Feng Shui : votre habitat reflète ce que vous êtes

par | 5 Avr 2019 | Bien-être et santé, L'Homme et l'Univers | 0 commentaires

S’offrir un thérapeute à domicile. Un thérapeute qui vous comprend tellement bien qu’on dirait qu’il est sorti directement de votre tête. Il suit vos gestes. Il suit vos évolutions. Il suit vos humeurs, vos hauts et vos bas.
À tout moment, vous pouvez vous appuyer sur lui pour mieux vous comprendre et ajuster votre attitude intérieure face à la vie.
Ce thérapeute, c’est votre lieu de vie. Le Feng Shui, discipline asiatique millénaire d’aménagement des habitats, a traversé les âges pour nous révéler ceci. Nos habitats sont nos miroirs. Ils sont le reflet de ce que nous sommes.

Lorsque vous entrez chez quelqu’un, une simple observation suffit à déterminer ce que les habitants aiment et ce que cela reflète d’eux :

– Des photos de voyages indiqueront des personnes qui aiment découvrir, s’ouvrir aux cultures différentes de la leur. Des personnes curieuses du monde et par extension, curieuses de la vie et des autres ? Il y a de fortes chances que ce soit des personnes ouvertes et sociables.
Si l’on transpose à la vie intérieure, cela peut dénoter des personnes intéressées par leur monde et leur fonctionnement intérieur.

– Un intérieur coloré et chatoyant indiquera des personnes qui ne prennent pas la vie au sérieux, ou qui aimeraient ne pas le faire. Des personnes qui cherchent à prendre la vie du bon côté, qui aiment recevoir leurs amis et la famille. Elles aiment accueillir, recevoir, partager, s’amuser, discuter, rire, jouer. Cet intérieur ressemblera à quelqu’un de dynamique, de volontaire, de curieux, qui s’affranchit des normes extérieures.

– Un intérieur bien rangé, où rien ne dépasse, vous allez me dire que cela dénote une personne organisée, oui, mais surtout une personne qui cherche à se sentir en sécurité. Et ce besoin passe certainement par l’envie de contrôler et de maîtriser. Tenir un intérieur en ordre permet de ressentir cette impression.

– De nombreuses photos de famille et des enfants indiqueront des personnes attachées aux valeurs familiales.

Les informations que notre lieu de vie nous apporte sur nous-même

Et puis, le Feng Shui va pouvoir nous renseigner de manière subtile sur les habitants, leur vie, leurs attentes et leurs craintes. Un exercice intéressant, par exemple, est de dessiner votre propre plan d’habitat à main levée. Et de comparer ensuite ce plan aux plans faits à l’échelle. La lecture en est souvent bluffante. Observez les ressemblances et les différences au niveau de la taille ou de l’organisation des pièces :

– Avez-vous oublié une ou plusieurs pièces ? Au contraire, en avez-vous ajouté ? Certains espaces sont-ils représentés de manière plus importante que dans la réalité ? Si oui, lesquels ? Une chambre plus grande à main levée dénotera peut-être votre besoin de consacrer plus de temps à votre couple et à son épanouissement ; une cuisine pourrait indiquer un fort besoin de faire plus attention à votre alimentation et à votre hygiène de vie ; une salle de bains plus grande indiquerait le besoin de prendre soin de vous, de votre corps, et de prendre plus de temps pour vous chouchouter ; alors qu’un salon disproportionné pourrait signaler une envie de liens sociaux et amicaux, et peut-être un sentiment d’isolement ?

Prenez le temps de regarder de manière objective et avec honnêteté ce que vous révèle votre plan dessiné à main levée, vos oublis, vos décalages, vos accentuations. Laissez les idées monter, laissez votre intuition vous répondre, pour découvrir ce que votre inconscient a à vous révéler au travers de cet exercice. Vous allez voir que c’est assez étonnant.

Le Feng Shui Miroir, c’est observer son habitat pour mieux se connaître. C’est comme avoir une discussion avec un ami, ou un thérapeute. Il vous éclaire sur les parties inconscientes de vous-même, des parties auxquelles il était difficile d’accéder, qui vous empêchent d’être authentique avec vous-même et dans la vie.

L’énergie circule, je circule

Parlons d’énergie. L’énergie, ou le Chi, c’est un flux invisible et vital, celui même que l’on travaille en acupuncture, en shiatsu, lorsque l’on fait des massages, en faisant du tai-chi chuan ou des arts martiaux… L’énergie circule à l’intérieur du corps, au travers des paysages, entre les bâtiments des villes, entre vos cellules, entre vos atomes, dans l’univers : elle est partout et anime tout. Elle vous relie aux autres et à l’extérieur. On est tous fabriqué du même flux, de la même énergie, et c’est la manière dont elle vibre, sa fréquence, qui fait que l’on voit une table, un chat, une fleur… La manière dont elle circule autour et dans votre habitat va vous renseigner sur la manière dont vous circulez dans votre vie.

En Feng Shui, l’énergie entoure l’habitat, et une fois entrée, circule à l’intérieur des lieux de vie. On la compare à l’énergie vitale de notre corps : si elle circule mal, notre corps devient malade. Pour avoir un bon Feng Shui, la priorité est d’équilibrer la circulation d’énergie.

Pour imaginer le flux d’énergie, je vous invite à vous représenter un cours d’eau vivant, sensible, intelligent, qui va circuler à l’intérieur d’un nouveau type de corps : l’habitat. Le chi circule partout autour des constructions, avant d’entrer principalement par la porte d’entrée, appelée la bouche du chi. Comme notre bouche, cet espace va donner la qualité au Chi de l’habitat. Si votre entrée est encombrée et peu accueillante, l’énergie va se charger en négatif, comme si votre bouche n’était pas saine.

Si le flux est trop rapide, trop puissante, et qu’il a l’occasion de prendre trop de vitesse comme dans les longs couloirs, vous risquez alors d’être en tension, stressé et fatigué en même temps : c’est comme si vous étiez pris dans le cours d’une rivière trop forte, et que vous deviez vous accrocher aux branches et aux pierres pour ne pas être entrainés par les flots.

Si elle est au contraire coincée quelque part, ou trop faible, l’énergie vitale des occupants va s’épuiser elle aussi. Cherchez les blocages d’énergie dans les coins plus sombres, moins aérés, les pièces peu ouvertes, les placards et débarras. Nettoyer et aérer régulièrement permet de déloger le Chi. Si votre habitat contient de l’énergie faible, il se peut que les choses aient du mal à bouger dans votre vie, que vous vous sentiez coincés.

Comment est nourri votre lieu de vie en énergie ?

Observons ensemble la manière l’énergie arrive jusqu’à la bouche du chi de chez vous, c’est-à-dire jusqu’à votre porte d’entrée, que vous soyez en maison ou en appartement.

Posez-vous ces questions : comment est-ce que j’arrive jusqu’à ma porte d’entrée : est-ce par une allée, un escalier, en traversant une pelouse ? Le cheminement jusqu’à ma porte d’entrée est-il agréable ? Au contraire est-ce que quelque chose me gêne à chaque fois que je rentre chez moi (une végétation mal entretenue, une branche qui me gêne, des odeurs désagréables, une peinture de façade extérieure qui s’abîme, une gouttière qui se détache, un local malodorant, etc…).

Maintenant, faites le parallèle entre la manière dont vous arrivez chez vous et la manière dont vous entrez dans la vie. Prenez un temps de réflexion et soyez honnête avec vous-même : pouvez-vous trouver des similitudes ? Je le répète, c’est vraiment important d’être très honnête avec vous-même. Ce n’est pas toujours facile de s’avouer que certains aspects de notre vie ne nous satisfont pas. On est tellement conditionnés à montrer que les choses vont bien, qu’on est forts, que nous sommes fiables, que nous sommes parfaits, tout cela pour être aimés et considérés, qu’il est difficile d’avouer ou de s’avouer que quelque chose ne va pas dans notre vie, cela résonne comme une injonction du style « il y a quelque chose que je n’ai pas bien fait ». Et penser qu’on a mal fait quelque chose nous renvoie directement à la petite enfance : si on n’est pas sage, pas bon élève, qu’on que ne range pas sa chambre, on a l’impression de mal faire et que l’on va perdre l’amour de nos parents.

Donc je vous invite à oser faire cette observation qui vous mène à la porte de votre habitat, et donc à la porte de votre vie, en laissant tomber les armes et les masques. On se fiche de savoir si vous êtes fort, faible, beau, grand, petit, optimiste, déprimé, avec de mauvaises pensées ou des mauvaises habitudes : nous sommes tous pareils !! Plus vous allez être honnête avec vous-même, plus vous allez évoluer. Et je parlais tout à l’heure de Feng shui thérapeutique : je maintiens ! En osant faire le parallèle entre ce que vous voyez, ou ressentez et ce que vous vivez réellement, en étant honnête et authentique, vous avancerez. Si vous allez voir un thérapeute et que vous lui mentez ou que vous lui cachez des choses, vous avancerez moins vite.

Franchissons la porte

L’entrée vous accueille. Comment ressentez-vous l’endroit ? Lumineux, accueillant, avec de bonnes odeurs, une porte qui s’ouvre facilement, en ordre. Ce que vous ressentez dans l’entrée va montrer des similitudes avec votre manière d’entrée dans la vie.

Si quelque chose vous gêne, visuellement, ou physiquement, mais que vous continuez à la supporter, demandez-vous si dans votre vie, vous n’en faites pas autant ? Un meuble encombrant ou encombré, des chaussures entassées, une odeur qui vous déplait…

Vous l’aurez compris, chacune des parties de votre habitat a une signification et peut être mise en corrélation avec une partie de votre vie. Par exemple qu’est-ce qu’un couloir ? C’est une structure architecturale qui permet de relier différentes pièces et différents membres de la famille (il relie les chambres), il relie aussi la partie jour (partie active) avec la partie nuit (partie intime), on pourrait affiner bien-sûr, selon les configurations de chacun… mais d’une manière générale, le couloir nous parle donc de lien (amical, affectif, social, entre les différentes parties de notre vie, et même entre les différentes parties de nous-même).

Donc un couloir triste, sans décoration, auquel on ne prête pas attention, cela peut représenter un lien sans saveur entre les membres de la famille, cela peut représenter également notre manière d’avancer dans la vie. Elle peut manquer de joie, d’enthousiasme, un manque d’entrain et d’envie de se jeter dans la vie ou de créer du lien (ou l’impression de se sentir isolé). Attention, ce que je vous dis là, ce ne sont que des pistes : chaque cas est différent, chacun d’entre vous va ressentir son habitat différemment et sa vie différemment.

Je vous invite à faire la plongée dans votre habitat en vous connectant à votre ressenti avant tout : si vous me demandez si telle et telle structure, telle décoration, ou tel aménagement, est « bien » ou « pas bien », « Feng Shui ou « pas Feng shui », ou si vous me demandez comment corriger tel ou tel aspect, je risque fort de vous répondre « qu’est-ce que cela vous évoque ? », « que ressentez-vous en regardant ce couloir ? cette pièce encombrée ? Ce salon ? Ce tableau, cette couleur. Je vais vous répondre : qu’avez-vous ressenti en plaçant cet objet à cet endroit. Essayez de le déplacer, regardez-le, ressentez-le.

Cet article vous a plu ? Vous souhaitez pouvoir lire l’ensemble du magazine ?
Profitez de notre offre de bienvenue : 2 mois offerts sur votre abonnement d’un an
soit 45 € au lieu de 58 € pour l’année !

Testez-nous GRATUITEMENT pendant 14 jours