fbpx

Il est des concepts que l'on ne remet presque jamais en cause ! Tenez, par exemple, celui de l'âme ! Bien évidemment, les athées purs et durs n'y croient souvent point, pas plus qu'à l'invisible d'ailleurs. C'est fort dommage car cela pourrait leur permettre un questionnement libre sur le pourquoi de l'âme ! Cet athéisme n'est, la plupart du temps, qu'un rejet de toute forme possible de sortie de la matière et du mental là où il pourrait faire entrer par une porte non religieuse ou magique des notions de l'invisible... Pour tous les autres, il semble gravé dans le marbre et pour l'éternité que chaque individu possède une âme qui lui est propre et éternelle...

Et pourtant ! Pourquoi donc cette notion n'est-elle jamais débattue et considérée telle une certitude aux accents de postulat mathématique ?! Il n'y a donc quasiment aucun questionnement sur ladite affirmation. Son existence est certaine et indiscutable aux yeux de presque tous et surtout de ceux qui se disent en spiritualité... Il n'est pourtant question que d'une croyance comme toutes les autres malgré ce que l'on veut bien en dire.

Alors, cette précieuse âme existe-t-elle vraiment ? Qui est-elle ? Comment fonctionne-t-elle et quand en avons-nous donc été doté ? Est-elle étroitement liée à la notion d'ego ? Car, chez presque tous les individus en quête de spiritualité, l'ego semble être un problème central mais point celui de l'âme... Comme c'est étrange ! Combien y a-t-il de livres de développement personnel et de connexion à l'invisible vous expliquant que l'ego serait l’ennemi à abattre ?! Cette notion même mériterait un article à elle seule car finalement comment pourrions-nous vivre cette expérience incarnée sans la présence d'un ego ?

Toute la possibilité de l'expérimentation de la matière se fait pourtant au travers de notre corps. N'y percevoir qu'un horrible cachot au fond d'une prison, c'est probablement la demande de mettre un terme à l'expérience elle-même ! À ce rythme, il fut bon de ne jamais choisir de prendre part à l’incarnation et de rester dans l’Éther sans forme... Ne serait-il pas plus question de remettre le mental ego à sa place et dans le rôle qui est le sien : Faire de nos existences corporelles un pont entre le Ciel et la Terre ! De la sorte, on tire donc à boulet rouge sur l'ego qu'il faudrait plutôt essayer de séparer en deux parties : mental-ego et simple ego. Immense et vaste travail effectué sur le dit mental-ego afin qu'il prenne sa simple place, une forme de maîtrise de soi peut probablement apparaître et après ? Qu'en faire si c'est pour penser avoir réglé le problème à un niveau subtil alors que ce n'est qu'au niveau grossier de l'individu incarné que l'avons effectué ? En fait, croire en son âme indestructible hors du temps et individuée, n'est-ce pas une Ultime ancre du petit mental ego qui se cache ? Se sentant dépollué du «monstre» sans avoir bousculé sa croyance en une âme personnelle et éternelle, est-ce vraiment être sorti du concept du moi? Ne cachons-nous pas ainsi sous le tapis la continuité de cette croyance en l'individu tout puissant et séparé du Tout ?

 

La suite de l'article ainsi que l'écoute audio sont réservées aux abonnés

Découvrez la formule d'abonnement qui vous convient
(au trimestre ou à l'année, en digital et/ou en papier)

 

Yan Serre

Yan Serre

Ancré au nord Finistère, de Brignogan plages, Yan nourrit une passion pour la littérature et la nature depuis son plus jeune âge (il écrit depuis l’âge de 12 ans). Les mondes de la philosophie et de la spiritualité l’attirent très rapidement et c’est ainsi qu’il se met à lire Descartes puis Platon dès la classe de 3ème. D’un tempérament solitaire et aventurier, son enfance est portée par deux grands rêves : parcourir le globe par les mers et découvrir l’Himalaya. Il suit des études de philosophie puis exerce pendant cinq années au sein de l’Éducation nationale. Il a pourtant peu à peu envie d’indépendance et d’introspection. C’est alors qu’il se met en quête de tout ce qui pourrait l’aider à mieux vivre et à libérer son esprit de son quotidien matérialiste. Il découvre le yoga et le bouddhisme vers ses trente ans. Il multiplie les départs, d’abord en Europe puis dans le reste du monde. A l’hiver 2012, il entame un voyage initiatique en direction du sommet de l’Everest en solitaire, sans guide, sans porteur et sans moyen de communication. Cette expérience le transforme, humainement et spirituellement parlant. De retour, il est poussé par une incroyable envie de changer de vie et de se consacrer à la recherche du Soi. Il quitte son emploi pour créer sa propre société Terrévada afin de venir en aide aux artisans rencontrés au Népal. Il se lance dans sa passion d’écriture en publiant un premier livre qu’il auto-édite par choix, comme un pas de plus dans sa démarche d’indépendance mais toujours guidé par l’envie de partage. Il s’agit de “Népalsolo”, un premier livre qui sera par la suite suivi d’un deuxième tome nommé sur “La révélation de soi”. En 2016, il choisit de quitter son logement et de vendre une très grande partie de ses affaires personnelles pour acheter un camping-car, un lieu grâce auquel il peut poursuivre sa quête d’une vie plus indépendante et nomade. Il y approfondit son désir de partir à la rencontre des autres en leur faisant découvrir ses livres et les révélations découvertes lors de ses voyages.

Voir tous les articles
facilisis leo. dolor. in felis adipiscing consequat.