fbpx
Vous aimez cet article ? Partagez-le autour de vous !
  • 1
    Partage

Marika Cadet
La souffrance peut-elle avoir un sens ?
Marika CadetLa souffrance peut-elle avoir un sens ?
{{heart_svg}}LikeLikedFree Download Abonnez-vous pour pouvoir télécharger le podcast
1

Je reçois régulièrement en consultation des patients qui, pour la plupart, sont initialement dans un état de souffrance plus ou moins important, suite à un deuil, une séparation, un Burn out…

Mes patients arrivent souvent au cabinet dans un état de grande souffrance, et moi, de mon côté, je m’efforce de les accueillir avec amour, bienveillance et sans aucun jugement sur leur situation. Je perçois à présent, dès la fin de cette première consultation, ce qu’ils vont, eux, mettre un peu plus de temps à percevoir, c’est-à-dire le formidable potentiel d’évolution que cette situation de souffrance va, s’ils acceptent d’effectuer le chemin, leur permettre de réaliser. Je ne sais jamais par avance, jusqu’où ils seront amenés à aller et il m’arrive régulièrement d’être moi-même surprise par leur évolution lorsque celle-ci dépasse quelquefois toutes les espérances.

Je crois que je peux dire aujourd’hui, en me basant tant sur mon expérience personnelle que professionnelle, que toutes les situations auxquelles nous sommes confrontées, aussi terribles soient-elles, en apparence, recèlent des trésors cachés, pour peu que l’on accepte, avec courage et persévérance, d’en entamer la quête.

Je ne crois pas au hasard. Pour moi, tout ce que nous vivons a un sens afin de nous guider sur notre chemin d’évolution, y compris les souffrances que nous sommes amenés à traverser. Tant que nous n’en saisissons pas le sens, la souffrance perdure, voire s’amplifie mais il ne s’agit, de mon point de vue, en aucun cas du but primordial de ces phases de souffrance.

Ces moments de vie difficiles sont souvent là pour nous permettre de réajuster notre trajectoire vers une meilleure connexion à nous-même. Ils nous permettent souvent d’apprendre à nous respecter, à nous écouter, à éprouver davantage d’amour pour nous-même, à nous reconnecter à notre véritable nature ou encore à nous préparer pour l’œuvre que nous serons amenés à réaliser. Aucune souffrance n’est vaine si l’on accepte d’écouter ce qu’elle a à nous enseigner.

Ma propre vie a été parsemée de souffrances et, même si à l’époque je n’avais pas la conscience suffisante pour le percevoir, aujourd’hui, je peux certifier qu’elles m’ont toutes été utiles.

Ainsi, l’alcoolisme d’un proche peut m’aider à apprendre à accepter l’autre tel qu’il est. Il peut me permettre de comprendre que l’alcool, comme tout comportement addictif n’est finalement qu’une solution désespérée pour soulager des souffrances que l’on se refuse à observer…

Le décès d’un proche peut me rappeler à quel point la vie est précieuse et me permettre de donner une plus grande intensité à chaque moment. Il peut me questionner sur la finitude de l’existence humaine et le sens que je souhaite donner à ma propre vie. Il peut me permettre d’ouvrir ma conscience à d’autres possibles….

Ce Burn out peut me faire voir le peu de considération que je m’accorde, le manque d’écoute et de respect que j’ai envers moi-même, mon incapacité à poser des limites, ma difficulté à faire des choix en accord avec moi-même…

Cette séparation peut m’aider à me prendre en main, seule, et à voir l’extraordinaire courage qui réside à l’intérieur de moi. Elle peut me permettre d’apprendre enfin à vivre pour moi-même, en accord avec mes souhaits et mes valeurs. Elle peut me permettre de prendre conscience de ma valeur, d’apprendre à développer suffisamment d’amour pour moi-même pour ne plus me laisser maltraiter par l’autre. Elle peut m’aider à, enfin, être pleinement moi-même…

Et les listes seraient encore longues car chaque histoire est singulière. Chacun vient à travers ses souffrances mettre en lumière ses blessures, ses failles mais surtout ouvrir un champ de possibles. L’opportunité, enfin, de pouvoir guérir des blessures qui, pour certains, sont présentes depuis des dizaines, des vingtaines d’années voire plus encore, l’opportunité de guérir des souffrances auxquelles on avait fini, avec résignation, par s’y habituer.

Et là, soudainement, au creux de cette nuit la plus sombre, discrètement, une petite lueur peut commencer à apparaître. Mais pour la percevoir, il nous faudra au préalable accepter d’être balloté par les flots, de nager à contre-courant, de voir quelquefois tout ce à quoi l’on pouvait se raccrocher disparaître, être emporté et continuer en dépit de tout de faire des efforts pour maintenir la tête hors de l’eau. Quelquefois, nous serons épuisés et nous ne pourrons plus faire d’efforts alors, il faudra s’arrêter et se reposer le temps qu’il faudra, reprendre des forces et puis, à nouveau, repartir. Repartir même si c’est difficile, car « le jeu en vaut la chandelle », et ce qui nous attend au bout de ce périple dépasse souvent nos espérances les plus folles.

Se trouver, apprendre à s’aimer, se comprendre, se respecter, lâcher une anxiété ou une colère envahissante, se réaliser à travers un emploi qui donne un sens à sa vie, pardonner, changer de vie, être enfin soi-même…

Et voilà qu’au bout du chemin, la lumière se fait de plus en plus intense, les flots turbulents laissent enfin place à un océan paisible. Nous voilà arrivés pour quelques temps à destination, jusqu’à la prochaine tempête qui, à son tour, viendra nous révéler ses trésors, si nous l’acceptons.

La souffrance fait partie de la vie et pour moi, elle a toujours un sens.

Souvent, lors de la première consultation lorsque mes patients sont en proie à ce qu’ils pourraient appeler un « cataclysme », je leur donne souvent cette image : « Imaginer que vous avez entrepris un chemin depuis un certain temps et que vous êtes persuadés qu’il s’agit du bon chemin. Comment la vie, l’Esprit, l’Intelligence Divine, Dieu (peu importe ce en quoi vous croyez) pourrait vous amener à changer de direction, autrement qu’en mettant au beau milieu de votre chemin une pierre si énorme qu’elle vous bloquerait le passage ? Ce moment de souffrance, ce « cataclysme », souvent, c’est cette pierre et c’est elle, si vous l’acceptez, qui va vous permettre de vous réorienter vers le meilleur chemin pour vous. Le chemin qui vous conduira vers votre épanouissement personnel, vers votre lumière intérieure, vers la guérison de vos blessures. Êtes-vous prêt à l’entreprendre ? »

Être prêt ? Une question importante car nous allons ensemble traverser des tempêtes, certaines plus terribles que d’autres, mais aussi des moments d’accalmies, des moments de tristesse, de colère mais nous rencontrerons aussi de grands moments de courage, de joie, d’extase. Nous allons faire des découvertes surprenantes, quelquefois inespérées. Une chose est certaine cependant, après cette tempête, si nous acceptons de la traverser, nous ne serons plus jamais les mêmes.

La souffrance a un sens, différent pour chacun, mais ô combien précieux !

Elle fait souvent irruption dans nos vies pour nous réveiller d’un long sommeil quand nous n’avons plus conscience d’être endormis. Elle vient nous rappeler que nous sommes bien vivants.

La vie est un voyage extraordinaire, dont la souffrance tout comme les moments de bonheur, fait partie. Et si nous commencions à changer notre manière de voir les choses ? Et si nous commencions à voir à travers la souffrance le formidable potentiel qu’elle recèle ? Et si la souffrance n’était qu’une occasion d’apprendre à mieux se connaître ? Et si la souffrance finalement n’était qu’une tentative désespérée de l’Esprit, de Dieu, de la Vie, de l’Intelligence Divine, pour nous rappeler combien nous sommes précieux, combien nous sommes aimés, combien, de fait, il est hors de question de nous laisser nous égarer ?

Alors, quand la tempête arrivera, lorsque les vents commenceront à souffler violemment, puissions-nous nous rappeler qu’au-delà de ces moments difficiles, la vie est aussi peut-être en train de nous donner une formidable occasion de guérison, d’évolution. Et même si, sur le moment, cela peut nous sembler improbable, puissions-nous, à ce moment-là, cultiver suffisamment de confiance et de foi en nos cœurs pour ne serait-ce qu’envisager cette possibilité !

« Ce qui fait la nuit en nous, peut laisser en nous les étoiles. »

Victor HUGO

Crédit photo : Markus Distelrath sur Pixabay


Vous aimez cet article ? Partagez-le autour de vous !
  • 1
    Partage
  •  
    1
    Partage
  •  
  •  
  • 1
  •  
  •  
Marika Cadet

Marika Cadet

Psychologue, alliant psychologie et spiritualité, je vous propose de partager tous les inestimables trésors dénichés aux creux de mes thérapies, dont me gratifient chaque jour mes patients, à la lumière de mon humble cheminement spirituel.

Voir tous les articles

Ajouter un commentaire

consectetur eleifend amet, elit. Praesent ipsum eget sed quis