fbpx

Les maladies du Bien ou la philosophie d’un ordinaire

18,00

Yan Serré, que vous pouvez retrouver au sein des articles de Présences magazine, livre ici un journal intime à la reconnexion au Soi

LIVRAISON GRATUITE partout dans le monde

Description

J’ai souhaité que l’invitation au voyage apparaisse dès la couverture des «Maladies du Bien». La mer et les bateaux qui surgissent au loin vous laissent vous embarquer dans une aventure aussi captivante que poétique qui, au fil des pages, vous conduira vers l’autre rive où s’ouvre la possibilité de se révéler à soi-même.

Un océan sur lequel vous pourriez aisément faire iriser votre propre nom, redécouvrant la part lumineuse de votre Être.

«Le bonheur ne s’atteint pas en appliquant quelques recettes miracles».

Voilà la réflexion qui teintera votre esprit à la clôture de ce récit initiatique. C’est un journal intime à la reconnexion au Soi que je vous livre ici. Là où tous ces manuels encyclopédiques de «développement personnel» ou de «pensées positives» peuvent finir par laisser un goût amer à celles et ceux à qui l’on a promis la félicité assurée et garantie en quelques leçons, je vous invite à prendre en considération les singularités de votre propre cheminement spirituel.

Voyageur dans tous les sens du terme, j’ai choisi d’adopter une démarche radicalement différente et ce parce que je me laisse deviner que le bonheur est le fruit d’un cheminement mêlant questionnementsdépouillements et avancées. Ainsi, jai fait le choix de transmettre mes pépites d’éveil à travers le récit de mon parcours.

Après les deux tomes de «Népalsolo», qui vous avaient conduit dans les montagnes du Haut Himalaya, je vous livre cette épopée initiatique.

Une œuvre à la fois inspirée et inspirante.

Au coeur de cette autobiographie plane une atmosphère spirituelle singulière à la quête universelleL’amour, le couple, la mort, la déchirure des séparations mais aussi une amitié touchant presque à la démesure

Clé de voûte du récit, une admiration aussi jouissive que progressive de la Nature et du genre humain qui permet d’avancer et de se réaliser pleinement !

Vous reste à aiguiser votre ressenti sur ce cheminement parfois à la limite du déraisonnable

Tantôt tiraillé entre la félicité et l’anéantissement, la découverte de mon ouvrage interpellera vos propres questionnements intérieurs.

Subsiste une certitude :

Les maladies du Bien” sonnera tel un de ces livres qui continuera à jouer sa petite musique à l’intérieur bien après que la dernière page n’en soit tournée.

Je souhaite voupréciser ceci :

« L’Homme peut grandiravancer et évoluer. Ce lent apprentissage aide à réveiller nos forces intérieures, les seules qui soient capables de nous porter quand la vie nous bouscule. Ce sont elles qui libèrent aussi les semences de la sérénité et de la plénitude, tant intérieures qu’extérieures.

Avec “Les maladies du Bien”, j’ai souhaité surfer sur cette ambiance spirituelle afin que chacun, au détour d’un chemin de cette aventure initiatique, puisse découvrir de nouvelles portes à ouvrir dans sa propre vie. »

Extrait:

« Sitôt la clôture de ma caisse achevée, je m’en allais rejoindre Christina au sous-sol. C’était devenu une habitude. Je décidais, in fine, d’aller libérerdéchaîner, ces paroles enjointes à être livrées. Littéralement hanté par ma «Petite voix» et après une bonne trentaine de minutes d’échanges préliminaires, je finissais par me lancer :

«Je dois te dire quelque chose qui devrait te surprendre mais sans pouvoir l’expliquer, je pense que tu vas le comprendre».

Elle offrait alors un large sourire enjoué et répondait : «Allez ! Vas-y !» Du tac au tac, je me laissais aller et en définitive m’abandonnais totalement: «Nous allons vivre une très grande histoire d’amour». À l’immédiateté de sa réaction, j’éprouvais un immense soulagement. Elle l’entendait comme il le fallait ! Christina parut simplement heureuse et comme en attente d’une telle déclaration !

L’air absolument radieux que prit l’ensemble de son visage me rendit immédiatement heureux. «Je comprends de quoi tu parles et il n’y a aucune équivoque» répondit-elle. La voie était subitement ouverte vers de fabuleuses et complices partitions. C’est ainsi que naquit notre amour, réel, sincère et si puissant… Là, au beau milieu du tumulte et de la fureur bruyante d’une discothèque ! Un lieu parfaitement inhabituel pour accoucher d’une telle force de sentiments partagés. Au fond, cela ressemblait éperdument à l’absolutisme auquel nous aspirions peut-être encore trop secrètement. »

Vous aimerez peut-être aussi…

in odio ut velit, id Sed at dolor felis ultricies lectus