fbpx

La gratitude est intimement reliée à notre capacité de donner et recevoir. Surtout celle de recevoir. Curieusement, il semble beaucoup plus facile pour plusieurs personnes de donner que de recevoir. Parce qu’il est n’est pas toujours vu que la vie est un don qui nous a été fait. Aussi, lorsque la vie n’est pas vue pour ce qu’elle est, lorsque l’esprit est fixé sur un mode de survie, fortement conditionné par cette course contre la montre qui vient avec la peur de la souffrance et de la mort, recevoir est quelque chose qui devient conditionné par d’autres impératifs. Il y a alors bien souvent dans la notion de la réception un corrélatif que l’on nomme le sentiment de redevoir.

L’esprit qui fonctionne dans un mode duel, s’habitue à cette notion intrinsèque que tout a sa contrepartie. Que tout a un prix et que rien (ou si peu) n’est gratuit. Il y aura souvent un malaise, un inconfort avec tout ce qui relève de la réception. Qu’il s’agisse de compliments sur nos qualités personnelles, de reconnaissance quant à nos compétences professionnelles ou de gestes matériels plus concrets, il y a une gêne ou une certaine réserve à simplement accueillir pleinement le geste pour ce qu’il est. Sans se poser de questions sur l’authenticité, la gratuité ou ce que nous aurons à faire en retour dans un avenir plus ou moins rapproché. Nous serons reconnaissants, mais n’éprouverons pas nécessairement le sentiment d’abondance qui vient avec la gratitude.

Il n’y a rien à reprocher à cette façon de voir les choses, puisqu’elle est à la base de la plupart des modes de fonctionnement. Du plus hiérarchisé au plus éclaté, de plus lucratif au plus philanthropique, les rapports sont basés sur cette notion de contrepartie ou d’entraide mutuelle. Si l’humain s’est hissé au sommet de la hiérarchie animale de cette planète, ce n’est certainement pas en raison de qualités physiques ou athlétiques particulières, mais bien par son ingéniosité ainsi que sa capacité à travailler en équipe, à s’organiser socialement avec des niveaux de complexité que n’ont pu accomplir les autres espèces animales. Même si avec le temps, il a perdu de vue les lois qui régissent le fonctionnement de tout l’univers, il avait quand même compris, à la base, que tout ici-bas fonctionne avec des règles qui tendent vers un rapport de force où l’équilibre entre tous les éléments du système doit prévaloir. Il est donc normal que chaque don emporte cette idée qu’il doit ou devra y avoir un retour, et vice-versa.

Mais la vie c’est à la fois plus complexe et tellement plus simple que cela ! La vie est un don, le plus précieux de tous. Et tout ce qui nous est demandé en échange de ce don, c’est de participer au jeu de la vie, en fonction de ces règles où le principe premier est celui de l’équilibre. C’est une sorte de danse où chaque mouvement est rythmé par une cadence, qu’il nous faut simplement écouter attentivement. Il n’y a donc pas à se précipiter ou à présumer de la prochaine mesure qui sera jouée par l’orchestre. Anticiper, c’est déjà intellectualiser la danse, se déconnecter du corps et mettre tout en œuvre pour s’empêtrer dans nos pieds ou manquer le prochain mouvement. Certains diront peut-être qu’ils ne sont pas de bons danseurs et que je prends un très mauvais exemple. Alors, soit. Ramenez le tout à la marche si vous le souhaitez, c’est le même principe. On ne se demande pas comment marcher, le corps le sait. Et c’est là mon point.

 

La suite de l'article ainsi que l'écoute audio sont réservées aux abonnés

Découvrez la formule d'abonnement qui vous convient (au trimestre ou à l'année, en digital et/ou en papier)

OU

Achetez le magazine au numéro (format papier ou digital)

 

Vous êtes déjà abonné ? Identifiez-vous pour pouvoir lire l'article dans son intégralité :

Diane Gagné

Diane Gagné

25 ans dans le domaine judiciaire ainsi qu’une quête personnelle jalonnée de hauts et de bas, c’est le parcours de Diane avant que sa vie bascule complètement. Une nuit noire de l’âme amorcée en 2015, l’entraîna jusqu’à une tentative de suicide. Cet évènement, entraîna un éveil de Kundalini spontané, qui la conduisit dans un retournement de conscience complet et plusieurs années d’arrêt. Un arrêt nécessaire afin d’intégrer cette expérience. De cette pause naquit une réalité complètement nouvelle. Il n’y a plus de regard porté sur quoi ou qui que ce soit, qui serait vu ou perçu comme séparé de Soi. Nous sommes la présence éternelle qui habite le coeur de la vie. Incarnant maintenant ce principe de vie jusqu’au plus profond de son être, le silence, la paix, la joie et l’amour sont depuis les états prédominants intérieurs à partir desquels Diane s’exprime et entre en relation avec l’ensemble du vivant. Tout est complet dans l’instant, puisque la vie est ce qu’elle est: Une création éternelle où seules les formes changent et évoluent. Il n’y a donc rien à retrancher ou à ajouter dans nos vies.

Bien que la voie de Diane soit la non-dualité, l’importance d’incarner complètement la réalisation spirituelle et de se déployer pleinement dans le jeu de la création demeure pour elle, le véritable sens de ce cheminement. Nous sommes ici pour aimer, pour partager et nous entraider les uns, les autres sur ce chemin qu’est la vie. Il n’y a donc pas seulement lieu de réaliser notre Véritable Nature, mais bien de se relier intimement à la Source d’énergie vitale consciente qui nous habite, afin de pouvoir manifester notre plein potentiel. À partir de l’expérience traversée et forte de cette compréhension, Diane offre, en tout simplicité, le partage et la transmission de ce qui l’habite, sans aucune prétention quant à quoique ce soit. Simplement pour vous permettre de vous relier à ce que vous êtes et faire émerger ce qui sommeille au plus profond de vous comme vérité. Enseignante de yoga certifiée, elle peut également vous offrir certains outils psychocorporels afin de dénouer les tensions et résistances intérieures.

Voir tous les articles