fbpx

 

 

 


S'il y a bien un sujet fort peu abordé en spiritualité, c'est bien celui de notre rapport avec les animaux ! Je souhaitais pourtant vous faire partager mes ressentis depuis déjà plusieurs mois sur ce thème. Pour celles et ceux qui me suivent depuis le début de cette belle aventure Présences magazine, vous aurez remarqué qu'il me tient à cœur de vous entretenir le plus souvent que possible d’expériences vécues plutôt que de développer l'aspect théorique des choses. Ainsi, je vais vous parler d'une relation connue par tant d'entre vous : celle entretenue avec notre animal domestique.

Sachez qu'il n'y aurait pas moins de soixante-trois millions de ceux-ci en France, montrant le rôle essentiel qu'ils tiennent dans nos existences, notre mode vie et notre façon d’appréhender une vision particulière du monde....  Gandhi disait ainsi : «On peut juger de la grandeur d'une nation par la façon dont les animaux y sont traités ».  Cela ouvre d'innombrables questions sur le rapport que nous entretenons d'avec le règne animal en général et pas seulement avec nos compagnons du quotidien !!!

   «.... Ne serions-nous pas là pour montrer une voie à notre fidèle ami et ce vers le meilleur de sa condition à venir ?...»

Le choix d’incarnation des animaux domestiques

C'est donc, entre autres, en observant longuement mon chien, un husky maintenant âgé de onze ans, que me sont venues les réflexions qui suivent. En premier lieu, je m'interrogeais ainsi : pourquoi certains animaux décidaient-ils de s'incarner dans une race si proche de nous autres humains ? Dans un article précédent, je vous avais fait partager ma croyance concernant les choix d'incarnations. Ainsi, j'écrivais que l'âme prenait «naissance non seulement dans la famille la plus adaptée que possible mais pas seulement ! Elle prendrait pour père et pour mère leur mélange alchimique car le plus adéquat à ses propres problématiques karmiques. S'incarnant aussi dans le lieu le plus propice (Pays, religion dominante, us et coutumes). Absolument rien ne serait laissé au hasard !».

Mais alors, pourquoi en serait-il autrement concernant les animaux ? De la sorte, Darwolf, mon fidèle compagnon, aurait à un niveau supérieur fait le choix d'une incarnation animale aussi rapprochée que possible de l'Homme. Son «âme» (Vous pouvez vous reporter à cet article : «Au postulat de l'âme») en constante évolution vers un nécessaire développement toujours plus individué et spirituel tenterait ainsi de s'approcher au plus près de sa condition future. Quoi de plus naturel pour cela que de choisir de vivre en permanence auprès d'humains ?! En effet, le panel de choix demeure absolument immense.... Chien, chat, lapin, souris, oiseau ou, plus exotique, comme serpent, iguane, et cetera.... Ils permettraient de s'aligner sur la meilleure correspondance d'avec le caractère de la personne choisie.

 

Pour lire cet article dans son intégralité, vous pouvez acheter le numéro de Présences Magazine concerné dans notre boutique !

 

Yan Serre

Yan Serre

Ancré au nord Finistère, de Brignogan plages, Yan nourrit une passion pour la littérature et la nature depuis son plus jeune âge (il écrit depuis l’âge de 12 ans). Les mondes de la philosophie et de la spiritualité l’attirent très rapidement et c’est ainsi qu’il se met à lire Descartes puis Platon dès la classe de 3ème. D’un tempérament solitaire et aventurier, son enfance est portée par deux grands rêves : parcourir le globe par les mers et découvrir l’Himalaya. Il suit des études de philosophie puis exerce pendant cinq années au sein de l’Éducation nationale. Il a pourtant peu à peu envie d’indépendance et d’introspection. C’est alors qu’il se met en quête de tout ce qui pourrait l’aider à mieux vivre et à libérer son esprit de son quotidien matérialiste. Il découvre le yoga et le bouddhisme vers ses trente ans. Il multiplie les départs, d’abord en Europe puis dans le reste du monde. A l’hiver 2012, il entame un voyage initiatique en direction du sommet de l’Everest en solitaire, sans guide, sans porteur et sans moyen de communication. Cette expérience le transforme, humainement et spirituellement parlant. De retour, il est poussé par une incroyable envie de changer de vie et de se consacrer à la recherche du Soi. Il quitte son emploi pour créer sa propre société Terrévada afin de venir en aide aux artisans rencontrés au Népal. Il se lance dans sa passion d’écriture en publiant un premier livre qu’il auto-édite par choix, comme un pas de plus dans sa démarche d’indépendance mais toujours guidé par l’envie de partage. Il s’agit de “Népalsolo”, un premier livre qui sera par la suite suivi d’un deuxième tome nommé sur “La révélation de soi”. En 2016, il choisit de quitter son logement et de vendre une très grande partie de ses affaires personnelles pour acheter un camping-car, un lieu grâce auquel il peut poursuivre sa quête d’une vie plus indépendante et nomade. Il y approfondit son désir de partir à la rencontre des autres en leur faisant découvrir ses livres et les révélations découvertes lors de ses voyages.

Voir tous les articles
commodo eleifend elit. accumsan amet, tempus