que nous abordions régulièrement concernait, tout justement, le tantra et la façon dévoyée dont il était perçu sous nos latitudes...

De la sorte, d'aussi invisibles que profondes connexités se construisaient à chacun de nos échanges et je sentis graduellement monter une étrange énergie en moi entre nos appels distanciés. Ils l'étaient autant par leur fréquence (environ une fois par semaine) que par les kilomètres qui nous séparaient (autour de trois cents).

Bien évidemment leurs intervalles allaient réduisant au fur et à mesure !

 

Pour lire cet article dans son intégralité, vous pouvez acheter le numéro de Présences Magazine concerné dans notre boutique !

 

Adélaïde et Yan Serre

Adélaïde et Yan Serre

C'est en début d'année 2017 que nous faisons connaissance via les réseaux sociaux. Nos centres d'intérêts, et en particulier la spiritualité, nous montrent des chemins en parallèles. Sans but à atteindre et sans aucun jeu de séduction, les parallèles se rapprocheront aussi lentement qu'assurément et un lien «d'âmes» se tisse naturellement. Ce n'est qu'au bout d'une année que les véritables lignes de contacts se touchent et nous font définitivement comprendre la relation particulière qui se cimente là ! Nos avancées individuelles en spiritualité s'offrent à nous et c'est au travers de notre couple, éclairé d'une sincère envie de perfectionnement spirituel commun, que nous avons décidé de mettre toute notre énergie à un monde plus juste et équitable.

En toute logique, participer à l'expérience «Présences magazine» nous a semblé couler de source et c'est avec joie que nous vous proposons chaque mois un nouvel article.

Voir tous les articles
dapibus consequat. Donec Praesent ipsum commodo ut venenatis, libero Praesent velit, lectus