fbpx

Cet article fait partie de la série "Les 8 portes de l'âme"

À l’heure où notre monde tremble, l’amour et la paix se font diligence. Après des centaines d’années d’errance, notre humanité se retrouve confrontée à de grandes décisions à prendre. Dans quelle réalité souhaitons-nous évoluer ? Comment retrouver le lien divin qui depuis la nuit des temps nous unit à Dame nature, à grand-mère Lune, à notre mère la Terre ? Pour nous-mêmes, mais aussi pour notre descendance, il y a un tournant que nous avons à prendre. Au carrefour de nos destinées, la route est un peu encombrée. Nous sommes nombreux.ses avoir été invités.es à tout reconsidérer. Notre façon de voyager, notre façon d’interagir, notre façon de consommer. Il fut un temps, pourtant, où tout paraissait fluide et cohérent. Mais était-ce vraiment ce à quoi notre être profond aspirait ?

Un morceau de notre création, une pièce de notre puzzle. Depuis en dedans, une portion de nous-mêmes est une énergie dirigée vers le ciel. À la fois bien ancrée dans l’ici et maintenant, dans le monde de la matérialité et des vivants. Mais aussi reliée à quelque chose de bien plus grand. L’univers, sans prendre de gants. Hypnotique, bienveillant. Ce grand tout sans itinéraire d’accès apparent. Cette immensité que l’homme aimerait pouvoir comprendre et maîtriser. Bien au-delà des éléments et de la matière, une dimension énergétique dont nous ne connaissons pas encore les repères.

Pour une raison qui ne nous apparaît pas toujours évidente, notre âme a choisi ou, tout du moins, accepté de s’incarner ici. Cette énergie dont nous sommes constitués s’est implantée dans l’utérus de notre mère par un processus divin. Nous en avons oublié le pourquoi et … ce n’est probablement pas la première fois.

Pendant longtemps, je me suis interrogée. Victime de mon passé, attristée par mon enfant blessé. J’ai ressenti la douleur du rejet, celle de l’abandon. J’ai exploré les sentiers de la colère, ceux de la peur et de la fatalité. Je me suis torturée l’esprit des nuits durant. J’ai pleuré, j’ai frappé des pieds, je me suis énervée. Je faisais alors de la bêtise humaine une affaire personnelle. Je me sentais seule, j’avais le sentiment « réel » d’être isolée. Autour de moi, le monde s’agitait. J’étais très sociable, j’avais de nombreux amis.es. Jamais vraiment je n’étais seule, mais en dedans, c’était presque le néant. Être vraiment ?
M’avait-on un jour laissé cette chance de partager au monde qui je suis ? Peut-être me fallait-il commencer par comprendre qui est ce « je » dont on ne cesse de parler !?  Cette part de nous-mêmes résumée à deux lettres auxquelles nous sommes censés nous identifier. Par la pratique du Yoga, par l’expérience du Pranayama, par le velours de la méditation, la vie s’est lentement manifestée sous un jour nouveau. Un parfum plus frais, une note plus légère. Une forme de vérité, un souvenir que j’avais oublié. Je ne prétends pas avoir cessé de me questionner. Je ne voudrais pas laisser penser qu’il s’agissait là d’une fuite de la réalité. Mais une chose importante est devenue pour moi apparente : je suis tout, et je ne suis rien en même temps. De la même manière qu’une fleur s’épanouit au printemps, elle retourne à la terre après une apparition éphémère. Alors, pourquoi faire de cette vie ma meilleure amie ? Je pourrais continuer à me complaire dans la douleur des blessures qu’il m’a fallu longtemps cicatriser. À tour de bras, je pourrais essayer de plaire. Devenir prospère, consommer cette existence sans lui donner de consistance. Mais dès lors que ma conscience est éveillée au fait que je suis moi-même un des éléments de l’Univers, ma relation au monde peut évoluer.

 

La suite de l'article ainsi que l'écoute audio sont réservées aux abonnés

Découvrez la formule d'abonnement qui vous convient (au trimestre ou à l'année, en digital et/ou en papier)

OU

Achetez le magazine au numéro (format papier ou digital)

 

Vous êtes déjà abonné ? Identifiez-vous pour pouvoir lire l'article dans son intégralité :

Carole Pirmez

Facilitatrice intuitive en libération émotionnelle.

Carole est écrivaine, guide intuitive et enseignante en Hatha et Kundalini Yoga. Sa mission de coeur est d’accompagner et aider les personnes à se reconnecter à leur « essentiel ». Par l’écriture, le coaching, le Yoga, mais aussi via la pratique de soins énergétiques, elle éveille les consciences avec douceur.

Sa vie a pris un nouveau départ suite à un deuil difficile il y a 13 ans. Reconversion professionnelle, nouvelle quête de sens, formations multiples en Yoga, énergétique et développement personnel.
Aujourd’hui, Carole est une âme voyageuse passionnée par la physique quantique, par notre relation à l’infiniment petit, à l’infiniment grand.
Optimiste et intuitive, elle croit en un monde meilleur. Un monde d’amour. Un monde de conscience individuelle, collective et environnementale.
Au quotidien, Carole offre le meilleur d’elle-même afin d’aider l’humain à redécouvrir sa lumière intérieure, à se reconnecter à son intuition pour mieux réussir à prendre du plaisir dans le moment présent. Lui ouvrir les yeux sur la puissance de son potentiel, l’aider à croire en lui, le guider sur son chemin de croissance personnel et spirituel afin qu’il puisse, s’il le désire, devenir lui aussi un.e acteur.trice du changement.

Retrouvez ses soins et accompagnements sur son site internet: carolepirmez.com

De façon ponctuelle, Carole organise également des retraites « nature et bien-être », dont la prochaine en date s’intitule « Au coeur de l’océan: mouvements créatifs, yoga et conscience du souffle » (Sataya, mer Rouge/octobre 2020).
Écrivez-nous pour en savoir plus !

Voir tous les articles