fbpx
Vous aimez cet article ? Partagez-le autour de vous !

Stéphane VaillantExpérimenter la gratitude

Je crois m’être toujours senti un peu différent, dans ma façon de penser, dans ma façon de voir les choses, dans la lecture que je peux avoir du monde. J’ai souvent eu cette appréciation des choses qui me laissait à penser que je me positionnais en dehors des sentiers battus, en dehors de ce que la majorité des personnes peuvent bien penser, en dehors de la pensée unique.

Inévitablement, j’ai été amené à me pencher sur ce sujet de la gratitude, et là encore je me suis positionné en dehors de tout ce qui pouvait bien être dit notamment dans les milieux dits « spirituels ». J’avais en effet été interpellé en regardant une vidéo sur les réseaux sociaux, d’un coach très connu suivi par des dizaines de milliers de personnes et qui parlait de la gratitude.

Dans son discours, il prêchait la gratitude à tout va, comme une clé du bien-être, allant jusqu’à prendre l’exemple d’une dame qui était pendant la guerre internée dans un camp de concentration et qui, selon lui, était dans la gratitude et la joie de vivre cette expérience qui nourrissait son âme.

Entendre cela m’avait horrifié, je me demandais comment on pouvait annoncer cela tel quel, cela m’a donc amené à réfléchir….

En premier lieu, la gratitude semble s’adapter à quelque chose que l’on recevrait et qui serait positif pour nous, un cadeau, un baiser, un magnifique coucher de soleil, une caresse, une intention, une pensée amoureuse, un bébé, ou toute autre chose que nous considérerions comme nous faisant du bien.

Mais la gratitude se limiterait alors dans cette vision seulement et uniquement à ce qui serait positif ?

Un marin au milieu de l’océan en pleine tempête et dont le bateau coule, un couple qui perd son bébé de mort subite, une femme qui se fait violer, une personne qui a un terrible accident de voiture et qui devient paraplégique, une autre qui n’a pas assez d’argent pour finir les fins de mois et qui ne mange pas à sa faim, une personne qui vit dans la rue, toutes ces personnes peuvent-elles en cet instant ressentir de la gratitude en vivant des expériences traumatisantes les entrainant dans la souffrance ?

J’ai des enfants, et une petite fille également, je ne crois pas pouvoir m’en remettre si un jour je venais à perdre l’un d’entre eux, impossible d’être dans la gratitude de vivre une telle expérience.

Mais il y a une autre lecture possible de la gratitude, plus profonde, bien plus subtile et qui demande à la fois une prise de recul gigantesque, une sagesse que peu de personnes ont touché du doigt, une résilience sincère.

Pour pouvoir nous positionner dans notre monde, nous avons besoin d’éléments de comparaison. Pour pouvoir savoir si j’ai froid ou chaud, je dois explorer, expérimenter les chaleurs parfois très chaudes de l’été puis froides ou très froides de l’hiver. Pour savoir si je vais bien, je vais devoir explorer la possibilité de tomber malade. Pour savoir si je suis heureux il faudra que j’expérimente des situations qui vont me rendre malheureux.

Sans expériences contradictoires, il me serait impossible de savoir si je vais bien ou mal, si je suis heureux ou malheureux.

Comment apprécier quelque chose qui est bon si je n’ai pas testé quelque chose qui ne l’est pas ?

C’est de mon point de vue en ce sens qu’il est possible d’exprimer de la gratitude, de pouvoir vivre des expériences qui vont me permettre de me positionner et de savoir quand je vais bien ou quand je ne vais pas bien car si tout était monotone, je n’aurais aucune possibilité de le savoir, la vie serait alors insipide.

Nous les êtres humains sommes des êtres complexes, contradictoires, paradoxaux. Nous nous apercevons souvent de ce qui était bien pour nous lorsque nous ne l’avons plus.

Et dans ce monde consumériste, où règne l’abondance, la facilité, nous nous sommes peu à peu éloignés du bon sens qui nous faisait apprécier les petites choses de la vie.

Je crois sincèrement que la gratitude ne s’exprime dès lors jamais mieux que dans les choses les plus simples, et chaque fois que la vie m’amène à vivre des expériences douloureuses qui me tirent vers le bas, elle renforce dans le même temps ma capacité à apprécier tous ces petits moments de bonheur passés en famille, entre amis, dans la nature et qui me ramènent chaque fois inexorablement juste à l’essentiel.

Je remercie donc aujourd’hui la vie, du fond du cœur, de m’avoir permis de vivre des expériences qui m’ont fait comprendre à quel point peu de choses sont réellement importantes et combien il faut en profiter car rien ne dure jamais et tout finit par nous être enlevé…

Je remercie la vie de chaque instant passé avec les gens que j’aime, et de me laisser profiter d’être avec eux.

Je remercie simplement d’être là et d’avoir la possibilité de vivre ce que j’ai à vivre…

Soyez bénis de lumière et d’amour …

Crédit photo : Comfreak sur Pixabay


Vous aimez cet article ? Partagez-le autour de vous !

Stéphane Vaillant

Je crois de mémoire m’être longtemps cherché, sans savoir vraiment où était ma place, sans savoir vraiment ce que je faisais là, j’étais là sans vraiment être là, et puis un jour, naturellement, tranquillement, des choses se sont ouvertes, j'ai développé des qualités d'observation et d'écoute et parallèlement mon magnétisme ce qui m’a petit à petit amené dans cette pratique qui est la mienne aujourd’hui.

J’aime à dire que les personnes qui choisissent de devenir thérapeute, sont des personnes qui ont beaucoup de blessures et que c’est avant tout pour se soigner elles-mêmes qu’elles exercent ce métier.

Mais en opérant un travail sur elles, elles sont alors à même de pouvoir aider les personnes qui ne vont pas bien, car elles parlent à cet instant d’expérience, un peu comme si elles pouvaient les éclairer sur les obstacles du chemin parce qu’étant déjà passées par là.

C’est un peu l’idée générale de mon parcours.

Ainsi aujourd’hui, j’essaie d’aider en essayant d’apporter le maximum de clés de compréhension, pour que la personne qui consulte puisse avancer de nouveau, alors qu’elle pouvait se sentir bloquée sur son parcours sans savoir pourquoi.

Voir tous les articles

Ajouter un commentaire