fbpx

Mon premier article paru dans Présences Magazine en avril dernier portait sur un livre dont je suis co-auteure, « Vers, d’un monde à l’autre » (éditions Les Impliqués, L’Harmattan), et sur son écriture aux espaces temps poreux précédant des rencontres faites physiquement ultérieurement. Il parlait de ces enseignements que contiennent nos créations dont nous n’appréhendons le sens que bien après leur achèvement.

Il s’en est suivi quelques échanges e-mail avec une lectrice en forte résonance avec ces expériences. Dans mon dernier courriel à cette personne, j’ai abordé brièvement d’autres thèmes apparus au fil de l’écriture, d’autres textes, de ces textes écrits comme sous la dictée d’une autre part de moi-même.

Il y a quelques années, étouffant dans de douloureux ressentis inexplicables au travers du prisme de ce que je vivais à ce moment-là, je me désistais d’une soirée à laquelle je tenais pourtant beaucoup à me rendre. Impossible d’y aller et de faire comme si de rien n’était. Quelque chose de puissant frappait à ma porte et exigeait mon attention.


LES VOIX DE PLUSIEURS VIES

Je m’y suis rendue pleinement disponible et ai reçu un message vertigineux. Plusieurs voix convergeaient jusqu’à moi, me parlant de souffrances d’autres existences et me sommant d’en changer le cours.

Elles me racontaient l’histoire d’une femme, dans une autre ligne de vie, en train de se laisser mourir de faim par désespoir, initiant un cycle qu’elles allaient suivre inconsciemment. Une lignée de femmes que j’étais ou que j’avais été qui, toutes, allaient mettre fin à leurs jours pour un désespoir similaire d’incompréhension et d’isolement dans des voies sans issue.


TRANSFORMER LE « PASSÉ »

J’ai transcrit fidèlement ce qu’elles me disaient puis me suis mise à raconter l’histoire de cette femme au seuil de la mort*. Je lui ai transmis le message, lui intimant de faire demi-tour, de choisir la vie. Elle nous a entendues, a saisi un verre d’eau, en a bu quelques gouttes, entamant son long retour vers la lumière.

De son choix, le contexte de son existence s’est trouvé transformé et propice à la création de sa nouvelle vie. Les impossibles se sont effondrés avec les murs qui la retenaient prisonnière, elle a retrouvé les siens et le plein potentiel de son Être.


LE PRÉSENT APAISÉ

Depuis, les voix se sont tues, reprenant le fil de leur destinée apaisée jusqu’à quitter leur corps de leur mort naturelle, allégeant ainsi définitivement le bagage que je portais jusqu’alors.

Je ne me suis jamais identifiée à aucune de ces femmes. J’ai accepté de les entendre sans plus craindre d’être folle et j’ai accompli la mission qu’elles me confiaient.

 

La suite de l'article ainsi que l'écoute audio sont réservées aux abonnés

Découvrez la formule d'abonnement qui vous convient (en audio, en digital et/ou en papier)

OU

Achetez le magazine au numéro (format papier ou digital)

Vous êtes déjà abonné ? Identifiez-vous pour pouvoir lire l'article dans son intégralité :

Solam Riondel

Chanteuse, compositrice, auteure et performer suisse née en 1975, initiatrice de projets musicaux de toutes tailles, interprète pour d'autres, épanouie sur scène depuis les années 90, présente dans une quinzaine de disques, Solam Riondel L'Huillier crée des ponts vers de nouvelles réalités, intérieures et extérieures, infimes ou infinies.

Bibliographie
« Vers, d'un monde à l'autre »

« Chantent les mots », poèmes, Solam Riondel L'Huillier
Editions des Sables (Genève, Suisse)

« Les Voix », nouvelles, Solam Riondel
Editions d'en bas (Lausanne, Suisse)

Voir tous les articles