fbpx

Depuis mon enfance, point trop enjoint à une pratique religieuse forcenée, je me suis pourtant toujours senti attiré par de belles forces invisibles. Issu d'une famille catholique du côté de mon père, le cursus classique du baptême, de la première, de la seconde communion puis de la profession de foi me furent proposés sur un chemin plutôt aisé. Jusqu'à tel point qu'à la vingtaine semblait s’entre-ouvrir une voie plus contemplative et engagée. Les récitations du «Notre Père» ou autres «Je vous salue Marie» n'avaient point de secret pour moi. Ils peuplaient mon quotidien. Néanmoins, quelque chose sonnait vide au creux de mes oraisons, me poussant à un questionnement bien plus profond. Si ce qui suit n'est évidemment qu'un éclairage et une voie parmi tant d'autres, je me propose de vous livrer mon cheminement de la récitation vers la méditation consciente.... Commençons par détendre les athées les plus récalcitrants en leur disant que si le mot "prier" sous-entend bien évidemment de croire en Dieu, il y a pourtant un magnifique chemin qui s'ouvre aussi à eux. Voyez : il leur suffit de bien vouloir transposer le mot "prier" par celui de "méditer" ou "se recueillir" et tout y restera pratiquement intact. Nous avons l'art, par nos constructions mentales, de poser des intentions ou autres jugements sur tout ce que notre petit ego se met sous la dent... De la sorte, certains vous affirmeront que ce n'est pas pareil que de "prier Dieu".  Ma recherche primaire fut essentiellement d'ouvrir mon esprit et il me semble bon, même indispensable, de penser que cela puisse rester ouvert à tous...  Aux croyants comme aux non-croyants. De plus, qui peut s'enorgueillir de ne croire en absolument rien ici bas ?  Énormément d'entre nous confondent la religion et ce que peut - ou pourrait - être une merveilleuse relation d'avec une Force créatrice. Rien n'empêche de se tourner plus aisément vers une énergie première, l'âme, l'esprit ou même une entité sans pouvoir ou vouloir la nommer. Le résultat est si approchant qu'on en déplore fortement que cela puisse provoquer de la haine, du fanatisme et même l'appel au meurtre !

«Ne triche pas et ne te mens pas...»

 

Pour lire cet article dans son intégralité, vous pouvez acheter le numéro de Présences Magazine concerné dans notre boutique !

 

Yan Serre

Yan Serre

Ancré au nord Finistère, de Brignogan plages, Yan nourrit une passion pour la littérature et la nature depuis son plus jeune âge (il écrit depuis l’âge de 12 ans). Les mondes de la philosophie et de la spiritualité l’attirent très rapidement et c’est ainsi qu’il se met à lire Descartes puis Platon dès la classe de 3ème. D’un tempérament solitaire et aventurier, son enfance est portée par deux grands rêves : parcourir le globe par les mers et découvrir l’Himalaya. Il suit des études de philosophie puis exerce pendant cinq années au sein de l’Éducation nationale. Il a pourtant peu à peu envie d’indépendance et d’introspection. C’est alors qu’il se met en quête de tout ce qui pourrait l’aider à mieux vivre et à libérer son esprit de son quotidien matérialiste. Il découvre le yoga et le bouddhisme vers ses trente ans. Il multiplie les départs, d’abord en Europe puis dans le reste du monde. A l’hiver 2012, il entame un voyage initiatique en direction du sommet de l’Everest en solitaire, sans guide, sans porteur et sans moyen de communication. Cette expérience le transforme, humainement et spirituellement parlant. De retour, il est poussé par une incroyable envie de changer de vie et de se consacrer à la recherche du Soi. Il quitte son emploi pour créer sa propre société Terrévada afin de venir en aide aux artisans rencontrés au Népal. Il se lance dans sa passion d’écriture en publiant un premier livre qu’il auto-édite par choix, comme un pas de plus dans sa démarche d’indépendance mais toujours guidé par l’envie de partage. Il s’agit de “Népalsolo”, un premier livre qui sera par la suite suivi d’un deuxième tome nommé sur “La révélation de soi”. En 2016, il choisit de quitter son logement et de vendre une très grande partie de ses affaires personnelles pour acheter un camping-car, un lieu grâce auquel il peut poursuivre sa quête d’une vie plus indépendante et nomade. Il y approfondit son désir de partir à la rencontre des autres en leur faisant découvrir ses livres et les révélations découvertes lors de ses voyages.

Voir tous les articles
commodo elit. amet, Lorem dolor. Praesent