fbpx

Découvrez le lien entre la méditation, les fleurs de Bach et un film d’horreur.

par | 7 Oct 2019 | Bien-être et santé, Plantes et Nature | 0 commentaires

Retrouvez une lecture audio de l’auteur en fin d’article 

Retrouvez cet article complet au format PDF sur la boutique de Présences Magazine

Depuis longtemps je voulais me mettre à la méditation.  Malheureusement, cela se passait toujours de la même façon. À peine installée, l’immobilité provoquait l’émergence de mes pensées.  J’avais beau me concentrer sur ma respiration, il fallait à peine trente secondes pour être littéralement enlevée par mon mental vers mes préoccupations, mes souvenirs ou mes projets. Et inévitablement vers les émotions les accompagnant.

Ces émotions ! Je les appelle aujourd’hui mes Gremlins. Il s’agit de petits animaux tout mignons issus d’un film d’horreur de Joe Dante en 1984- les mogwaïs. Ils se transforment en monstres appelés alors Gremlins lorsqu’on les asperge d’eau.

Comme nos émotions, ils sont inoffensifs, se fondent dans le paysage et ne se font pas remarquer aussi longtemps qu’un élément contrariant ne les active pas. C’est alors qu’ils prennent le pouvoir et dévastent tout sur leur passage.

Comment me suis-je rendue compte de ces êtres maléfiques vivant en moi et de leur pouvoir d’aliénation de ma conscience ?

Cuba, hiver 2017 : mon mari traverse la crise de la cinquantaine. Lors des vacances, il rencontre une jeune fille de 20 ans sa cadette et est littéralement ensorcelé.  Une jeune fille pétillante, drôle, effrontée et belle comme la mer des Caraïbes. Pendant six mois, elle l’obsède nuit et jour.

Et pendant ce temps, je suis à ses côtés, essayant de le comprendre. Mon mari est un homme intelligent et de plus, ne veut pas sacrifier nos trente-trois années de vie commune pour une illusion de mieux-être.  Donc, d’une part, j’ai entièrement confiance en lui, d’autre part, je suis malade de jalousie.

Moi aussi je tiens à notre couple et je veux être présente à ses côtés dans son processus de remise en question. Surtout que pour la première fois, il m’a demandé de l’aide avec les fleurs de Bach.

Les fleurs de Bach sont des élixirs floraux apaisant les émotions en excès. Elles se prennent sous forme de gouttes. (Vous pouvez les découvrir en vous procurant les 6 premiers articles parus dans Présence-magazine.)

Chaque jour, nous discutons de ce qu’il ressent et je lui prépare son remède.  Il s’applique à le prendre pour sortir le plus rapidement possible de cette mauvaise passe.

Quant à moi, je me bats avec mes Gremlins. Ils s’adressent à moi avec force. Ils aboient presque dans mes oreilles.

Gremlin 1 : « Tu es quand même bien moins belle qu’elle…et puis toi, tu es vraiment vieille. Comment veux-tu entrer en compétition ? »

Gremlin 2 : « Tu vas te retrouver seule. À ton âge ! Ma pauvre vieille. Qu’est-ce que tu vas devenir ? Tu ne retrouveras jamais quelqu’un. Pauvre de toi. Fallait-bien que ça tombe sur toi, t’as vraiment pas de chance. C’était trop beau pour être vrai !»

Gremlin 3 : « Toi qui as supporté sa maladie, sa dépression, il va te laisser tomber comme une vieille chaussette. C’est dégueulasse de te faire un coup pareil. Il n’a aucune reconnaissance pour tout ce que tu as fait pour lui. »

Gremlin 4 : « C’est sûr qu’il va finir par craquer ! À ta place, je surveillerais son téléphone comme ça tu pourras voir l’évolution de leur relation. C’est lui qui la relance, j’en suis sûr. »

Entre-temps, je fais la forte. Celle qui supporte tout par amour. Il faut bien continuer à travailler, à recevoir mes patients.

Gremlin 5 : « Tu vas y arriver, ce n’est qu’une question de patience, sois stoïque, fais semblant que ça ne t’atteint pas. » me chuchote un nouveau Gremlin.

Gremlin 6 : « Prépare-toi au pire. Te dit-il vraiment tout ce qu’il ressent ? Qu’est-ce que tu vas faire s’il te quitte ? Tu vas devoir vendre ta maison, perdre ton niveau de vie actuel. Tu vas tomber en dépression quand le plus dur sera passé. »

La tristesse m’envahissait alors.

Gremlin 7 : « Ce sera bientôt fini. Tes belles années de bonheur et de complicité. Ta petite famille va voler en éclats. Tous tes souvenirs heureux, tes voyages en amoureux… »

Mon mental sautait d’un Gremlin à l’autre. Ils m’envahissaient et je devenais chacun d’eux.

Qu’est-ce que toute cette histoire a à voir avec la méditation, me direz-vous ? J’y viendrai dans quelques instants.

Les fleurs de Bach ne sont pas seulement destinées à mes patients et à mes proches. J’en fais moi-même usage depuis que j’ai décidé de ne plus me laisser importuner par moi-même.

Aussi, je me suis fait un petit cocktail en écoutant mes Gremlins comme j’écoutais mes patients.

Pour ce faire, Il fallait que je “recule d’un pas”, que je me place en observatrice de mes propres émotions plutôt que d’être animée par elles comme une marionnette à fils. Il ne s’agissait pas de les combattre ou de les faire taire. Au contraire, je devais les écouter attentivement, entrer en amour avec eux comme avec de petits enfants incapables de se maîtriser.

Je pouvais alors identifier quelle fleur de Bach était en mesure de calmer ces Gremlins déchaînés.

C’était la première fois que je me dissociais de mes émotions, que je n’étais pas mes émotions. C’était la première fois que j’envisageais de traiter mes émotions comme mes patients.

Je me suis préparé un remède personnalisé dans lequel il y avait Holly (le houx), cette fleur qui peut sauver le monde (Voir l’article “une seule fleur pour sauver le monde”). Elle apaise le Gremlin n°4, le jaloux en lui faisant mieux percevoir l’amour qui l’entoure et qui lui est destiné.

J’ai dû écouter ce Gremlin n°1, rempli de complexes d’infériorité qui avait grandi avec moi.  Il m’obligeait à me comparer sans cesse aux autres et pas à mon avantage bien entendu. Il m’invitait souvent à trouver les autres géniaux et à les admirer. Son remède : Larch (le Mélèze) pour qu’il puisse trouver en lui sa propre échelle de valeurs. 

Et puis un drôle de Gremlin n°2 qui ressemble à Caliméro.  Ce petit poussin noir avec sa coquille sur la tête qui trouve tout injuste avec sa petite voix plaintive.  « Ce n’est pas juste ce qui m’arrive, le sort ne m’épargne pas. » Willow (le saule) lui permet d’arrêter de subir les choses et de diminuer ce sentiment permanent d’impuissance.

Sans compter le Gremlin n°3 qui joue avec une petite balance et fait les comptes des donner et recevoir tout au long de la vie. Celui qui empoisonne toutes les relations de couples en mesurant tout ce qu’on a fait pour l’autre et qu’il n’a pas vu, remarqué ou rendu. Quelques gouttes de Chicory – la chicorée – dans la potion magique et tout à coup, la balance se remplit de cadeaux venus on ne sait d’où et pas nécessairement de celui à qui on a tout donné.

J’ai hésité à donner Rock Water – l’eau de Roche – au Gremlin n°5 qui faisait le fort. J’avais peur de m’écrouler en me privant de son pouvoir de contrôle.  Mais cette force est excessive, elle empêche la bonne circulation des émotions, raidit toute la sensibilité et conduit à la froideur, à la rigidité.  Avec Rockwater, je transformais la rigidité en souplesse déterminée.

Puis, ce peureux Gremlin n°6 qui craint de tout perdre, ce primitif qui réagit sans nuance au changement. Il tremble comme une feuille et se recroqueville à la première ombre dans le ciel. Il avait bien besoin de Mimulus – la mimule – pour lui donner du courage et retrouver confiance dans le flux harmonieux de la vie.

Il me fallait aussi ajouter Honeysuckle – le chèvrefeuille – pour ce Gremlin n°7 pleureur et imaginatif qui feuilletait déjà devant moi les pages des albums photo de nos amours heureuses. Non, il n’est pas encore temps de regretter ce passé encore non advenu.  Sèche tes larmes petit Gremlin.

Grâce à ces fleurs, qui m’étaient personnelles, les Gremlins de mon monde intérieur se sont apaisés.  J’ai pu garder une certaine forme de lucidité et de confiance dans la situation.  Les mois ont passé et, au final, notre couple a traversé la tempête et renforcé nos liens.

Parfois cependant, quand j’entends une certaine sonnerie de messagerie qui a beaucoup retentit ces mois-là, je vois grommeler le Gremlin de la jalousie. Il recommence à me parler dans l’oreille de cette fille des Caraïbes et je sens mon ventre se nouer.  J’ai peur alors qu’il réveille les autres et je le prends à part, dans mon bureau intérieur. Je m’installe et je l’assieds dans le fauteuil d’en face. Je le regarde, je lui donne quelques gouttes de fleurs de Bach et il redevient un mogwaï inoffensif.

Maintenant, je les vois venir, je sais que ce ne sont que des Gremlins qui s’apaiseront si je les écoute et si je leur donne les fleurs adéquates. En identifiant mes émotions, j’ai fait un premier pas vers un bouleversement complet de ma façon de vivre et bien sûr de ma pratique de la méditation.

Avez-vous deviné maintenant le lien entre mes Gremlins et cette merveilleuse pratique ?

Le gros changement, c’est que je me suis dissociée de mes pensées et de mes émotions en les identifiant clairement. Peut-être est-ce une opération facile pour vous. Personnellement, je perdais la conscience de moi et je devenais mes émotions et mes pensées.

Cette dissociation me permet maintenant de rester sur la berge pendant que mes pensées et mes émotions sont emportées par le courant de la rivière comme des bateaux.  Je les regarde passer sans embarquer. Elles ne sont pas moi et je ne suis pas elles. Ce sont juste des énergies qui se coagulent en moi, se manifestent et se dissolvent si je ne les emprisonne pas dans le jeu de mon ego.

Alors, prêt.e à rencontrer vos Gremlins et à méditer avec les fleurs de Bach ?

Découvrez le lien entre la méditation, les fleurs de Bach et un film d’horreur.

by Marie-Noël Damas | Présences Magazine No 7 - Octobre 2019

ipsum mattis adipiscing Donec id commodo at consectetur