Comment la méditation vient à l’enfant ?

par | 5 Avr 2019 | Pleine conscience | 0 commentaires

La méditation laïque est actuellement particulièrement en vogue dans nos sociétés occidentales où le temps file plus vite que le sable ne s’écoule d’un sablier. Cette vague de popularité en viendrait presque à nuire à l’essence de la méditation comme à celle du yoga puisqu’elles sont bien souvent sorties des contextes sociaux, culturels et historiques. Portée à tort, tout à la fois, au rang de panacée universelle ou de secte, ou encore instrumentalisée pour rendre petits et grands plus productifs ou plus tranquilles, la méditation, comme le yoga, n’en reste pas moins intéressante à mettre en place dans la vie de nos enfants, au même titre que le sport, pour une bonne hygiène de vie. Le Dalaï Lama a, qui plus est, affirmé  «Si la méditation était enseignée à tous les enfants âgés de 8 ans sur la Terre, nous ferions disparaître la violence du monde, en une génération. »

Oui, mais alors me direz-vous, « À partir de quel âge l’enfant peut-il méditer ? », « Combien de temps ? » et « Comment ? », « Pourquoi ? », « À quoi ça sert ? » ou encore « c’est quoi exactement ? » … Voilà bien les principales questions que les parents me posent souvent lorsque j’aborde ce thème avec eux ; questions auxquelles je vous propose de réfléchir ensemble.

LA MÉDITATION, C’EST QUOI EXACTEMENT ?

Il existe depuis la nuit des temps une grande variété de courants méditatifs, en Orient comme en Occident : courant contemplatif, taoïste ou bouddhiste par exemple. J’ai fait le choix ici de parler de la méditation de pleine conscience ou plutôt pleine présence. Elle a été rendue populaire par Jon Kabat-Zinn en premier lieu aux Etats-Unis ; elle est laïque, a été étudiée par des protocoles scientifiques et a aussi été préalablement développée par les Maîtres bouddhistes, dont Tich Nhat Hanh  qui enseignait il y a encore quelques années au Village des Pruniers, en France. Alors, lorsque le pont est fait entre tradition et modernité, science et spiritualité, je suis toujours touchée et curieuse de ce qui peut faire lien. Cette méditation c’est « très simplement » être attentif à l’instant présent… pleinement ; c’est se relier de façon bienveillante au corps et aux émotions. Cela signifie observer ce qui se passe en soi, plutôt que l’interpréter, l’analyser ou l’évaluer. C’est créer un espace entre les évènements et les pensées puis profiter de cet "espace mental" pour ne plus être dans la réaction, mais dans l’action choisie, consciente. La Pleine Attention c’est, par ailleurs, revenir calmement au corps, au souffle, véritables points d'ancrage dans le présent, autant de fois que l’esprit se perd dans les pensées. 

Ce n’est donc en aucun cas « Arrêter de penser ou de bouger » mais bien tourner notre attention vers notre intériorité pour observer avec bienveillance ce qu’il s’y passe, aussi bien que de s’absorber totalement dans le Présent vécu instant après instant. Imaginez un peu comme l’enfant peut y trouver matière à grandir chaque jour un peu plus libre.

À PARTIR DE QUEL ÂGE L’ENFANT PEUT-IL MÉDITER ?

D’une part, le petit enfant grandit en imitant son environnement ; c’est donc en l’exposant à des situations familiales de pratiques formelles (méditations assises ou allongées) ou informelles (marches en conscience, goûters en conscience, arts et sports…) que l’enfant découvrira petit à petit les espaces de méditation en y prenant plaisir. Néanmoins, chaque enfant étant unique, il n’y aura jamais une seule approche fonctionnant pour tous les petits êtres humains de cette planète ! C’est cette singularité qui nous place d’emblée au cœur d’une merveilleuse aventure : celle de l’accompagnement, avec patience et empathie, au fil de l’enfance puis de l’adolescence, de nos enfants.

D’autre part, mon expérience clinique me fait rejoindre totalement le Dr François Bourgognon, psychiatre et directeur de l’Institut de Formation aux Thérapies Basées sur la Mindfulness, qui dit qu’avant toute chose, et même de penser à faire méditer les tout-petits, il est impératif d’éteindre les écrans. Nous ne le répéterons pas assez, il faut prohiber la télévision avant 3 ans même en fond sonore dans une pièce, et interdire formellement les jeux vidéo avant 6 ans car cette période est une période-clé pour le développement de l’enfant dans son rapport à la famille et au monde qui l’entoure.

Avant 5 ans, les enfants sont naturellement portés vers des activités au sein desquelles toute leur attention, tous leurs sens sont embarqués. Les bouddhistes disent que ce sont des petits bouddhas ! Lorsqu’ils rient, pleurent ou sont en colère, les enfants le font totalement : le rire est à gorge déployée, la colère est bruyante et démonstrative, tout autant que le chagrin. De même, leur attention est magnifiquement soutenue par l’envie de découvrir le monde. Souvenez-vous des premières purées des bébés : le tout-petit patouille, renifle, observe et ouvre la bouche en imitation à notre propre mouvement d’ouverture et ce n’est qu’ensuite que l’aliment est goûté puis avalé. Nous sommes tout à fait en présence d’un repas en conscience… quand, évidemment, tout se passe bien.

Les petits grandissent et découvrent les objets et les actions qu’eux-mêmes vont avoir sur le monde qui les entoure. Ce sera, là encore, avec une attention totale si nous leur permettons … en leur laissant le temps de faire et d’être. À nous de nous mettre au diapason, à nous de ralentir jusqu’à nous arrêter finalement, et leur accorder toute notre bienveillante attention. À nous de servir de modèle en accompagnant leurs découvertes dans une continuité chaleureuse en nous opposant fermement à la discontinuité souvent imposée par l’écran et le téléphone : sonneries, notifications, publicités, rapidité de succession d’images, bruits subits sont autant de briseurs de scénarii enfantins et qui finissent, à force de répétitions, par inscrire l’enfant dans une discontinuité de vie. Voilà à mon sens le travail fondamental et préparatoire des parents qui souhaitent apporter la pleine présence dans le quotidien de leurs enfants.

Pour lire cet article dans son intégralité, vous pouvez vous le procurer au format PDF dans notre boutique !

Testez-nous pendant 7 jours, c'est GRATUIT !