fbpx

Dans quelle(s) histoire(s) vivez-vous ?

par | 6 Juin 2019 | Spiritualité | 0 commentaires

[Retrouvez cet article au format PDF sur la boutique de Présences Magazine]

Nous croyons vivre dans la « réalité ». En fait, nous vivons dans des histoires. Beaucoup nous rendent malheureux. La plupart ne sont même pas vraies. Et si on pouvait changer cela ? Individuellement et collectivement ?

Le pouvoir thérapeutique des histoires

Aux États-Unis, le Dr Lewis Mehl-Madrona soigne ses patients en leur racontant des histoires. J’ai eu le plaisir de traduire deux de ses livres[1]. Lewis avait d’abord appris sur les bancs de l’université que l’être humain est composé de cellules. Moitié amérindien par son père, il a ensuite découvert de la bouche des guérisseurs lakotas et cherokees, que nous sommes avant tout constitués d’histoires.

Oui, nous sommes littéralement pétris d’histoires !

Il y a évidemment notre histoire à nous, pour commencer, dont les premiers chapitres nous ont été racontés par nos parents : comment nous sommes venus au monde, comment se sont passées nos jeunes années… Nous avons ensuite pris le relais et nous ne cessons d’écrire et de récrire notre histoire, à mesure que de nouveaux événements s’y ajoutent.

Il existe également l’histoire de notre famille, transmise par nos parents, oncles, tantes et grands-parents. S’y ajoutent celles de notre ville et de notre pays, celles peut-être de la religion ou de la classe sociale qui sont les nôtres, celle du régime politique qui nous a vu naître, jusqu’à celles de l’humanité, de la Terre et du Cosmos. Nous vivons en réalité au cœur d’une succession d’histoires, de diverses natures et provenances, qui s’emboîtent les unes dans les autres, comme des poupées russes.

Nous vivons dans des histoires

Toutes ces histoires exercent une influence de toute première importance sur notre vécu de chaque instant : à notre insu, ce sont elles qui déterminent le sens que nous donnons à notre vie, à l’univers, aux événements heureux ou malheureux qui jalonnent notre existence.

Illustrons cela par un premier exemple. Selon que vous êtes né aux États-Unis ou en France, vous avez hérité d’histoires très différentes à tous niveaux, notamment dans votre manière d’envisager l’expérience professionnelle. En France, par exemple, faire faillite est extrêmement mal vu, c’est un signe d’échec et d’incompétence, qui peut grandement entraver la suite de votre parcours professionnel. Aux États-Unis, par contre, avoir fait faillite n’est en rien une tache sur votre CV, ni un obstacle à la poursuite de votre carrière ; pour les Américains, cela fait juste partie des choses qui peuvent arriver, et c’est même considéré par beaucoup de gens comme une expérience qui peut développer des qualités très importantes (de résilience, notamment) chez ceux qui l’ont vécue. Le même vécu – une faillite – fait donc l’objet de deux interprétations opposées, qui auront des répercussions concrètes très différentes pour les uns ou les autres.

Autre exemple, que j’emprunte à Deepak Chopra[2] : « Vous marchez dans la rue et soudain un grand chien noir fonce sur vous. La personne A ne vivra pas la même chose que la personne B. Imaginons deux possibilités.  La personne A a été mordue autrefois par un chien, elle se rappelle la douleur de la morsure, évite les chiens, considère leurs aboiements comme des menaces et voit dans la gueule ouverte de celui-ci une arme agressive. La personne B, elle, est la propriétaire de ce chien : elle l’aime, se sent soulagée de retrouver l’animal qu’elle avait perdu, entend ses aboiements comme sa manière de la saluer et reconnaît un sourire dans sa gueule ouverte. » Là encore, les histoires respectives de chacune de ces deux personnes leur font vivre la même situation – un chien qui fonce sur soi en aboyant, gueule ouverte – de deux manières totalement différentes, entraînant des réactions physiques et émotionnelles inverses.

Vous croyez vivre dans le monde ?

Pour lire cet article dans son intégralité, vous pouvez vous le procurer au format PDF dans notre boutique !

Lorem vulputate, et, dapibus felis neque. luctus tempus

Et si vous vous abonniez pour aller vers une vie plus consciente ?