fbpx

La présence, une attention
véritable

Pendant une grande partie de ma vie j’ai eu la sensation de n'être qu’un détail, de n'être pas là, absent, et jamais vécu par moi, vu par moi.
Depuis ma traversée qui fût longue, lourde, et difficile, j'ai rencontré une autre forme de conscience de soi, révélée par un comportement si signifiant mais si généralisé ici sur mon île de Patmos : la présence.
La présence à l'autre, avec bienveillance, juste aimante et si simple, si douce, sans attente, sans projection ni demande. Une caresse à l’âme, un baiser sur le front, être pris dans les bras avec cette incroyable et véritable tendresse.

Mélange de ce Hug si anglo-saxon et de cette chaleur méditerranéenne, ici peu ou pas de faux semblants, une véritable attention qui dépasse en tout ce que je connais de l'homme, ce que je sais de l'attention, loin des gourous spirituels du monde d’où je viens qui, plein de leurs leçons, oublient la réalité d’une caresse, d’un mot gentil. Quel improbable monde dans lequel je découvre la présence.

Peut-être est-ce le fait d'être sur une île où nécessité fait loi, ou être fait foi,  et être attentif aux autres et à soi sont les réalités quotidiennes. Se sentir faire réellement parti d’un tout, d’Une Famille, d’une fratrie qui prend soin de toute relation, regardant toutes les attentions, non pour faire plaisir, mais pour signifier que vous êtes en paix et qu’ici, plus rien ne peut arriver d'autre que la paix, que cette paix est amour inconditionnel.

Mon premier sentiment fut lors de mon arrivée : « ici on ne peut pas mourir. » Juste dans le regard de ceux que je croise tous les jours, je sais la bienveillance, l'absence de conditions à cette relation, je vous reconnais avec amour, appuyez-vous sur mon sourire, ma main, mon bras, je ne faillirai pas.

 

 

La suite de l'article ainsi que l'écoute audio sont réservées aux abonnés

Recevoir ce numéro de Présences magazine pour 1 €

 

 

Vous êtes déjà abonné ? Identifiez-vous pour pouvoir lire l'article dans son intégralité :

Igor Ochmiansky

Igor Ochmiansky

Redonner à l'humain la priorité, révéler le meilleur, ouvrir la fenêtre de l'imaginaire, pour que le sensible ne soit pas que du beau, offrir les images du coeur.

C'est autant d'envies qui font de mon travail, une passion, longtemps enfermé dans la pratique voici que l'envie de l'esthétique ouvre sur d'autres façons de travailler et de voir dans le regard des autres.

Voir tous les articles
venenatis, dolor. et, commodo diam risus libero Sed Nullam pulvinar velit,