fbpx
Vous aimez cet article ? Partagez-le autour de vous !

Eve Bertelle2022 - La fin d’un monde, la naissance d’un autre…

Ça y est. Nous y sommes.
Une année nouvelle se profile devant nous.
Mais comment faire pour qu’elle soit vraiment nouvelle ?
Qu’elle remprunte le chemin du renouveau, de la transformation.
Qu’elle soit une année féconde, réellement porteuse de sens de joie, à laquelle au fond, nous aspirons tous…
Comment au-delà des mots, ÊTRE chacun dans cet état d’esprit du renouveau ?

Regardons notre présent. Nous vivons dans un monde travaillé en profondeur par une crise qui met tout sens dessus dessous. La facture (psychique, sociale, économique) de ces deux dernières années est lourde. Très lourde. Il y a encore beaucoup d’épuisement, de tristesse, de colère qui flottent dans l’air et alimentent une chape de plomb au-dessus de nos têtes.
Pour pouvoir se projeter dans un futur lumineux, pour participer à la naissance d’un autre monde, encore faut-il se délester de tout ce qui nous a encombré, plombé. Tout ce qui a attaqué notre créativité, affaibli notre joie de vivre naturelle.

En ce qui me concerne, si je regarde l’état du monde actuel, ce qui me frappe douloureusement c’est cette extrême dureté qui sévit partout, dans tous les secteurs de la société et toutes les sphères de l’existence. Elle s’exprime au travers de multiples directives prises à la hussarde, des consignes, une atmosphère, des comportements, qui malmènent tout un chacun, en particulier les enfants. Cette dureté est en train de dessécher nos cœurs, rudoyer les relations, appauvrir nos vies. Une telle brutalité, une telle intransigeance dans la société doivent nous interroger. Nous sommes en train de nous égarer…
Cette dureté généralisée témoigne à mes yeux d’un déséquilibre qui s’est creusé de manière abyssale et nous tue à petit feu. Un déséquilibre entre deux dynamiques, deux modes de conscience, deux polarités, deux énergies, celles du yin et yang qui incarnent le féminin et le masculin. Des dynamiques aussi puissantes et indispensables l’une que l’autre et destinées à s’unir.

Si les valeurs et les caractéristiques du principe masculin sont plutôt bien représentées et intégrées dans nos sociétés contemporaines : pensée rationnelle, action, force, conquête, contrôle. Qu’en est-il du principe féminin ? Serait-il tombé en déshérence, complètement moribond, aux abonnés absents ? La réponse est oui et nous en sommes tous responsables.
Nous sommes aujourd’hui en train de payer chèrement l’étiolement du féminin et la disparition de son caractère sacré au cours des âges.

Ainsi, dans ce climat si particulier, nous avons des graines à planter si nous voulons aborder avec confiance les rives d’un temps nouveau et contribuer à la naissance d’un autre monde. En tout cas, moi je brûle d’envie de participer à l’aventure !
C’est pourquoi, en tant que femme, mère, thérapeute, auteure, j’émet pour 2022, un vœu.
Celui de la renaissance des énergies et des ressources originelles du féminin. Puissent-t-elles rayonner à travers chacun de nous, hommes et femmes. Et retrouver leur place légitime et indispensable à la Vie et au bonheur des humains.

Voici mon vœu ardent pour irriguer 2022 d’une sève vivifiante.

J’invoque l’énergie du féminin, pour que nous retrouvions et incarnions la puissance de la Femme sage. L’accoucheuse de conscience, l’initiatrice, celle qui sait le chemin secret de la mort et de la renaissance.

J’invoque l’énergie du féminin, pour que nous puissions accueillir avec tendresse nos doutes, nos aspérités, nos paradoxes, notre vulnérabilité, et nos peurs. Toutes ces peurs qui sclérosent et durcissent notre cœur.

J’invoque l’énergie du féminin, pour que nous retrouvions le goût de l’intériorité, de la lenteur, du silence et du recueillement, tous nécessaires à l’éclosion et au subtil murissement des dons que nous portons tous.

J’invoque l’énergie du féminin, la sagesse du corps, pour que nous sentions à nouveau la voluptueuse vibration du vivant et l’éblouissant chant des étoiles, dans nos cellules.

J’invoque l’énergie du féminin, pour que nous cultivions cette délicate présence à soi, aux autres, qui permet de se rencontrer chacun dans sa vérité, bien au-delà des apparences.

J’invoque l’énergie du féminin, pour que nous honorions la Terre, le cycle des saisons et de la Vie et son sublime potentiel de création et de fécondité.

J’invoque l’énergie du féminin, pour que nous retrouvions notre feu intérieur, notre nature sauvage, notre audace de vivre à même de soulever les montagnes.

J’en appelle à l’Esprit de toutes ces femmes illustres ou inconnues qui nous ont aidées à grandir, à nous éveiller, à marcher vers notre accomplissement d’humain. Qu’il infuse en nous clairvoyance et sérénité.

J’en appelle aussi à toutes celles qui dans la discrétion la plus absolue, consolent, soutiennent, partagent, réparent, cultivent, rudoient si nécessaire, mais toujours aiment de cet amour simple et précieux comme le miel. Toutes ces sœurs de cœur, ces mères, qui bien avant nous dans la rudesse de la vie, ont tracé le chemin de l’amour.

C’est ce chemin que nous avons à emprunter.

C’est cet amour qui sauvera le monde…

Crédit photo : Adobe Stock


Vous aimez cet article ? Partagez-le autour de vous !

Eve Bertelle

Écrivain, auteure de « Le Bonheur d’aller vers soi » Édition Dervy -Trédaniel
Psychanalyste et philosophe de cœur 🦋

De compréhensions en synchronicités, d’inspirations en révélations, je poursuis avec joie depuis de nombreuses années, ma recherche intérieure pour appréhender le mystère du vivant et partager le fruit de mes découvertes avec d’autres. Soit par l’écrit, à travers mes articles ou livres. Soit de manière orale, dans le cadre de groupes que j’accompagne sur le chemin de la connaissance intérieure.

Voir tous les articles

Ajouter un commentaire