fbpx
Anne Descombes
Faire le point : où j’en suis dans ma sexualité ?
Anne DescombesFaire le point : où j’en suis dans ma sexualité ?

Les articles sur la sexualité regorgent généralement de recettes, de choses à faire ou à faire différemment, mais pour nous, l’important c’est que chacun parte de là où il est, de sa réalité. Or, il se trouve que bien souvent on n’est pas très au clair sur cette réalité. On vit, on fonctionne, on s’agite, mais un peu à côté de nous-mêmes, ayant perdu la connexion avec le sens, l’intention, avec ce que nous souhaitons vraiment.

Juillet, l’été, les vacances, le temps peut-être de souffler un peu… si l’on saisissait l’occasion pour faire le point ?

J’aimerais vous inviter à prendre le temps de regarder honnêtement où vous en êtes, de vous interroger : Qu’est-ce que je vis réellement dans ma sexualité ? Qu’est-ce qui est important pour moi ? Qu’est-ce qui est satisfaisant ? Qu’est-ce qui l’est moins ? Quelle est mon aspiration profonde ?

Pour certaines questions, j’ai choisi de suggérer des réponses. Elles sont multiples car le champ de la sexualité est vaste et plusieurs réponses peuvent être pertinentes pour vous, reflétant différentes facettes de votre personnalité, s’accordant à des situations diverses. Certaines réponses correspondent par exemple à une expérience avec un partenaire occasionnel, d’autres à la vie de couple. Réponses de femmes ou d’hommes, elles sont pour partie l’écho des couples que nous accueillons lors de nos retraites. On pourrait en donner bien d’autres, celles-ci ne sont là que pour vous inspirer, vous inciter à clarifier vos propres réponses.

Qu’est-ce qui me motive à faire l’amour ? Qu’est-ce que j’en attends ?

  • Ça me fait du bien au corps.
  • Ça me fait du bien au moral.
  • Je suis plus détendu(e) après.
  • Pour l’intensité du plaisir.
  • Pour me libérer des tensions du quotidien.
  • Pour calmer mon excitation sexuelle.
  • Pour me sentir vivant(e) dans mon corps.
  • Pour rencontrer mon (ma) partenaire dans le corps.
  • Pour me rapprocher de mon (ma) partenaire.
  • Pour faire plaisir à mon (ma) partenaire.
  • Pour remettre les pendules à l’heure avec moi-même et avec mon (ma) partenaire.
  • Pour faire comme tout le monde.
  • Parce que je sens que ça fait du bien à la relation.
  • Pour nourrir le lien avec mon (ma) partenaire.
  • Pour ne pas rester seul(e).
  • Pour me sentir désiré(e).
  • Pour l’aventure de découvrir une personne nouvelle dans l’intimité.
  • Pour que mon (ma) partenaire soit assuré(e) que je l’aime.
  • Parce que j’aime ça…
  • Parce que pour moi c’est sacré !

Mais souvent, on ne fait plus l’amour. On vit en couple, on aime son partenaire, mais on n’a plus envie de faire l’amour. Alors il peut être intéressant de se poser la question :

Pourquoi je n’ai plus envie de faire l’amour ?

  • J’ai peur d’être déçu(e).
  • J’ai peur de ne pas être un amant à la hauteur.
  • C’est toujours pareil, une routine, ça m’ennuie, je ne supporte pas ça.
  • C’est source de conflits avec mon (ma) partenaire.
  • De toute façon, je n’arrive jamais à atteindre l’orgasme.
  • Je ne me sens pas bien après.
  • Je ne me sens pas respecté(e).
  • Je me sens utilisé(e).
  • Mon corps n’a plus envie.
  • Son corps ne m’attire plus.
  • Mon corps me fait honte.
  • On n’en a pas envie aux mêmes moments.
  • Je suis débordé(e), pas le temps d’y penser !

Où que l’on en soit de notre vie sexuelle, même dans une phase heureuse d’épanouissement, on se pose parfois des questions. Vous est-il déjà arrivé de vous dire : mais l’amour, ça doit être plus que ça… On sait bien que la sexualité est au centre de notre vie. Pour beaucoup d’entre nous, s’il y a une chose qu’on aimerait ne pas rater, c’est notre vie sexuelle et notre vie amoureuse. Et pourtant, on a souvent l’impression de passer à côté et cela est pénible, à juste titre. Car nous savons intuitivement que dans l’amour réside une aspiration immense qui tient de l’absolu, du sublime. Il est important de reconnaître cette aspiration en nous, comme d’en identifier les manifestations parfois dévoyées.

Pour la vie amoureuse, notre imaginaire la traduit par le mythe du prince charmant ou du partenaire idéal, par le rêve d’un amour éternel. Pour la vie sexuelle, l’aspiration à l’absolu peut devenir la recherche de l’intensité dans le plaisir, qui dépendrait de l’intensité de l’excitation. On entretient l’idée d’un pic de volupté dans lequel l’individu disparaîtrait, « s’éclaterait ».

Même si nous pouvons nous tromper de voie, nous leurrer, cette aspiration à une certaine transcendance à travers la vie sexuelle et amoureuse, est précieuse.  Si elle est en nous, c’est que c’est possible, que quelque chose d’immense peut être vécu dans la sexualité et dans l’amour. Nous en avons les moyens, nous nous sommes seulement parfois un peu égarés. Le chemin à découvrir part de ce que nous vivons intérieurement, en commençant à reconnaître et à accueillir notre expérience, nos sentiments, nos sensations physiques… nous revenons à nous-même dans le respect et l’écoute de soi… et souvent un espace plus grand, inconnu, se révèle.

En premier lieu, il faut se détacher de tout ce qu’on nous dit sur la sexualité, pour partir de notre expérience, de ce que nous vivons dans notre corps. Légitimer ce que j’observe, même si cela va à l’encontre de ce qui se raconte. Il peut aussi être utile de réfléchir un peu sur nos attentes, en se posant encore quelques questions :

Est-ce que je suis satisfait(e) de ma vie sexuelle ?

  • Oui
  • Non
  • Oui, mais…

Qu’est-ce qu’elle m’apporte ?

Qu’est-ce que j’aimerais qu’elle m’apporte ?

Est-ce que je suis satisfait(e) de ma vie amoureuse ?

  • Oui
  • Non
  • Pas tout à fait

Qu’est-ce qu’elle m’apporte ?

Qu’est-ce que j’aimerais qu’elle m’apporte ?

Quels liens y a-t-il entre ma vie sexuelle et ma vie amoureuse ?

Quels liens je souhaiterais qu’il y ait entre ma vie sexuelle et ma vie amoureuse ?

Vous pouvez parcourir cet article en vitesse ou le lire plus attentivement. Mais ce qui peut être vraiment intéressant, c’est de prendre le temps de vous poser, d’écrire vos réponses à vous (qui ne sont jamais exactement les réponses suggérées), avec vos mots. Puis de vous demander pour chaque réponse si elle s’accompagne d’un jugement moral sur vous-même, d’un sentiment de culpabilité, de honte, qui vous bloque l’accès à un autre sentiment plus profond. Ce jugement peut concerner la situation que vous vivez, ou vous-même :

  • C’est nul.
  • Je suis nul(le).
  • Les mecs sont tous nuls.
  • Je tombe toujours sur des nuls.
  • Mon éducation m’a coincé (e), je ne peux pas passer outre.

Par exemple, la réponse de toute façon, je n’arrive jamais à atteindre l’orgasme est probablement accompagnée d’un jugement : Qu’est-ce qui ne va pas avec moi ? Toutes mes copines ont des orgasmes, je suis vraiment trop nulle.

Ou, la réponse mon corps me fait honte s’accompagne de je n’ai assez de volonté pour prendre soin de moi.

Non seulement, je vis une réalité qui me rend triste, mais en plus, je m’accuse de cela ! Et c’est socialement admis, on entend : C’est un(e) frustré(e) ! , un (ou surtout une) mal b…. !  On en remet une couche, non seulement la frustration sexuelle est difficile à vivre, mais en plus la société vous juge, se moque : c’est mal ou ridicule d’être sexuellement frustré(e) !

Alors, commencer à démêler la pelote peut faire du bien.

Pour les réponses sur lesquelles vous avez repéré un jugement, arrêtez-vous. Prenez conscience que vous n’êtes pas obligé(e) d’alimenter ou de valider ce jugement. Votre réalité est ce qu’elle est et si vous êtes dans cette situation, c’est qu’il y a de très bonnes raisons à cela.

Dans les retraites pour couples que nous animons, quand les participants commencent à mettre des mots sur leur réalité, une grande détente s’installe dans le groupe : Ah ! Je ne suis pas toute seule à ne plus ressentir de désir. Tiens ! Lui aussi, il a peur de perdre son érection.

Commencez à accepter votre réalité, sans vouloir la changer à tout prix. Alors, vous vous rapprochez de vous-même et vous entrez dans un processus de transformation. Vous faites un pas de plus en direction de vos aspirations profondes.

Relisez vos réponses et observez si elles s’accompagnent, au-delà d’un jugement moral, d’un sentiment plus profond : joie, reconnaissance, calme, tristesse, inconfort, amertume, déception, colère, frustration, impuissance… Prenez le temps de vous ouvrir à ce sentiment qui accompagne chacune de vos réponses. Vous pouvez l’accueillir comme faisant partie de votre réalité. Vous pouvez même repérer où il se manifeste dans votre corps. Ainsi vous vous reliez à vous-même.

Dans notre monde, il y a beaucoup d’incompréhensions dans le domaine de la sexualité et ce qui est communément admis ne correspond pas toujours à la réalité profonde du corps. Ce que vous vivez, votre réalité, est votre fil rouge. Vous pouvez faire confiance à ce que vous vivez de l’intérieur, ce n’est pas une réalité immuable, mais c’est là où vous en êtes en ce moment. En légitimant votre expérience et votre ressenti, vous donnez le message à votre corps que vous vous êtes mis à son écoute. Et c’est lui qui va vous guider vers ce dont il est capable. Votre corps sait. Et il peut vous guider progressivement à la découverte du potentiel extatique de la sexualité.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Anne Descombes

Anne Descombes

De formation scientifique, Anne Descombes s’est rapidement tournée vers les approches psycho corporelles. Diplômée en Eutonie Gerda Alexander et formée à la Gestalt thérapie, elle poursuit son exploration et son développement personnel depuis plus de 30 ans.

Dès la première Making Love Retreat® avec Diana et Michael Richardson, en 2007, elle est profondément touchée par cette approche de la sexualité en conscience. Elle s’engage avec son partenaire, Jean-François Descombes, dans le processus de transformation proposé.

Au quotidien et en participant régulièrement aux retraites proposées par Diana et Michael, ils découvrent et développent leur propre vécu de la sexualité en conscience.

 

Depuis 2014, Anne et Jean-François partagent leur expérience avec les couples du monde francophone en proposant la retraite Making Love en français qu’ils ont intitulée Faire l’amour en conscience.

 

Ouvrage :
Le Slow Sex, S’aimer en pleine conscience
Anne et Jean-François Descombes
Selon l’approche de Diana Richardson

Voir tous les articles
dolor eget venenatis, libero. mi, ut commodo neque. nunc velit,