fbpx

 

 

 


L’incompréhension dès ma plus tendre enfance

Cela fait maintenant 45 ans que je me sens différente des autres et il m'a fallu environ 30 ans pour comprendre pourquoi. Dès ma plus tendre enfance, les autres comptaient beaucoup plus que moi. Je me préoccupais toujours de savoir comment allait mon entourage et je n'hésitais pas à écouter et à conseiller des heures entières des camarades qui étaient au plus mal. Je me souviens même avoir pleuré avec une amie lorsqu'elle me racontait ce qu'elle vivait à la maison. Vous l'aurez compris j'ai une hypersensibilité accrue entraînant tous les désagréments qui l'accompagne. Petite je ressentais les maux comme des épées qui venaient me déchirer le cœur ; la douleur, la tristesse, la détresse, la culpabilité, la honte... Même si toutes ces émotions n'étaient pas les miennes je les vivais quand même ! Et je peux vous assurer que c'est très difficile à gérer au quotidien, surtout en avançant dans le temps.

Vous savez aussi que l'hypersensibilité ne serait rien si elle n'était pas accompagnée par l'empathie. Les deux s'entendent à merveille pour vous secouer tel un tsunami émotionnel. Il est difficile pour une ado de s'entendre dire qu'elle pleure toujours pour un rien, qu'elle a un problème, qu'elle est fragile... Moi, j'étais juste une ado qui était capable de capter ce que
ressentais les autres et de vivre leurs émotions autant qu'eux. J'étais une éponge émotionnelle. À l'époque, je n'avais jamais entendu parler de tout ça et j'ai effectivement commencé à me dire que j'avais un problème. J'étais différente mais je ne comprenais pas pourquoi les autres n'étaient pas comme moi car personne ne m'avait expliqué que je ne fonctionnais pas comme la majorité des gens, avec mon ego et mon mental. On me disait très souvent et même encore à l'âge adulte, que je vivais dans un monde de bisounours et que j'étais trop gentille. Je me suis très vite mieux sentie toute seule car lorsque j'étais avec les autres il y avait une incompatibilité et je me sentais très vite débordée par mes ressentis.

Percevoir l’invisible

Pour moi, il y avait autre chose que ce que les autres pouvaient percevoir. Je savais qu'il y avait quelque chose d'inexplicable, là, juste à côté de moi. Très vite, vers l'âge de 15 ans, j'ai commencé à lire des témoignages sur le paranormal, sur la magie, les tarots... tout ce qui avait trait au surnaturel m'attirait. J'ai donc acheté mon premier oracle et j'ai commencé à tirer les cartes, comme ça pour m'amuser. J'étais très à l'aise, comme si j'avais déjà fait ça dans une autre vie.

 

 

La suite de l'article ainsi que l'écoute audio sont réservées aux abonnés

Recevoir ce numéro de Présences magazine pour 1 €

 

 

Vous êtes déjà abonné ? Identifiez-vous pour pouvoir lire l'article dans son intégralité :

Stéphanie Smanio

Stéphanie Smanio

Attirée et guidée par la spiritualité depuis l’enfance, je me révèle aux yeux du monde à 44 ans telle que je suis, guérisseuse spirituelle et canal. J’aime depuis toujours accompagner et aider les personnes sur leur propre chemin d’évolution notamment dans le cadre de mon métier d’enseignante spécialisée.

Voir tous les articles
Donec nunc Donec risus. diam venenatis, commodo venenatis consectetur ipsum