fbpx

La respiration, une fonction physiologique au service de la présence à soi

par | 3 Sep 2019 | Bien-être et santé | 0 commentaires

 

[Retrouvez cet article au format PDF sur la boutique de Présences Magazine] 

 

Retrouvez une lecture audio de l'auteur en fin d'article 

Notre arrivée dans le monde commence par une inspiration à notre naissance et c’est dans un souffle que la vie nous quitte. Inspirer, expirer… le va et vient du souffle de vie qui nous habite pendant tout notre voyage sur terre. Ce mouvement a la particularité d’être à la fois autonome (il se fait sans que nous ayons à y réfléchir) et volontaire (nous pouvons le contrôler si nous le souhaitons). Régulateur de l’homéostasie et aussi de nos émotions, le système respiratoire a plus d’une facette tout au long de notre vie. Voyage au cœur du souffle, guide de notre présence au monde et à nous-mêmes.

Physiologie de la respiration

Les échanges gazeux entre l’air ambiant et les poumons sont assurés par la ventilation pulmonaire. Entre les poumons et le sang, ces échanges se font via les alvéoles pulmonaires. L’oxygène est ensuite transporté via la circulation sanguine jusqu’aux cellules de tout l’organisme afin qu’elles reçoivent la quantité d’oxygène dont elles ont besoin. Le dioxyde de carbone produit par le métabolisme est lui aussi transporté puis rejeté via ces mécanismes respiratoires complexes. Au niveau de la cellule, d’autres mécanismes respiratoires tout aussi complexes prennent le relais.

La respiration a donc ces deux fonctions d’apporter de l’oxygène à notre corps et de rejeter les « déchets » (dioxyde de carbone). De plus, elle participe à la régulation du PH sanguin. Elle joue, en effet, un rôle de premier rang dans l'équilibre acido-basique sanguin.

Les muscles et la cage thoracique sont deux éléments importants dans le mécanisme respiratoire. La ventilation se fait, en effet, grâce à l'augmentation et à la diminution du volume de la cage thoracique. Cette fonction de ventilation se fait sans arrêt tout au long de la vie. Elle est régulée par le système nerveux autonome. Elle est dite automatique.

Respiration autonome et action volontaire

Nul besoin de réfléchir, en effet, ou de contrôler quoique ce soit pour respirer. Ces mouvements se font en dehors de notre volonté y compris pendant notre sommeil tout comme de nombreuses autres fonctions de l’organisme comme la régulation de la température corporelle, les battements du cœur, la digestion, la circulation des fluides etc. C’est le système nerveux sympathique (qui est une des trois parties du système nerveux autonome) qui est responsable d’un grand nombre des fonctions autonomes du corps.

Toutefois, et c’est le seul système du corps pour lequel c’est possible, nous pouvons agir sur notre respiration par la volonté, la ralentir, l’arrêter momentanément ou l’amplifier par exemple. Cette possibilité que nous avons d’exercer notre choix pour ralentir ou activer notre respiration fait le lien précieux entre plusieurs parties de notre système nerveux. C’est ainsi que nous pouvons favoriser le calme ou la méditation, plonger en apnée, gérer le trac par exemple.

 

La suite est réservée aux abonnés

  • Accédez à tout le magazine en illimité.
  • Soutenez un magazine indépendant d'auteurs et sans publicité.
  • Téléchargez le fichier PDF du numéro en cours.

Pourquoi s'abonner au magazine ? Découvrez-le en cliquant ici !

 

Vous pouvez aussi acheter cet article à l'unité (0.99 €) sur la boutique

Vous découvrez Présences Magazine ? 

Vous voudrez peut-être tester GRATUITEMENT notre magazine pendant 7 jours  :

cliquez ici pour vous inscrire à cet essai gratuit

Vous êtes déjà abonné ? Identifiez-vous pour pouvoir lire l'article dans son intégralité :

Les spiritualités à la mode de chez nous

7 jours pour tester intégralement le magazine