fbpx

« Couvrez ce pied que je ne saurais voir » pourrait dire aujourd’hui ce cher Molière? 

Ces pieds pédicurés, emmitouflés, surprotégés et aseptisés sont désormais l’apanage de notre société occidentale.  Symbole historique d’indigence, de pays sous-développés et de mouvements anarchiques du passé, les va-nu-pieds trébuchent sur nombre de préjugés.  Resterait-il encore une seule permission, soit la balade « pieds nus sur la plage » comme dans la chanson ? Pas praticable partout, bien entendu. Souvent par souci de prévention de blessures ou pour cause d’hygiène, le port du pied nu deviendrait-il de plus en plus une habitude en voie d’extinction ? 

Impossible de toute façon de manquer les messages lancés par les tenants de l’industrie du pied hyper dorloté.   En pharmacie, un rayon vous ensoleille de ses adoucisseurs, déodorants, poudres, traitements express, bains, crèmes antifongiques et coussinets d’appoints pour oignons-shiatsu-correcteur-de-posture.  Idem pour l’industrie de la chaussure avec son R&D axé sur le respect intégral de l’alignement postural en tout temps ou intempérie.  Sans compter tous les podos et réflexos de ce monde qui se joignent au bonheur du pied super soigné.

Naturellement, cette câlinerie de nos extrémités demeure une nécessité dans nos environnements sur-stressés.  Ce faisant, reste-t-il un peu de place pour se libérer des souliers et faire l’expérience de ce qui nous branche au fondement de notre humanité ?

Cette réflexion je ne l’avais jamais amorcée avant d’entendre le mot « earthing » ou « grounding ».  En fait, j’ai appris assez récemment que je pratique le « earthing » ou cet « enracinement » depuis l’enfance. Maintenant, je sais que ce type d’activité porte non seulement un nom, mais qu’il est étudié sérieusement pour ses immenses bienfaits thérapeutiques.  Documentaires et ressources WEB à l’appui, souvent dans la langue de Shakespeare, ce mouvement attire de plus en plus d’adeptes. Ce que cette pratique préconise, en bref, est d’inciter les êtres humains déconnectés des milieux naturels à trouver un moyen de se brancher à Mère-Terre par la nudité des pieds ou du corps en entier, de sorte à recevoir des électrons qui contribueraient à renforcer votre système immunitaire, libérer des antioxydants et augmenter votre énergie vitale. 

Les infos abondent sur le « earthing » et en soutien de la cause, nombre d’exemples à citer de guérisons naturelles liées à des problèmes chroniques de santé.  Entre autres avantages, cette méthode naturelle aiderait à préserver votre équilibre psychique, tout en stimulant un mécanisme de défense contre les ondes 5G, le bruit et la pollution.      

Pourtant, l’activité en apparence simple de marcher pieds nus en nature peut présenter un grand défi, voire un certain danger, pour ceux qui n’y sont pas habitués.  Les gens qui m’accompagnent en randonnée et qui me voient pratiquer le « earthing » ont tous l’impulsion un peu espiègle de m’imiter. Généralement, au bout de quelques minutes, je les entends ponctuer leur pas d’un chant quasi chamanique qui se résume en « aïe! aïe! aïe!» ou « ouch! ouch! ouch! ».  Leur réflexe (bien légitime) est de remettre chaussettes et bottes en place pour ensuite me suivre avec un certain air déconcerté pendant que je gambade avec légèreté d’une pierre à l’autre, en appui momentané sur de puissantes racines, pour me retrouver in extremis sur les troncs qui servent de ponts aux sentiers aménagés. Je file ainsi des heures durant jusqu’à l’atteinte du fil invisible de l’arrivée d’une autre montagne conquise, où je me sens comme une enfant, la tête en fête, mais à qui le soleil couchant indique le chemin de la rentrée. 

 

Pour lire cet article dans son intégralité, vous pouvez acheter le numéro de Présences Magazine concerné dans notre boutique !

 

Niwan Yod

Niwan Yod

Niwan YOD vit au Canada, à Vancouver. Artiste peintre et sculptrice, créatrice littéraire, adepte de yoga, chamane, elle se passionne pour le mieux-être en lien avec la connexion à la nature.

Voir tous les articles
nec elit. ut id, Praesent libero. diam sit