fbpx

 L’hiver invite les très-passés à nous rejoindre. C’est parfois un temps difficile ; un  temps de ressouvenance, un temps où l’absence se fait prégnante.  Les tables des fêtes se font symbole des places vacantes. Dans d’autres civilisations, les rituels qui accompagnent les morts se déclinent en plusieurs étapes, voire sur plusieurs années. Car il est bon d’honorer, de recevoir les cadeaux des ancêtres et de jouir de la vie sans eux. Dans cet article, nous allons aborder d’autres morts, des deuils plus quotidiens qui, pourtant, nous préparent à accompagner ce grand passage.

L’illusion de l’immortalité, c’est ainsi que je décris notre position occidentale face aux multiples passages de vie ignorés. Se croire immortel, c’est un déni de réalité, un déni de société. Nous avons grandi dans la peur du changement, dans l’oubli des étapes indispensables à notre maturation. Cette croyance profite à l’économie qui ne conçoit les êtres humains qu’en termes de productivité et d’efficacité. Aujourd’hui, la planète en péril nous rappelle la cyclicité du vivant, le temps d’introspection et de repos nécessaires, les séquences originelles d’inspiration et d’expiration indispensables et donc, finalement, les premiers et les derniers souffles. La finitude et les recommencements. Laissons la peur de côté et modifions quotidiennement notre lien à la mort.

Développons le désir d’honorer, de traverser chaque passage de vie
comme une passerelle d’une vie à une autre.

La rapidité de nos interactions sociales semble ne plus laisser le temps de penser, de panser notre vie. Ce qui a changé :  

  • une vie professionnelle toute tracée, apprentissage puis métier.
    → Plusieurs formations, plusieurs métiers
  • un lieu de vie professionnel, une intégration dans une équipe, débuter et finir dans une entreprise
    → Plusieurs établissements, des liens distendus entre collègues, être interchangeable, chômer
  • un couple, une famille
    → Plusieurs vies à deux, les familles décomposées, recomposées, les divorces
  • un lieu de vie, la maison familiale, son appartement, sa terre
    → Déménagements incessants pour raisons professionnelles ou privées, expropriations

Ces quelques exemples nous montrent combien nos habitudes de stabilité ont été profondément et rapidement modifiées. Au profond de nous, chacune de ces étapes sont des séparations, des arrachements, des petites morts que nous ne prenons pas le temps de visiter. Les rituels religieux règlent les grandes étapes de la vie : la naissance, l’accès à la maturité, l’union et la mort. Mais si chaque phase de toutes ces vies multiples en nous,  a besoin d’être célébrée, alors il nous manque des rituels adaptés ! Depuis les années septante, sont donc apparus des rites modernes, personnalisés, correspondant à ces multiples passages jusqu’ici ignorés. Il n’est plus rare de faire la demande d’un rituel entre amis pour célébrer telle ou telle situation ou pour s’entraider à passer un nouveau cap.

 

La suite de l'article ainsi que l'écoute audio sont réservées aux abonnés

Découvrez la formule d'abonnement qui vous convient
(au trimestre ou à l'année, en digital et/ou en papier)

 

Marianne Grasselli Meier

Marianne Grasselli Meier

Marianne Grasselli Meier est écothérapeute, musicothérapeute et auteure. Elle donne ses ateliers et forme des praticiens en Ecorituels® en Suisse, en France et en Belgique.
Auteure de  « Rituels de femmes pour s’épanouir au rythme des saisons » Ed Courrier du Livre 2016

Voir tous les articles
Nullam vel, justo facilisis amet, libero. id, ultricies