J’ai pu comprendre avec le temps qu’il m’avait été donné d’être affaiblie pour prendre en force. Donner , car j’ai compris que toute épreuve est une preuve pour chacun de nous de nous montrer capable d’être fort face à nos faiblesses. Il n’y a donc rien de mal à être en situation de handicap ou en position de faiblesse. C’est juste une épreuve d’humilité, car c’est en apprenant à être humble que nous acceptons nos difficultés telles qu’elles sont et donc que nous les connaissons complètement pour pouvoir ensuite s’exercer à les dépasser. Ma pathologie est une pathologie psychique et des personnes me disent alors tu dois être trop fragile pour tel travail… Mais ces personnes s’imaginent-elles un seul moment la force que j’ai en moi pour supporter les douleurs mentales et physiques que m’apportent ma maladie ? Ces personnes s’imaginent-elles un seul instant la force que j’utilise tous les jours pour supporter et surtout dépasser mes souffrances et les soigner pour une bonne partie d’entre elles ?

J’ai pu vivre par le passé, à des moments, une forme de torture psychologique sous forme d’angoisses atroces, de troubles obsessionnels compulsifs incessants et j’ai surmonté une grande partie de cette torture et l’on voudrait me dire que je suis une incapable ou que je ne saurais pas m’adapter ? Il ne faut jamais sous-estimer les autres et il ne faut jamais vous sous-estimer car vous avez tous en vous une énergie qui dépasse vos limites physiques. Une énergie qui vous donne la capacité de dire non à des situations qui vous font souffrir sans oublier d’espérer. Une énergie qui offre à des grands traumatisés physiques, des invalides, de faire des exploits physiques plus grands que des valides. Une souffrance qui donne confiance en soi car elle donne une plus grande connaissance de soi. Une souffrance qui donne envie d’être heureux et de rendre les autres heureux. Un combat permanent pour la vie, pour l’amour, pour l’essentiel, pour l’essence même de ce qui nous anime. Un combat pour plus de positivité, pour le bien, pour ce qui nous dépasse pour nous dépasser.

SE DÉPASSER, C’EST FAIRE GRANDIR LES AUTRES

Nous ne sommes pas là pour subir mais pour apprendre et apprendre, c’est se dépasser et lorsque vous vous dépassez, vous montrez aux autres qu’ils peuvent eux aussi se dépasser. Grandir c’est aussi faire grandir les autres. N’ayez pas peur de vos handicaps, de vos peurs, de vos difficultés, commencez par les comprendre, travaillez pour vivre avec et surtout les dépasser et l’épreuve ultime, montrez aux autres ce que l’être humain est capable de faire, de grandes choses, d’immenses choses ! Car l’énergie qui vous anime est un océan sans fin où vous êtes connectés aux autres et plus vous serez positifs, plus l’océan se portera bien et nous tous qui en faisons partie nous nous porterons bien aussi.

 

Pour lire la suite de l'article :

Achetez le magazine au numéro
(notez la date de l'article pour retrouver le numéro du magazine associé)

 

Jamila Cornali

Naissance à Dakar au Sénégal en 1985. Je vis mon enfance et adolescence en Afrique, au Sénégal, au Congo et en Mauritanie imprégnée par la culture africaine. Je rentre en France pour entrer au conservatoire de musique de Narbonne où je continue mon étude du piano et je choisis d’étudier à l’université les langues étrangères, plus profondément le russe avec pour objectif de voyager vers de nouvelles contrées. Quelques temps après mes études, je tombe malade, une pathologie psychique qui me fait me diriger plus intensément vers la pratique de l’écriture et vers la recherche de ce que je suis et de ce que sont les autres essentiellement. Ma volonté aujourd’hui est de partager mon expérience, d’apporter un message positif sur nos capacités humaines.

Voir tous les articles