fbpx
Vous aimez cet article ? Partagez-le autour de vous !

Patricia Voisin
4 leviers pour cesser de subir
Patricia Voisin4 leviers pour cesser de subir
Free Download Abonnez-vous pour pouvoir télécharger le podcast

Ne plus subir

Dernièrement, une jeune femme me disait :  « J’ai tellement peur de ma mère que je réponds toujours à ses demandes même si elles ne me conviennent pas. C’était pareil avec mon ex-compagnon qui n’arrêtait pas de me faire des reproches. Rien ne lui convenait et je finissais toujours par être rabaissée. Au point où je ne disais plus rien pour avoir la paix. Je n’étais plus que l’ombre de moi-même et j’ai dû le quitter pour me retrouver. Aujourd’hui, ma mère se comporte de la même façon. »

Qu’est-ce qui fait qu’à un moment donné, on remette le sens de sa vie dans les mains de l’autre ?

Qui est cet autre et que représente-t-il pour moi pour que j’abandonne tout respect envers l’être que je suis ?

Comme je le répète et continuerai à le répéter, il n’y a pas d’amour à aller chercher chez l’autre. Inutile d’aller soutirer de la reconnaissance à l’extérieur car ça ne passe pas par là.

Si une personne vous domine et vous fait peur au point de ne pas être bien, c’est qu’il est plus que temps de reprendre les rênes. Vous lui avez déjà trop laissé d’espace pour exercer son ascendant sur vous.

Que ce soit un parent, un conjoint, un enfant, un collègue ou un patron, il n’y aucune raison pour vous mettre en position de soumission.

Cette jeune femme a retrouvé sa dignité et sa liberté en quittant son conjoint. Il n’y avait pas d’autres solutions pour elle pour ne pas étouffer dans une relation toxique. La rupture était incontournable car l’autre restait sur ses positions et était dans un combat permanent.

J’entends souvent : « Oui mais…. pour ma mère (mon père, mon fils, mon conjoint), je ne peux pas faire çà. ». Et je réponds : « Si, vous le pouvez ».

Parce qu’aucun être, quel qu’il soit, n’a impunément le droit de maltraiter un autre être juste pour exercer sur lui son petit chantage ou pouvoir personnel.

Il est évident que, si vous ne faites rien, vous continuerez à subir une situation douloureuse sur laquelle vous ne pourrez pas vous plaindre puisque vous l’acceptez.

Sachez qu’une relation n’existe pas par hasardElle existe seulement si vous l’alimentez. Vous avez à tout moment le pouvoir de reprendre les rênes pour transformer cette relation. Et si l’autre insiste pour ne pas perdre la main, vous allez soit vous battre pour gagner votre liberté, soit vous en séparer pour vous donner l’amour que vous méritez. Vous pourrez aussi rester et continuer à être maltraité(e).

Homme ou femme, cette situation n’a rien de sexuée. Elle existe dans les deux cas de figure. Combien d’hommes et de femmes se perdent dans l’autre au point de ne plus savoir qui ils sont vraiment.

Alors, y a-t-il des moyens de se sortir de là ? Oui.

Il n’y a pas de réponse universelle, il y a votre situation qui est très personnelle. Toutefois, voici quelques pistes communes.

1 – Cessez de vous mettre la tête dans le sable et ouvrez les yeux

Oui, vous avez peur de le faire parce que cette personne a un ascendant sur vous. Mais n’oubliez pas que c’est vous qui lui avez laissé prendre cet ascendant. Vous pouvez donc revenir en arrière. Rappelez-vous que si vous laissez cette personne vous contrôler, elle prend de la puissance. Une puissance malsaine et destructrice où vous lui laissez croire qu’elle peut impunément se comporter de la sorte pour exister. Et ce comportement peut prendre des proportions inquiétantes.

Alors prenez le temps de faire un travelling arrière pour regarder à quel moment vous avez abandonné votre navire pour lui passer les commandes. Même si vous n’êtes pas fier(e) de vous, c’est nécessaire pour faire le point et regarder comment et quand ça a commencé.

2 – Faites-vous aider

Braver sa peur n’est pas forcément naturel pour tout le monde. N’ayez pas honte de demander un appui médical et thérapeutique. Pour d’autres, ce sera un coach qui leur conviendra mieux. Cette béquille peut vous aider à traverser les moments difficiles et à regarder autrement ce que vous, vous voyez d’une manière fixe et sans recul.

Il n’y a pas de honte à avoir pour retrouver sa liberté d’être soi.

3 – Visitez votre histoire

Cette personne que vous laissez diriger est reliée à votre histoire. Elle fait écho à une autre personne ou à une situation qui a fait que, à un moment donné, vous avez lâché le gouvernail et abandonné votre libre-arbitre. Là aussi, faites-vous aider par un professionnel neutre et non par votre meilleur(e) amie(e) ou un parent quelconque qui n’ont pas cette neutralité.

4 – Abordez le conflit et la frustration

À vouloir toujours être dans l’évitement, vous croyez gagner une forme de paix mais ce n’est qu’une illusion. Vous aurez remarqué que ça n’arrête pas l’autre et vous détruisez l’être que vous êtes pour que l’autre construise son ascendant sur vous. Pour vous défaire de ce système enfermant et souffrant, vous allez devoir vous positionner différemment. Ce positionnement va entraîner une réaction de l’autre qui va vouloir accentuer sa pression sur vous du fait d’être frustré de ne plus tout contrôler. Attendez-vous à ce que ça bouge ! Le changement ne s’est jamais fait dans l’inertie.

Voilà donc un petit article façon James Bond, tout en rebondissements pour la rentrée automnale. Alors ?? Toujours envie de stagner ?

Crédit photo : Nino Carè sur Pixabay


Vous aimez cet article ? Partagez-le autour de vous !
Patricia Voisin

Patricia Voisin

Médium de naissance, je ne me donne pas de titres. Ils m’enferment et j’ai compris au fil du temps que je n’avais pas à donner une forme à ce qui n’en a pas. C’est le fond qui est important. Tantôt messagère, relieuse ou dans le soin , je m’autorise donc à respirer à mon rythme, avec humilité et simplicité.
Mon corps est un formidable partenaire et nous avançons ensemble dans cette vie, sur ce chemin de réconciliation et d’apaisement, pour moi, pour les autres et pour tout ce qui m’environne.

Je vous le souhaite aussi. De tout cœur.

Voir tous les articles

Ajouter un commentaire

quis dolor mattis diam nec elit.